N° 202 - Septembre 2011

Sacré, public ou privé ?

S’il est vrai que l’on découvre toujours trop tard la valeur des choses, c’est-à-dire au moment où l’on s’aperçoit qu’elles vont disparaître, l’espace public doit être sérieusement menacé. C’est en effet le diagnostique auquel on pourrait aboutir en observant l’attention méticuleuse portée aujourd’hui à sa préservation et à son aménagement : bordures et petits pavés de granit, bornes en inox, lampadaires design ("sic"), bambous… Le temps des crottes de mammouth (ces jardinières rondes en béton moulé garnies de pétunias) paraît révolu ! Justice ou nécessité faisant loi, c’est davantage dans les zones déshéritées qu’à Marne-la-Coquette que se déploie souvent ce regain d’attention. Et tout aussi paradoxalement, c’est souvent dans les lieux de très grande affluence que la réflexion sur l’espace public paraît faire défaut. À La Mecque, où deux millions de visiteurs se rendent pendant le "hajj", les morts se comptent presque chaque année par centaines (1 426 morts par asphyxie en 1990). La construction de l’une des plus grandes tours du monde, la Makkah Clock Royal Tower, au pied de la Kabaa, par le groupe immobilier Binladen (l’oncle de…) ne devrait rien arranger à cette fatalité La tour Eiffel ne connaît heureusement pas ces drames du piétinement mortel, mais la zone d’attente aux ascenseurs, entre les quatre pieds, n’est même pas digne d’un hypermarché de province. Que dire encore des abords de gare, des stations de RER ou de l’esplanade de la Défense ?
Autrefois, tout le monde semblait s’approprier l’espace naturellement, jusqu’à transformer de fait des lieux privés en lieux publics, comme nous le faisions des terrains vagues où nous jouions enfants. Aujourd’hui, ce sont de grands groupes privés qui prennent en charge le domaine public. Est-ce pour cette raison que les signes de sa conformité à ce statut tant convoité d’espace partagé ("sic") nous paraissent souvent trop appuyés, comme s’il fallait nous faire oublier leur artificialité ?

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Actus brèves

» Jean-Louis Véret (1927-2011)
» Du torrent au courant, des barrages et des hommes en Savoie
» Robbrecht & Daem : une architecture qui se questionne

Parcours

» 51N4E, le citoyen au cœur du projet

Photographes

» Matthieu Gafsou, le goût des formes

Livres

» Rafael Moneo, la critique comme création

Points de vue / Expos

» Binladen Group souffle les dix bougies du 11 Septembre à La Mecque

Concours

» Objets eucharistiques et sols souverains Projet de centre culturel et touristique du vin à Bordeaux

Le dossier du mois

» Lieux d'affluence, lieux publics...
» La Tour Eiffel, un symbole qui se suffit à lui-même
» À quelle heure ferment les grilles?
» Où est passé le chef de gare?
» La Défense est-elle le nouveau laboratoire de l'espace public?
» Penser l'espace public à travers les lieux de grande affluence

Innovations

» Arène transformiste

Les produits de la rédaction

» Monolithique
» Bec magique
» De la mousse
» Séchage express
» A toute épreuve

Questions pro

» HMONP, épisode 2. Bilan d'étape pour les écoles et instances professionnelles

Le Grand Entretien

» Entretien avec Richard Scoffier : Le bonheur insoupçonné de "1984"

Réalisations

Publiés par d'a

» Pôle des arts, île de Nantes
» Chai du château Cheval Blanc, Saint-Emilion
» Cité de l’océan et du surf à Biarritz
» Le monolithe non fracturé Conseil régional de Rhône-Alpes, Lyon
» Résidence Outrebon, logements locatifs à Béthune

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Résidence Outrebon, logements locatifs à Béthune. Texte de Richard Scoffier
» Cité de l’océan et du surf à Biarritz. Texte de Steven Holl
» Grand cru classé A. Chai du Château Cheval blanc, Saint-Émilion. Texte d'Emmanuel Caille
» Objets eucharistiques et sols souverains. Projet de centre culturel et touristique du vin à Bordeaux. Texte de Richard Scoffie
» Le monolithe non fracturé. Conseil régional de Rhône-Alpes, Lyon. Texte de Valéry Didelon
» Penser l’espace public à travers les lieux de grande affluence. Par Françoise Moiroux
» Pôle des arts, île de Nantes. Texte d'Emmanuel Caille
» Le bonheur insoupçonné de 1984. Entretien avec Richard Scoffier par Emmanuel Caille
» Rafael Moneo, la critique comme création. Texte de Valéry Didelon
» Binladen Group souffle les dix bougies du 11 Septembre à La Mecque. Texte d'Alexis Hadjiski
» 51N4E, le citoyen au cœur du projet. Texte de Dominique Boudet
» Matthieu Gafsou, le goût des formes. Texte d'Olivier Namias

> L'Agenda

Novembre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
4401 02 03 04 05 06 07
4508 09 10 11 12 13 14
4615 16 17 18 19 20 21
4722 23 24 25 26 27 28
4829 30      

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…