N° 213 - Novembre 2012

HABITER

Centrale dans l’histoire de la modernité, la question du logement a jusqu’aux années quatre-vingt permis aux nouvelles générations d’architectes d’émerger sur la scène française et internationale. Cette scène est aujourd’hui davantage occupée par des réalisations plus spectaculaires – musées, opéras, sièges sociaux –, comme si la question de l’habitat n’était plus assez prestigieuse. Les Français, pourtant intimement concernés par cette question domestique, demeurent désespérément aussi désintéressés par le sujet. Dans la sphère politique, le logement n’engage le débat qu’en termes de mètres carrés construits et de démolitions. Démolir des immeubles en pleine crise du logement ne suffit toujours pas, semble-t-il, à démontrer à ceux qui en doutent que la question qualitative est fondamentale…
À écouter les architectes, réglementations abusives, budgets dérisoires et entreprises sous-qualifiées font de la conception du logement un martyre. Certains continuent le combat, adoptant cette posture héroïque que la profession aime tant arborer ; d’autres abdiquent, se soumettant avec résignation à des contraintes devenues, selon eux, si prégnantes qu’il est désormais impossible de sortir des standards imposés par la promotion. Engourdis par la morosité, n’oublie-t-on pas un peu vite de voir que cette exigence de confort, durabilité, sécurité et accessibilité offre à ce type de programme une qualité encore jamais atteinte ? Il est vrai qu’il y a des contreparties : tout ce qui n’est pas exigé réglementairement se retrouve souvent traité avec indigence, par défaut. Les surfaces par types d’appartement diminuent. Les coûts de mise en oeuvre augmentent. Enfin, il est un autre coût : celui de la complexité de conception engendrée par ces nouvelles contraintes et il est uniquement supporté par la maîtrise d’oeuvre. Malgré ces difficultés, les nombreuses réalisations de logements sociaux que nous avons visitées cette année, et dont nous ne vous présentons ce mois-ci qu’une infime partie, montrent qu’il existe encore une grande diversité de propositions et qu’elles donnent, là est l’essentiel, une forte envie d’y habiter.
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Actus brèves

» 1907-2012, Oscar Niemeyer: dernière courbe
» Le Louvre à Lens

Parcours

» Jean-Pierre Lott, sans repentir

Photographes

» Sergio, un certain Grazia

Points de vue / Expos

» Louis Kahn : le pouvoir de l’architecture
» Sans contenu ?

Concours

» Lieux communs : 62 logements sociaux à Carrière-sous-Poissy

Le dossier du mois

» Le logement social en France
» Retour sur expérience, un maître d'ouvrage soumis à la question

Innovations

» Un bois à l’épreuve du temps

Les produits de la rédaction

» Pivot ? Pas vu...
» Une hotte, des ions
» Cherchez la trappe

Questions pro

» Et si les architectes dopaient leur lobbying ?

Réalisations

Publiés par d'a

» 164 logements, Nanterre Seine Arche
» Rêveries d’avant la crise Trois opérations de logements « contextuelles » autour de Bordeaux
» 50 logements, Gennevilliers
» 6 maisonnées, cité-jardin du Chemin vert, Reims
» 23 logements, Béthune
» 23 logements au Bois habité, Euralille 2
» 45 logements et commerce, Vitry-sur-Seine
» 22 logements rue Rebière, Paris XVIIe
» Transformation-extension de logements à Saint-Nazaire

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Jean-Pierre Lott, sans repentir
» Sergio, un certain Grazia…
» Immeuble de 164 logements Les Terrasses Seine Arche, Nanterre

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…