N° 274 - Septembre 2019

Calimero et le promoteur

Les architectes aimeraient bien concevoir leurs projets uniquement en fonction des usages, du contexte, des matériaux et du budget. Pourtant, leurs plus lourdes contraintes proviennent souvent d’ailleurs, de la part d’acteurs plutôt ignorants de ces questions : les maires et les promoteurs. Même s’ils sont bien intentionnés, on sait que la grande majorité des maires sont incompétents en matière d’architecture et d’urbanisme. Quant aux promoteurs, s’ils connaissent mieux que chacun les ressorts financiers de l’immobilier, ils sont généralement ignorants en ces matières ; la raison en est simple : on ne choisit pas d’être promoteur pour l’art ou le bien public mais pour faire des profits, comme on vendrait des aspirateurs. L’architecte croit construire pour l’éternité quand le maire le fait pour la durée de son mandat et le promoteur pour le temps de vente de ses « produits immobiliers ». Car contrairement à l’achat d’aspirateurs, on achète rarement deux fois dans sa vie à un même promoteur. En clair, si son produit vous a déçu, il s’en fiche un peu. Notre paysage urbain est donc presque toujours le fruit d’acteurs ignorant l’art de construire et d’aménager le territoire et qui ne se sentent aucune responsabilité quant à la valeur de ce qu’ils lèguent à la communauté.
Une fois brossé cet accablant tableau et chanté une fois de plus la complainte de Calimero l’architecte, on se doit évidemment de nuancer l’accusation, surtout depuis que la commande publique de logement s’est effondrée pour laisser la main à la promotion privée. Il y a désormais quelques promoteurs qui s’intéressent à l’architecture et pas seulement dans le seul but d’obtenir le permis de construire auprès de maires éclairés ou bien conseillés, mais aussi parce que certains ont compris que la qualité pouvait faire vendre, voire même être rentable !
Le logement de masse doit-il pour autant demeurer un lieu d’expérimentation architecturale ? Si les promoteurs sont terriblement conventionnels, ils ont aussi beaucoup de retours d’expérience, ce qui n’est pas le cas de la plupart des architectes qui conçoivent leurs logements selon leur propre mode de vie – qui est rarement le même que celui de ceux qui y habiteront. Nous avons en cette rentrée enquêté sur les nouveaux rapports entre architectes et promoteurs, constatant que si des menaces pèsent réellement sur la valeur accordée à l’architecture du logement, les choses changent, et parfois en bien.

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Privilégier la réalité construite

Photographes

» Lynne Cohen, Formes d’incongruités

Livres

» Le regard touristique et le monde comme image
» La fabrique du bonheur
» Marina Baie des Anges

Points de vue / Expos

» « Os Ossos da Arquitetura » : montrer ses os, pas ses muscles
» Brice, le visionnaire
» Notre-Dame de Paris De quelques évidences

Concours

» La tour est-elle soluble dans le sol ? Concours pour les îlots Féval et Blériot, EuroRennes

Le dossier du mois

» Logement : les méthodes de la promotion privée menacent-elles l’architecture ?
» Architectes-promoteurs, un mariage délicat
» « L’architecte doit placer sa créativité au service du montage global des projets »
» Les altanas de la tour Panache
» Le volume capable, un habitat personnalisable
» « Dé-corréler l’immobilier du sol »
» Promoteur-architecte, ou comment reprendre du pouvoir
» « Loger les gens avec le budget qu’ils nous donnent »

Innovations

» La filière bois invente la cloison 100 % en kit

Les produits de la rédaction

» DESIGN - Design circulaire
» TECHNIQUES - Agencement tertiaire - Les habits neufs de l'efficacité au travail

Le Grand Entretien

» Entretien avec Henry Ciriani : « J’ai toujours eu de La chance »

Réalisations

Publiés par d'a

» À Nantes, une fabrique de ville Trois opérations urbaines
» La Méca, Bordeaux Tout est dit
» Maison pour tous, Four, Isère

> L'Agenda

Janvier 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
52     01 02
0103 04 05 06 07 08 09
0210 11 12 13 14 15 16
0317 18 19 20 21 22 23
0424 25 26 27 28 29 30
0531       

> Questions pro

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…