N° 189 - Mars 2010

Chantier dangereux

Le chantier tel que nous le connaissons a-t-il encore sa place dans le processus de mise en œuvre de l’architecture ? Confronté au productivisme de l’économie financiarisée, à la numérisation des échanges d’informations ou à la disparition progressive de la force de travail dans les processus de production industriels, on en conclurait facilement à l’irrémédiable obsolescence des valeurs liées au chantier. Il est vrai que l’aléatoire, l’approximation, l’assujettissement au climat, l’astreinte physique, le sale, le doute et le recommencement sont des choses auxquelles notre société, ivre de rentabilité à court terme, paraît vouloir échapper chaque jour davantage. Nombreux sont pourtant les architectes qui se font de ce moment du projet une mystique les exposant aux pires tourments : la conscience de leur incapacité à maîtriser davantage de savoir-faire de plus en plus complexes, la crainte d’une faillite engendrée par les responsabilités juridiques croissantes ou l’amère solitude de se retrouver le dernier concerné par des objectifs de qualité qui iraient au-delà des certifications ! Que dire également de la dangereuse disproportion entre le temps passé et le taux de sa rémunération ? Pour toutes ces raisons, beaucoup d’autres architectes, lassés de cet héroïsme, se sont d’ailleurs détourné des missions de chantier. Mais force nous est de constater que les réalisations qui retiennent notre intérêt ou notre admiration sont toujours le fruit d’une forte implication personnelle des maîtres d’œuvre sur le chantier. Cependant, si architectes et ingénieurs veulent préserver ce temps précieux de la genèse de l’architecture, ils devront en repenser la nature et l’organisation au sein de la démarche conceptrice du projet.

Au-delà de la recherche souvent narcissique du détail parfait, si le temps de construction peut devenir celui d’un engagement de tous les partenaires autour de questions aussi bien sociales, politiques que techniques, alors le chantier peut également être en cela un lieu de résistance à la tyrannie du consumérisme et de la productivité aveugle.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Nicolas C. Guillot, l’homme tranquille de l’architecture

Photographes

» Henri Salesse, l'opérateur inspiré

Livres

» Retrouver le goût du monde

Points de vue / Expos

» Claude Parent entre dans sa légende

Questions pro

» Bel avenir pour les petites structures ?

Réalisations

Publiés par d'a

» Centre de photographie Le point du jour à Cherbourg

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Retrouver le goût du monde. Texte de Maria-Ignez Mena-Barreto
» David Chipperfield Éloge de la fadeur, Folkwang Museum, Essen. Texte de Michèle Champenois
» Nicolas C. Guillot, l’homme tranquille de l’architecture. Texte de Margot Guislain
» Dominique Coulon Le Tram, équipement culturel et social, Maizières-lès-Metz. Texte de Pascale Joffroy
» Les enjeux du chantier : qui maîtrise quoi ? par Christine Desmoulins
» Henri Salesse, l’opérateur inspiré. Texte d'Olivier Namias
» Sensations critiques Entretien avec Mirko Zardini par Marc Armengaud

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…