N° 220 - Septembre 2013

Jardin d’hiver (en attendant le printemps)

Soumis aux meilleures intentions du monde, le logement collectif est assujetti à un nombre croissant de règles et d’exigences qui le confinent dans cette typologie conventionnelle en voie d’épuisement. Cet appauvrissement est aggravé par l’inexorable réduction des surfaces de vie au sein même des logements : le rayon de giration des personnes à mobilité réduite et l’épaisseur des murs isolés selon les canons des plans climat ont fini par absorber la surface des pièces de vie. C’est ainsi qu’après avoir absorbé la salle à manger, le salon s’attaque à l’entrée et la cuisine en second jour. Subissant ces injonctions, certains se résignent, quand d’autres décident de faire de l’architecture en inventant par la contrainte.
Ainsi, bien que sclérosée dans ses stéréotypes – du T1 au T5 –, la morphologie de l’appartement est peut-être en voie d’implosion sous la pression de l’inventivité de quelques architectes. À défaut de ne pouvoir encore réellement agir sur le noyau dur de la commande – séjour-cuisine-chambre-salle de bains –, l’imagination des architectes se porte en ses marges, comme pour mieux en souligner l’obsolescence : le dessin des loggias, jardins d’hiver, baies, espaces communs et publics tente de donner aux habitants la liberté que leur vieux modèle T ne parvient plus à leur offrir. Une autre manière pour eux de rappeler qu’habiter ne peut se réduire aux limites de son « chez-soi » : on habite aussi sa cour, sa rue, sa ville et son paysage.
C’est pourquoi la façade est plus que jamais devenue le lieu d’un enjeu : l’interface où s’élabore, harmonieusement ou non, la relation entre l’habitant et le monde. Elle est trop souvent réduite à l’habillage décoratif du moment, comme ce kit balcons « pluggés » façon color block sur vêture bois que l’on voit tant depuis quelques années. Ce qui se tisse entre intérieur et extérieur est infiniment plus complexe et dépasse la question architecturale, en même temps qu’elle la définit dans ses dimensions esthétique et politique.

Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Christophe Hutin, contre-architecte

Photographes

» Claire Tenu, la ville qu’elle fait voir

Points de vue / Expos

» Le grand écart. Épisode 4 : Vitalité du négatif

Concours

» Processus : Logements, îlot 6A, ZAC Clichy-Batignolles

Le dossier du mois

» Logement : espacer et rassembler
» Quelles mesures pour le logement social ?

Innovations

» De hautes performances, sans efforts apparents

Les produits de la rédaction

» Un air de brut
» Le crépuscule des lieux
» Chaos ordonné
» Pierre qui brille
» Naturellement
» Biodiamants
» Motifs et trames
» Le sens de la fibre
» La cabane du pêcheur
» Pastilles aléatoires
» Vert dans toutes les couleurs
» Mat et brillant
» Comme un linge
» Sur les ailes du plancher
» Façon Puzzle
» Diamants de PVC
» Lames de moquette
» Un sol à sa mesure
» Drôles d'impressions

Réalisations

Publiés par d'a

» 54 logements à Brétigny-sur-Orge
» Logements sociaux, Cannes La Bocca
» 17 logements et commerce, Pantin
» Réhabilitation d’un immeuble au chevet de l’église Saint-Merri, Paris IVe
» Logements étudiants et sociaux, secteur Ourcq-Jaurès, Paris XIXe
» 45 logements à ossature bois, Cornebarrieu, Haute-Garonne
» Logements neufs et réhabilités impasse Bonne-Nouvelle, Paris Xe

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Christophe Hutin, contre-architecte
» Claire Tenu, la ville qu’elle fait voir

> L'Agenda

Décembre 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
48      01
4902 03 04 05 06 07 08
5009 10 11 12 13 14 15
5116 17 18 19 20 21 22
5223 24 25 26 27 28 29
0130 31      

> Questions pro

Assistance à maîtrise d’ouvrage : l’hypertrophie des équipes est-elle nécessaire ?

Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO), maître d’ouvrage délégué (MOD), bataillon de conseillers…, la maîtrise d’ouvrage s’évertue …

Îlot Say, le droit d’auteur l’emporte

Le droit d’auteur des architectes et des artistes étant souvent bafoué*, l’ordonnance de référé rendue le 10 mai 2019 par le tribunal de…

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…