N° 306 - Avril 2023

L’architecture, tu l’aimes ou tu la quittes

Une fois de plus, la situation des architectes est pathétique : alors qu’une partie des Français sont dans la rue pour contester une loi qui vient d’être votée, les étudiants des écoles d’architecture sont aussi dans la rue mais, contrairement aux aspirants à la retraite, c’est pour que des moyens leur soient donnés afin que les décrets concernant la réforme de leur enseignement soient applicables ! Et à part eux, à gauche comme à droite, tout le monde s’en fout. Cette colère est le fruit du mépris dont est victime la profession d’architecte depuis des décennies, un mépris qui ne parvient plus à se dissimuler derrière les discours lénifiants dont nous abreuvent tous les ministres de la Culture depuis trente ans. C’est pourtant avec des soupirs de volupté que les architectes – qui prennent plutôt leur retraite après 70 ans – accueillent ces paroles flatteuses pour leur ego, préparées par des conseillers ministériels qui pallient comme ils peuvent l’inculture et le désintérêt récurrent de leurs ministres. « Enfin, nous sommes entendus ! » se congratulent-ils tous sous les lambris de la rue de Valois avant de vite désenchanter, jusqu’au prochain hochet qu’on leur tend, comme ce prix Reseda (1) annoncé en février.
Comment justifier que des écoles d’art comme l’ENSBA ou l’ENSAD (qui dépendent elles aussi du ministère de la Culture) ou les écoles d’ingénieurs soient jusqu’à deux fois mieux dotées par étudiant que les ENSA ? Pourquoi ne donne-t-on pas à ces dernières les moyens d’appliquer la réforme de 2018 qui avait pourtant fait consensus et que les écoles ont vaillamment tenté de mettre en œuvre, s’adaptant en peu de temps aux ambitions qu’elle exigeait ? Tout ceci a été dit, écrit et répété dans ces pages et ailleurs (2), dans les assemblées générales des étudiants et enseignants en grève et maintenant dans la rue. L’abandon dont semble faire preuve l’administration par la fin de non-recevoir qu’elle renvoie aux manifestants ne cache-t-il pas en réalité son embarras face à son impossibilité de leur répondre ? L’architecture n’a jamais été une priorité à la Culture et le financement des écoles, même très légèrement augmenté comme cela a été le cas récemment, passera toujours en dernier. On avait espéré que le rapprochement avec les universités, acté par la réforme, excellente chose en soi, aurait tiré les ENSA vers le haut (c’est le « S » pour « supérieure »). Le moment est donc venu de se demander ce que font les écoles d’architecture à la Culture alors qu’un autre ministère porte dans son intitulé même la définition de ce que devrait être l’architecture en 2023 : la Transition écologique et la Cohésion des territoires ? Et sur les 15 milliards d’investissements consacrés à la transition énergétique et écologique promis par le président de la République (3), n’est-on pas en droit d’espérer qu’une infime mais nécessaire partie soit consacrée à la formation de ceux qui sont en première ligne pour la mettre en œuvre ?

1. Premier palmarès national en faveur du développement durable destiné aux étudiants des écoles nationales : « Transcription du discours de la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, à l’occasion du lancement du Palmarès Reseda », sur culture.gouv.fr
2. Voir le dossier « Écoles d’architecture : un modèle en crise ? » Guillemette Morel Journel, d’a, n° 295, décembre 2021-février 2022.
3. en-marche.fr

Abonnez-vous à D'architectures

Sommaire 

Parcours

» TANK architectes : Dialogue critique

Photographes

» Dans la caverne de Platon « Thomas Demand, le bégaiement de l’histoire »

Le Grand Entretien

» Bruno Reichlin : La boîte à outils du projet

Razzle Dazzle by Mehdi Zannad

Questions pro

» MOP ou conception-réalisation, comment faire le bon choix ?

Livres

Point de vue / Expo / Hommage

» Crise du logement abordable. Plus d’émoi que d’architecture

Concours

» Stratégies

Le dossier du mois

» L'architecture, une économie en projet
» « L’économie de l’architecture remet l’usager et la réponse aux enjeux de société au cœur du processus des décisions économiques »
» Oikonomia : une pratique éthique de l’économie de l’architecture
» « Il faut ramener la question de l’économie de l’architecture à celle de la valeur »
» L’architecture comme activité économique, ineptie ou nécessité ?
» Gens, le tableur et l’économie de l’esthétique
» L’énigme de l’arrivée

Réalisations

D’A Lab - Design

» Ornamental Makers

Techniques

» Lumière naturelle : menuiseries et protections solaires. S’affiner pour laisser toujours plus de place au verre

Innovations

» Une couverture tout en souplesse. Halle des sports et pavillon d’accueil dans le parc du lycée Michelet de Vanves, par Explorations Architecture et le BET EVP

Produits utiles

> L'Agenda

Septembre 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
35    01 02 03
3604 05 06 07 08 09 10
3711 12 13 14 15 16 17
3818 19 20 21 22 23 24
3925 26 27 28 29 30  

> Questions pro

« In solidum » : jusqu’à quel point l’architecte doit-il être solidaire ?

Michel Klein, directeur général adjoint de la MAF, revient sur des condamnations in solidum disproportionnées à l’encontre des architectes mie…

25 ans d’expérience sur les grands projets universitaires qui montrent les limites des PPP et le …

Qu'il s'agisse de la récente construction de l'ENS Paris-Saclay, de la complexe restructuration du campus de Jussieu ou plus récemment du Campus Con…

MOP ou conception-réalisation, comment faire le bon choix ?

Pour les maîtres d’ouvrage occasionnels, puiser dans la palette des procédures de marchés publics tient souvent du casse-tête au moment de lance…