N° 212 - Octobre 2012

Invention, réaction, enfumage

Difficile de ne pas subir l’injonction permanente à innover, inventer, renouveler. Loin de la foi positiviste dans le progrès qui portait autrefois aux nues tout ce qui paraissait d’avant-garde, c’est davantage aujourd’hui la société de consommation et l’hyper-compétitivité qui en découle qui instaurent cette dictature : qui n’avance pas s’exclut du monde des gagnants. Dans un environ- nement en forte mutation, il n’est certes plus possible de se satisfaire de réponses nées dans un univers révolu. Mais l’injonction est parfois si oppressante que ceux en peine d’inventivité en viennent à produire des simulacres de nouveauté. La presse – et d’a n’y échappe pas – a sa part de responsabilité dans cette dérive lorsqu’elle tente de répondre à l’avidité des lecteurs en conte- nus innovants ou stimulants pour leur imagination. Ce qu’il faut bien appeler les foires d’architecture, et tout particulièrement la Biennale de Venise, sont le lieu privilégié de ce théâtre des apparences. N’existe que celui qui paraît marquer un coup d’avance sur les autres. Mais les idées neuves étant rares, s’est développé un art permettant de réinventer la poudre sans en avoir l’air. On recycle les vieilles idées, on emballe des banalités dans une rhétorique pseudo-savante.
Le temps de l’architecture n’est pourtant pas celui des événements culturels et la manifestation vénitienne confiée cette année à David Chipperfield, tout en opérant dans un contexte de crise mondiale un retour assumé à de sages valeurs universelles, n’échappe pas toujours à ces dérives. Cela n’a pas empêché les critiques, déplorant le manque d’imagination du commissaire britannique. Perdure en effet cette idée sotte que l’imagination se jauge à l’aune de la complexité des formes et qu’à ce titre, par exemple, l’architecture de Lacaton & Vassal serait moins inventive que celle de Zaha Hadid.
En se penchant sur les modes de production de l’immobilier tertiaire comme nous le faisons ce mois-ci dans notre dossier, on voit bien que le déterminisme économique et financier est devenu si prégnant sur l’architecture que les questions formelles sont reléguées à l’arrière-plan de la conception. Or, si l’architecte veut jouer un rôle qui ne le limite pas au façadisme, il doit comprendre que ce qu’il envisage justement comme un lieu habitable n’est souvent plus qu’un produit financier et qu’il lui appartient désormais de déjouer ces mécanismes complexes des conditions de production.
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Benoît Crépet, la modernité comme continuité

Photographes

» Madan Mahatta, l’œil de la New Delhi moderniste

Points de vue / Expos

» « Common Ground » à Venise
» Acqua bassa pour la Biennale d'architecture de Venise 2012
» Petit dictionnaire énervé de la biennale

Concours

» Incubateurs : la nouvelle Ecole Centrale à Saclay

Le dossier du mois

» Architecture tertiaire : les logiques du bureau
» Bureau, l'architecture au travail
» Le génie du lieu tertiaire
» Entretien avec Emmanuel Sauvage, président d'Aliuta
» GA, le bureau fait maison
» 36 millions de m² à rénover d'urgence

Les produits de la rédaction

» Le bruit placardisé
» Le bureau perché
» Le mur du son
» Table magique

Réalisations

Publiés par d'a

» Musée maritime d’Estonie, Tallinn
» Transformation d'un immeuble industriel en bureaux, Paris IXe
» Maison de week-end en Belgique
» Le Kindarena à Rouen

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Benoît Crépet, la modernité comme continuité
» Madan Mahatta, l’oeil de la New Delhi moderniste

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…