N° 194 - Octobre 2010

DÉPLAÇONS LA BANLIEUE EN DEHORS DE LA PERIPHERIE !

Architectes, urbanistes, vous qui cherchez à conce- voir des lieux qui donnent envie de vivre ensemble, de se rencontrer et de se mélanger, des lieux accueillants, abrités du soleil ou de la pluie, vous êtes de dangereux provocateurs! Votre angélisme fait le lit du crime et le ministère de l’Intérieur risque bien de vous rappeler à l’ordre. Depuis le 6 septembre, une circulaire interministérielle* recommande d’accroître le rôle de la police dans les choix d’aménagements urbains. Et celle-ci a des idées bien arrêtées en matière d’architecture: elle préconise, entre autres, de supprimer tous types d’auvents et de protections afin de décourager les gens de se rassembler. Il faut désormais renoncer aux toits-terrasses : les toitures plates transforment en effet nos barres de banlieue en véritables porte- avions d’où les sauvageons lâchent cailloux et autres munitions préalablement stockées. La police voit dans l’urbanisme des années soixante un
monde «cauchemardesque» pour ceux qui veulent y maintenir l’ordre. Cette analyse aurait sans doute étonné le baron Haussmann, lui qui rêvait d’es-
paces dégagés pour que ses troupes ne soient plus piégées dans les rues corridors.

Ces mesures seront sans doute aussi efficaces que celles qui ont permis d’éradiquer le problème des SDF par la suppression des bancs et micro-espaces
où ils trouvaient refuge. On se souvient également comment la morale publique a été restaurée par la fermeture des routes du bois de Boulogne, où la prostitution parisienne sévissait en toute impunité. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin? Ne pourrait-on pas condamner les fenêtres des immeubles, dont on sait qu’elles sont le poste idéal des francs-tireurs et des caillasseurs? Il doit être possible de supprimer les cages d’escalier, lieux de tous les trafics illicites et autres nuisances
interpaliers. La suppression des parkings permet- trait également de décourager incendies de voitures et car-jacking.

Ou peut-être faudrait-il avoir le courage d’engager une politique d’aménagement plus ambitieuse dont les dernières mesures prises pour régler le problème
des Roms donnent un avant-goût prometteur: pourquoi ne déplacerions-nous pas les banlieues en dehors de la périphérie des villes?d’architecturesest un magazine libre et indépendant de toute institution, Ordre, entreprise du BTP ou groupe d’architectes. Il est uniquement financé par vos abonnements, la vente en kiosque et l’apport des annonces publicitaires.

Emmanuel Caille

*Le Mondedu 22septembre 2010.

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Photographes

» Luc Dratwa, un peintre en photographie

Points de vue / Expos

» Le syndrome BIG bisous
» Extension du musée d'Art moderne de Lille Métropole
» Douzième Biennale internationale d’architecture de Venise
» Trente ans après : la présence du passé
» Le "vide" du pavillon français.

Questions pro

» L’Afex : un club de privilégiés ou un outil pour tous les architectes français ?

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Le syndrome BIG bisous texte Nicolas Jankovic
» Biennale de Venise
» Extension du musée d’Art moderne de Lille Métropole texte de Françoise Fromonot
» Georges Heintz + Anne-Sophie Kehr L’architecture comme fragment de territoire texte de Joseph Abram
» Luc Dratwa, un peintre en photographie texte d'Olivier Namias

> L'Agenda

Décembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
48  01 02 03 04 05
4906 07 08 09 10 11 12
5013 14 15 16 17 18 19
5120 21 22 23 24 25 26
5227 28 29 30 31   

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…