N° 193 - Septembre 2010

Ectoplasmes

Alors que l’empire communicationnel s’étend inexorablement sur chaque parcelle de nos vies, il devient de plus en plus difficile de savoir à quelle aune évaluer la valeur des choses. Il nous appartenait autrefois de déchiffrer quel sens pouvait s’attacher à une architecture ou à une organisation urbaine. C’est désormais l’inverse qui semble se produire : le discours (qui prétend alors valoir pour le sens) paraît aujourd’hui précéder non seulement l’œuvre, mais sa commande. Est-ce par crainte de l’insignifiance des motivations et des raisons de bâtir ou de peur que leurs sens nous échappent ? Les villes cherchent maintenant à instituer de grands événements autour desquels fédérer une identité ou, tout simplement, justifier leur politique. À Shanghai, Venise, Bordeaux, Nantes ou Lille, biennales, foires ou expositions thématisées deviennent ainsi les outils et les vitrines de grandes parades rhétoriques. Les projets artistiques, architecturaux ou urbains sont alors sommés d’incarner une idée, un slogan qui pourra être réutilisé comme arme de communication. Manière habile d’attirer les investisseurs en conjurant le danger de la spéculation sauvage. La signification d’un édifice et le rôle politique qui lui est dévolu font bien sûr partie intégrante de l’architecture et de son histoire. Ce qui frappe aujourd’hui est peut-être moins l’intensité et la rapidité avec lesquelles on demande aux projets de délivrer des messages aptes à capter toutes les attentions médiatiques que leur funeste assujettissement à ces injonctions. Certains de ces rêves de gourous en marketing se réalisent ; d’autres, flottant comme leurs ectoplasmes, errent encore sur nos écrans. Un peu à l’image du décalage entre l’importance donnée aux flux de la finance mondiale, censés stimuler la croissance, et la capacité de production de l’économie, on peut s’interroger sur la réelle fonction de ce maelström de chimères discursives. Comme toute arme de rhétorique, elles sont ambivalentes. Maîtrisées et fondées sur une véritable éthique du projet, elles peuvent pourtant être porteuses d’une étonnante puissance d’invention.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Maxence Rifflet, l’image pensante

Points de vue / Expos

» The Shanghai Gesture 2010, par Emmanuel Caille

Questions pro

» Collectivités territoriales. Qu'attendent-elles des architectes ?

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» «The Shanghai Gesture 2010» Exposition universelle de Shanghai
» Robert-Jan van Santen Le goût de l’invention texte de Jean-François Caille
» Maxence Rifflet, l’image pensante texte de Jean-Paul Robert

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…