N° 199 - Avril 2011

Les fleurs de la pampa

La capacité de mise en scène d’événements apocalyptiques acquise par l’industrie cinématographique a beau avoir atteint une virtuosité stupéfiante, la réalité – pourtant bien en deçà de la démesure hollywoodienne – renvoie ces jours-ci le cinéma spectacle à son obscénité. Alors que nos sociétés urbaines s’interrogent sur le devenir de leur territoire et peinent à échapper à la nostalgie d’une nature idéalisée, les vidéos du tsunami japonais viennent de nous ramener sur terre ; et ça tremble furieusement ! Personne n’oubliera ces images prises d’hélicoptère : une langue noire lancée à folle vitesse effaçant inexorablement un paysage urbanisé comme il en naît aujourd’hui sur tous les rivages de la planète. Cette vague destructrice s’est vite chargée de toute la matière qu’elle dévastait, se transformant rapidement en un magma où se mêlait tout ce que les ateliers du monde charrient désormais en continu, du microprocesseur aux matériaux de construction, en passant par les voitures et les produits toxiques. Végétal, organique et composants industriels ainsi liés ont formé une effroyable boue : nouveau substrat de nos sociétés de consommation, signe prémonitoire d’un paysage que l’on ne saurait plus maîtriser.

À 20 000 kilomètres des côtes japonaises, sur le littoral de Buenos Aires, une promenade avait été aménagée en 1927 par le paysagiste Forestier le long du Rio de la Plata. À la fin des années soixante-dix, cette Costanera Sur était devenue la poubelle de la ville. Fortement polluée par les déchets et les déblais de chantier, la décharge avait formé une lagune dans l’estuaire. Abandonné, le territoire a été lentement recolonisé depuis par une végétation semée par les vents de la pampa et une faune désormais riche de centaines d’espèces. La zone est aujourd’hui protégée, sa renaissance observée attentivement et les investisseurs reviennent sur les berges du rio. Avec d’autres jolies histoires, on peut aller découvrir celle de Costanera Sur dans « La ville fertile » à la Cité de l’architecture jusqu’à l’été.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Actus brèves

» Le voisin que Le Corbusier n’avait pas prévu

Parcours

» Block architectes - De Nantes, et d'ailleurs

Photographes

» David Cousin-Marsy, de l’image à l’imaginaire

Points de vue / Expos

» D’une pierre, deux coups : le Monolithe à Lyon Confluence — Le dolmen des dieux
» D’une pierre, deux coups : le Monolithe à Lyon Confluence — Masse et puissance
» Les nouveaux ghettos du Gotha — 5. Le Parc des Princes

Innovations

» Un matériau intelligent au service du contrôle solaire!

Les produits de la rédaction

» Armoire ou par-douche ?

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Block architectes De Nantes, et d’ailleurstexte de Jean-Louis Violeau
» David Cousin-Marsy, de l’image à l’imaginaire texte d'Olivier Namias
» Règles pour un parc humain. Concours pour une résidence étudiante à Orsay. Par Richard Scoffier

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…