N° 190 - Avril 2010

En méduse ou en rose des sables, les projets de musée se multiplient dans les Émirats arabes ; leurs séduisantes images, que l’on retrouve désormais jusque dans les quotidiens gratuits, nous émerveillent chaque semaine. Elles font aussi rêver les architectes et attirent dans nos écoles un nombre chaque année plus élevé d’étudiants. On ne retrouve malheureusement pas cet engouement pour un domaine qui devrait mobiliser plus largement la société : la réhabilitation de l’habitat collectif, qu’il soit « social » ou non. Or la manière dont sera menée la mise en œuvre de cet immense chantier aura en effet un impact majeur, tant sur le plan individuel, social, économique qu’environnemental.

Ce que l’analyse du patrimoine à réhabiliter révèle d’abord, c’est qu’à trop vouloir économiser sur la qualité constructive, on dépense bien davantage lorsque vient le temps de l’entretien ou de la rénovation. On préfère encore laisser se dégrader les bâtiments pour mieux légitimer ensuite leur démolition. Cette culture bien française trahit un mépris qui s’adresse évidemment moins à l’architecture elle-même qu’à ceux qui y vivent. On a vu que ces derniers savent vite faire comprendre par leur comportement qu’ils ne sont pas dupes de cette relégation.
L’un des enjeux majeurs de la réhabilitation réside dans l’énorme potentiel de réduction des frais d’exploitation dus aux surconsommations énergétiques. Du point de vue de l’efficacité écologique et économique, l’apport de l’isolation thermique du bâti antérieur aux années quatre-vingt (c’est-à-dire environ 80 % !) renvoie les éoliennes et autres panneaux photovoltaïques au rang de gadgets amuse-bobos. Ne réduisons cependant pas l’ambition de ce chantier à ses performances techniques. Pour les architectes, la réhabilitation doit d’abord être l’occasion de porter un regard critique rétrospectif sur les certitudes et les illusions qui ont amené la génération précédente à leur léguer ce patrimoine controversé. Il leur faudra ensuite en découvrir l’immense potentiel pour mieux imaginer comment le transformer ou le réinventer.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Martin Becka, à rebours

Points de vue / Expos

» Avatar ou le relief aux confins du physique et du mental.

Questions pro

» Le dumping, "open-bar sur les honoraires" !

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Martin Becka, à rebours texte de Olivier Namias
» Schön Fait à Triel-sur-Seine «S’engager, c’est se souvenir.»
» MUZ à Alès «Avec Europan, nous sommes confrontés à des programmes et des échelles traditionnellement inaccessibles à de jeun
» Avatar ou le relief aux confins du physique et du mental texte de Arnaud François
» Un paysage indéterminé Le Rolex Learning Center de l’EPFL, Lausanne texte de Valéry Didelon
» BNR, 64 LOGEMENTS texte de Pascale Joffroy

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…