N° 192 - Juin 2010

Pour une lanterne

Lorsque l’État lança, il y a quarante ans, le concours du Centre Georges Pompidou, il espérait simplement obtenir la meilleure réponse possible au programme novateur et complexe qu’il avait établi. Le génie de Rogers et Piano fut d’inventer une architecture à partir de ce programme, jusqu’à en être l’expression exacerbée. Dans le même temps, ils induisirent de nouveaux usages à travers le dispositif généré par leur propre écriture architecturale. Déroutante, l’esthétique de « Beaubourg » fut violemment décriée mais, inversement proportionnel à cet opprobre fut le succès de sa fréquentation. Paradoxalement, c’est d’ailleurs aujourd’hui davantage le monument que l’on visite que ses collections exceptionnelles.

En 2003, lorsque fut lancée l’heureuse initiative d’une « antenne décentralisée » du Centre Pompidou à Metz, la tentation fut grande de vouloir rééditer l’événement de 1977, d’autant qu’entre-temps, le fameux « effet Bilbao » avait aiguisé les ambitions. Déjà investi de cet imposant cahier des charges – se poser comme un nouveau jalon de l’histoire de l’architecture –, le projet fut implicitement alourdi d’autres missions : attirer les investisseurs sur la ZAC encore vide de l’Amphithéâtre. Ne pas faire provincial. Éviter le clinquant tout en étant suffisamment prestigieux pour attirer sur Metz tous les médias du monde. Aujourd’hui, c’est tout ce fardeau d’attentes et de contradictions que semble porter le nouveau bâtiment.

Très belle, la résille de lamellé-collé est certes impressionnante. D’un point de vue symbolique, elle semble remplir parfaitement son rôle en renvoyant une image de simplicité (un chapeau de paille chinois), de légèreté (c’est une résille) et d’écologie (c’est du bois). Mais le hiatus assumé entre l’enveloppe et ce qu’elle abrite, surexprimé par le simulacre de percement des salles émergeant à travers la maille, lui donne des airs de maquette agrandie et produit des espaces intermédiaires aussi médiocres qu’inutilisables. Structurellement aberrante, et donc d’un coût exorbitant, elle finit presque par nous faire littéralement prendre la vessie pour une lanterne. Contrairement à Beaubourg, l’espace se soumet ici à l’architecture, comme l’architecture se soumet au spectacle qu’on la somme de mettre en scène. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé : il applaudit.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Jean-Pierre Attal, la ville comme matériau

Points de vue / Expos

» SANAA: l'agence

Questions pro

» Architectes, un ou des métier(s) ? une ou des culture(s) ?

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Le collectif exyzt, communautés d’action texte de Christophe Castaros
» La maison truffe, le cabanon revisité texte d'Olivier Namias
» Jean-Pierre Attal, la ville comme matériau texte d'Olivier Namias
» Construire local : révolution ou chimère? texte d'Olivier Namias
» l'agence SANAA

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…