N° 289 - Mai 2021

L’art méprisé de la maintenance

Nous pourrions relire l’histoire de la construction depuis la révolution industrielle comme celle d’une fuite en avant, d’un effrayant élan de « destruction créatrice », chaque nouveau bâtiment amplifiant par sa virtuosité technique l’apparente obsolescence de ses prédécesseurs. Dans Durer, le nouveau livre de Pierre Caye que nous vous avons présenté le mois dernier et dont nous ne saurions une fois de plus vous recommander la lecture, un long chapitre est consacré à « la maintenance ou le travail au service de la durée ». Maintenance, un mot d’ordre dont la mise en œuvre n’est pas porteuse d’héroïsmes gratifiants et qui cadre mal avec la posture de créateur génial à laquelle certains architectes aiment être associés. Le philosophe fait d’ailleurs remarquer combien, au sein du système productif, que ce soit dans l’agriculture, l’infrastructure industrielle ou les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), l’importance de la maintenance est toujours minimisée ; symboliquement d’abord (parce que non valorisante) mais surtout en tant que facteur réel de développement.
Comment ne pas reconnaître qu’en architecture, ce qui relève du soin et de la lente transformation du bâti est très mal valorisé ? Si l’on pense que cela concerne près de 95 % des constructions, ne devrait-on pas y concentrer toute notre attention et notre créativité ? On se souvient que, pour l’un de leurs premiers concours (perdu), Lacaton & Vassal avaient proposé, plutôt que de restructurer entièrement une petite place publique, de réparer simplement ce qui était cassé et de consacrer le budget de construction à nettoyer et à entretenir l’espace public. Modestie qui avait été perçue comme une provocation. Pourtant, comme l’écrit Pierre Caye, « la maintenance se fait à maintes reprises la mère de l’innovation. La maintenance ne signifie pas seulement le statu quo et la conservation. De la maintenance naît aussi l’invention » (p. 212).
Or voici que les industries ayant jusqu’alors le plus contribué à l’épuisement délétère de nos ressources s’apprêtent, avec l’assentiment de l’ensemble de la classe politique, à lancer une nouvelle phase de destruction créatrice : à coups de produits miracles et de solutions toutes prêtes, des groupes industriels, relayés par une pléthore de nouveaux « spécialistes », se sont transformés en hérauts de la « transition écologique ». Eux seuls seraient capables de répondre à l’urgence de ce défi – leurs chaînes de production sont d’ailleurs déjà prêtes à nous envoyer leurs remèdes depuis la Chine. L’un des problèmes est que le temps de l’architecture – le temps nécessaire du projet, de sa conception jusqu’à sa réalisation – est perçu par la société comme trop long. En effet, l’architecture ne peut advenir sans une pensée inscrite dans un ici et maintenant par essence non reproductible d’un projet à l’autre. Réparer ou embellir par l’architecture c’est, en chaque lieu et en chaque moment, une responsabilité qui engage chaque acteur sur la durée et s’accommode peu des réponses normatives ou platement quantitatives.
Emmanuel Caille

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Magazine

Parcours

» Lambert Lénack - Architectes généralistes

Photographes

» Marie Sommer, Une île

Livres

» Mener l'enquête : Eyal Weizman, La vérité en ruine, Manifeste pour une architecture forensique

Points de vue / Expos

» Fieldoffice ou le sursaut écologique de l’urbanité taïwanaise

Le dossier du mois

» RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS DU XXe SIÈCLE : À QUOI SERVENT LES ARCHITECTES ?
» L'affaire d'une génération
» Primum non nocere - L'agence Eliet & Lehmann, ou l’art de prendre soin de la modernité
» Faire plus avec moins - Entretien avec l’architecte Frédéric Druot
» Regarder, évaluer, réparer - Rénovation à la cité des Blés d’or au Blanc-Mesnil
» Retour d’expérience - Entretien avec Thierry Rieser, ingénieur et gérant d’Enertech
» À la recherche de la résilience - Entretien avec Raphaël Labrunye, architecte et historien
» Révéler les qualités intrinsèques - Études de ventilation naturelle pour la tour Raspail de Renée Gailhoustet à Ivry-sur-Seine

Innovations

» Construire en hêtre : projet ordinaire ou destin national ?

Les produits de la rédaction

» DOSSIER TECHNIQUE : Menuiseries et protections solaires - La recherche d’une parfaite complémentarité
» PRODUITS UTILES - Enduit métallisé
» PRODUITS UTILES - Qu'attendre pour oser ?
» D'A LAB : Coproduits de la mer
» PRODUITS UTILES - Royal

Questions pro

» Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Le Grand Entretien

» Entretien avec Dominique Lyon : Le parti pris des choses

Réalisations

Publiés par d'a

» Habiter le sol : 20 logements collectifs, rue de la Cour-des-Noues, Paris 20e
» House of Cards : Institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable, Nice
» À la recherche du temps perdu : aménagement de l'îlot B2, Lyon-Confluence

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…