N° 270 - Avril 2019

Les extravagants

Si l’on est rarement récompensé pour avoir raison trop tôt, architectes, paysagistes et urbanistes n’ont pas grand-chose à attendre du malaise qui secoue la société française depuis cet automne. À leur manière, ils déplorent depuis longtemps ces politiques d’aménagement du territoire favorisant la destruction des terres agricoles qui sont inexorablement remplacées par des zones commerciales et des lotissements pavillonnaires. Plus esthètes qu’altruistes, les architectes ont d’abord dénoncé une logique économique, voire normative, favorisant un étalement pavillonnaire délétère au détriment de l’habitat vernaculaire des villages et centresbourgs qui, pour survivre, ont besoin de mutations subtiles et adaptées au cas par cas. Au désastre annoncé, tant sur le plan patrimonial, paysager qu’urbain, est venu s’ajouter le coût écologique d’un habitat grand consommateur d’infrastructures et d’équipements. En bout de chaîne, on assiste aujourd’hui au désarroi existentiel et social d’habitants se retrouvant à tourner désespérément sur les ronds-points, qui constituent désormais l’identité de leur territoire. Comme toujours, on accuse l’État, l’ultralibéralisme ou la globalisation, mais si leur complicité est patente, la responsabilité de cette situation incombe d’abord à l’écrasante majorité des Français rêvant d’un pavillon non mitoyen et loin des « cités ». Comment parer à ce qui ressemble à une irrémédiable destruction ? Sans doute faut-il savoir analyser le contexte géographique, social et urbain, en connaître les rouages économiques et administratifs, avoir de l’inventivité et beaucoup de patience ! En somme, les qualités de l’honnête architecte… il y en a peu qui ont l’énergie – ou l’extravagance – de s’atteler à cette tâche ingrate en reconnaissance médiatique ; d’a en a rencontré quelques-uns et vous invite ce mois-ci à les suivre.

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Studiolada - Le collectif au service du territoire

Photographes

» Gilles Raynaldy, Mille cavernes

Points de vue / Expos

» Augmenter la géographie, entretien avec Michel Desvigne
» « ROMAMOR » : temps retourné, temps retrouvé Anne et Patrick Poirier à la villa Médicis

Concours

» Machines curatoriales : Concours pour la transformation de l’immeuble Haussmann des Galeries Lafayette à Paris

Le dossier du mois

» CENTRES VIDES, CAUSE NATIONALE - Centres-bourgs désertés : l’État, d’urgence!
» L’avenir radieux de Pesmes
» Dans le Livradois-Forez, l’engagement local pour faire vivre les centres
» Péril en la demeure des ABF ?

Innovations

» La pampille de la marine

Les produits de la rédaction

» DESIGN - Délicatesse urbaine, les nouvelles fontaines des Champs-Élysées
» DOSSIER TECHNIQUE - Transmission lumineuse, Innovations des verres, systèmes d’occultations et menuiseries

Questions pro

» Conception-réalisation : le conseil de l’Ordre des architectes des Pays de la Loire veille

Réalisations

Publiés par d'a

» Atelier Barani - auditorium de l’institut de France, Paris 6e
» Franck Hammoutène - Jouvence rénovation-extension de l’hôtel de Choudens, Paris 9e
» Atelier Obras + Aude Mermier - Médiathèque Marguerite-Duras, Brétigny-sur-orge
» La réhabilitation (presque) invisible du château saint-Maire, Lausanne

> L'Agenda

Octobre 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
40 01 02 03 04 05 06
4107 08 09 10 11 12 13
4214 15 16 17 18 19 20
4321 22 23 24 25 26 27
4428 29 30 31    

> Questions pro

Assistance à maîtrise d’ouvrage : l’hypertrophie des équipes est-elle nécessaire ?

Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO), maître d’ouvrage délégué (MOD), bataillon de conseillers…, la maîtrise d’ouvrage s’évertue …

Îlot Say, le droit d’auteur l’emporte

Le droit d’auteur des architectes et des artistes étant souvent bafoué*, l’ordonnance de référé rendue le 10 mai 2019 par le tribunal de…

PPP annulé pour les écoles marseillaises

Entre novembre 2018 et février 2019, la justice a donné raison par deux fois à des instances régionales et nationales de l’Ordre des…