N° 225 - Avril 2014

La campagne de France

« La France moche » est devenu un sujet de débat des plateaux télé. Le terme peut être un slogan réducteur empreint d'une forme de mépris citadin, mais les médias ont besoin de ces caricatures pour intéresser leur public. Et tant mieux si les Français commencent à comprendre que ce sont moins les grands ensembles qui ont détruit notre paysage que des centaines de milliers de ronds-points, de lotissements, d'aménagements urbains ou de zones commerciales implantés au mépris, ou plutôt dans l'ignorance, d'une culture séculaire. Pour qui ce souci de paysage et d'architecture, voyager en France est devenu souvent éprouvant. Mais comment remédier à cette inexorable destruction ? Imposer architectes ou paysagistes dans chaque construction n'est ni possible ni souhaitable, d'ailleurs, certains d'entre eux feraient sans doute pire que ce qui est produit de manière vernaculaire. Le problème relève moins de la qualité architecturale des pavillons, supermarchés, hangars ou friches de bord de route que du choix de leur implantation, de leur relation au reste du bâti et de la manière avec laquelle ils s'inscrivent dans l'équilibre environnemental du territoire.
Des moyens ont pourtant été mis en place il y a longtemps pour remédier à cet appauvrissement : les CAUE, les Maisons de l'architecture et surtout le Corps des architectes-conseils de l'État. Les équipes qui animent aujourd'hui ces institutions ont toutes les compétences nécessaires pour remplir ce rôle. Mais quels pouvoirs leur est-il réellement accordé alors que, par ailleurs, leur légitimité est régulièrement remise en cause ? Sans doute faudrait-il que leurs compétences soient davantage mutualisées, mais si l'on veut prévenir les dysfonctionnements d'aménagement du territoire et préserver ou embellir nos paysages, il est urgent de leur donner davantage de moyens et de renforcer leur pouvoir. En d'autres termes, il faudrait admettre qu'ils sont des acteurs incontournables du développement économique.

//Emmanuel Caille//

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Actus brèves

» CHANTIER - Le quadrilatère Richelieu : nouvelle bibliothèque des arts

Parcours

» Jean-Christophe Quinton, architecte de trait

Photographes

» Alexander Gronsky, symphonie pastorale en zone périphérique

Livres

» Le maître caché de New-York

Points de vue / Expos

» Un dialogue avec Amos Gitaï
» Trésors d'archives de la reconstruction

Concours

» Ceci n'est pas une infrastructure, concours pour le pont Jean-Jacques Bosc à Bordeaux

Le dossier du mois

» La France : état d’inventaire
» Tour d’horizon
» Quels conseils pour quels territoires ? Entretien avec Frédéric Bonnet
» Un diagnostic sans concession sur les conditions de mutation du paysage français
» Promouvoir et encadrer l'autoconstruction - Une vision de Serge Renaudie

Innovations

» Tissu de briques
» La métempsycose du tréteau

Questions pro

» Une mission d’information sur la création architecturale, pour quoi faire ?

Réalisations

Publiés par d'a

» Libre, inconditionnel et gratuit - Foyer d'accueil de la Mie de Pain, Paris XIIIe
» Logements et résidence étudiante rue de Vaugirard à Paris
» « Durable » parce que simple - Immeuble de bureaux, ZAC de l’Hôtel-de-Ville, Pantin
» Centre culturel de Gournay-en-Bray
» Une architecture en corps à corps avec la nature - Villa SC, Akoura, Liban
» Le couloir hédoniste

Archives PDF

Le téléchargement des archives au format PDF est réservé aux membres inscrits possédant un abonnement au magazine papier.
Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
» Jean-Christophe Quinton, architecte de trait
» Alexander Gronsky, symphonie pastorale en zone périphérique

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…