Découvrir ce qui est invisible : Espaces intercalaires, un film de Damien Faure

Rédigé par David LECLERC
Publié le 04/03/2013

Article paru dans le d'A n°215

Il est suffisamment rare de découvrir une œuvre cinématographique qui échappe au style convenu du film d’architecture pour en parler. Surtout lorsqu’il aborde la question de la vie dans une des villes les plus denses, les plus complexes à déchiffrer et les plus impénétrables, Tokyo. 

Le film de Damien Faure mélange les registres du documentaire (entretiens, visites) et du film de fiction, non pas pour s’éloigner du réel mais pour au contraire mieux le saisir. Il s’ouvre sur une observation d’un ornithologue japonais dans un parc de Tokyo : « Le corbeau, le maître de Tokyo, connaît mieux la ville que l’homme. » Et sur un constat : à Tokyo, l’oiseau fait son nid en utilisant à la fois des matériaux naturels et des objets trouvés. Ce détour par l’ornithologie nous rappelle l’intelligence du monde animal pour s’adapter à son milieu. Il introduit aussi le thème du film : les nids que l’homme construit dans l’univers urbain.  

Le documentaire s’inscrit dans la lignée du célèbre ouvrage de l’atelier Bow-Wow, PET Architecture Guide Book, publié en 2001, qui fut le premier à documenter ces « discrètes petites architectures », comme les nomme Yoshiharu Tsukamoto (associé de Bow-Wow), en les comparant aux animaux de compagnie que l’on peut transporter partout. Érigées sur des parcelles résiduelles, ces architectures font souvent preuve de beaucoup d’ingéniosité pour tirer parti des contraintes dimensionnelles et urbaines qui leur sont imposées. Elles se glissent entre les bâtiments, s’accolent à une infrastructure, s’implantent sur un espace résiduel en cœur d’îlot.

Mais le film ne se limite pas à l’inventaire typologique développé dans le livre. Il le complète intelligemment en utilisant le point de vue cinématographique pour plonger dans l’intériorité de ces bâtiments singuliers, pour explorer leur ingéniosité spatiale, pour entraîner le spectateur dans le dédale de leurs niveaux, de leurs recoins et de leurs rituels. Il s’intéresse aussi à l’histoire de leurs habitants et à leurs modes de vie. « Les petits espaces sont naturellement infinis pour les Japonais, alors qu’ils sont étroits pour les Occidentaux », nous confie un architecte. Un autre nous explique que l’espace de travail dans son agence est tellement étroit que l’apparition des ordinateurs à écran plat a représenté un gain d’espace conséquent !

Damien Faure ne s’intéresse pas seulement à l’architecture savante. À l’instar du travail de Bow-Wow, il se tourne également vers l’architecture vernaculaire commerciale : fleuriste, réparateur de vélos, bar. Le restaurant Kadokko (4,8 m x 0,9 m x 6,2 m) est un lieu de rencontre privilégié des âmes solitaires en raison de sa taille lilliputienne. « Ici, on est obligé de se parler », constate un client, en raison de l’exiguïté de l’espace intérieur. Le patron, qui chante et nous raconte sa vie, observe que « l’avantage de ce petit espace est de découvrir ce qui est invisible ». Ces incursions dans l’intimité de ces lieux habités permettent de rencontrer des personnages singuliers, comme cet entomologiste qui habite et travaille dans une petite pièce. Il stocke ses insectes dans son réfrigérateur devenu inutile avec la supérette du coin de la rue ouverte 24 heures sur 24. Tout comme la salle de bains, puisque le bain public est si pratique ! Le décryptage de ces microcosmes alterne avec des vues « à vol d’oiseau », la caméra-oiseau glissant silencieusement au-dessus du macrocosme urbain comme pour tenter d’en déchiffrer l’ADN. En convoquant, à l’instar du corbeau, ces deux échelles opposées mais complémentaires, Damien Faure parvient à capturer les singularités culturelles et spatiales de l’espace urbain tokyoïte et à dresser un portrait à la fois poétique et sensible de la ville. 

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…