Des ailes pour Roland-Garros

Rédigé par Benoit JOLY
Publié le 12/10/2020

Article paru dans le d'A n°284

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans la précipitation, dérouler une bâche pour protéger la terre battue du court central de Roland-Garros, au moment où se jouaient des finales mémorables sous des cieux menaçants ? Parmi les différents travaux de modernisation du site – le nouveau bâtiment de la FFT (Chaix & Morel) et le court Simonne-Mathieu (Marc Mimram) –, le court central Philippe-Chatrier a subi d’importantes transformations. Rénové et rendu confortable pour un montant de 120 millions d’euros par ACD Girardet & Associés (architectes mandataires*), il est désormais doté d’une toiture rétractable et pliante d’un hectare signée des architectes et ingénieurs de l’agence DVVD. Un mastodonte d’acier et de textile de plus de 3 000 tonnes.


Adosser une toiture rétractable sur un court de tennis en s’appuyant sur les pourtours de l’existant – sous lourdeurs apparentes – est à la fois une histoire d’architecture et d’ingénierie mécanique qui touche à l’aéraulique, au confort thermique, à la maîtrise des jeux d’ombre et de lumière et à l’acoustique. Car une fois le stade entièrement recouvert, le climat intérieur ne doit pas entraîner de nuisances aux dépens du confort des joueurs et des spectateurs. Rodée à cet exercice, l’agence DVVD bénéfice d’une expérience en termes de structures mobiles partout dans le monde depuis une vingtaine d’années. Ce savoir-faire lui a permis de remporter le concours en 2009, basant entre autres son scénario sur l’évocation de l’aéronef de Roland Garros – le célèbre aviateur français qui donna son nom au stade en 1928.

 

À tire-d’aile

Reprenant l’image des voilures des premiers appareils de l’histoire de l’aviation, la toiture rétractable est constituée de onze ailes mobiles de 320 tonnes chacune, tenues par des poutres d’acier (fabriquées par l’entreprise italienne Cimolai). En complément des éléments structurels galbés et mobiles, les architectes se sont orientés vers une toile tendue qui a déjà fait ses preuves en architecture textile – une trame polyester précontrainte, enduite de PVC en double face. Translucide, elle a fait l’objet de traitements différenciés. À l’extérieur, 15 000 m2 de membranes composite Flexlight TX30 de Serge Ferrari (confectionnées par l’entreprise Tensaform) ont été choisis pour des questions de légèreté, des qualités d’imperméabilité et une faculté à se replier facilement – en l’espace de 15 minutes, comme le préconisait la Fédération française de tennis. À l’intérieur, pour des raisons acoustiques, 9 000 mde toiles Alphalia Silent AW se chargent d’absorber 65 % des bruits – mélange d’acclamations du public, d’amortissements des balles sur les raquettes et de cris des joueurs appuyant la puissance de leurs smashs.

Une fois la toiture refermée, un éclairage artificiel a été prévu pour compenser les baisses potentielles de lumière naturelle et répondre aux besoins des retransmissions télévisuelles. Par conséquent, les toiles ont été choisies pour apporter une luminosité homogène, et les structures qui les supportent minimisées pour éviter les effets d’ombre portée sur la terre battue. D’ailleurs, la toiture a été voulue compacte (les ailes et les poutres ne dépassent pas les 3 mètres de haut) sans qu’aucun élément technique ne soit visible et ne déborde sur le court.

En position repliée, par beau temps, la couverture positionnée au plus près des gradins se glisse au nord de l’édifice, limitant l’impact de son ombre. Chaque aile s’encastre dans la précédente, ce qui permet de passer d’une couverture de 100 mètres de long à un auvent de 30 mètres seulement. « Même si les dispositifs de toitures rétractables sont devenus fréquents dans les grands stades, il faut souligner l’échelle incroyable de celui-ci, plus important qu’un terrain de foot, rappelle Daniel Vaniche, architecte et ingénieur associé chez DVVD. Ce qui rend ce projet unique est le fait que la toiture embrasse à la fois la surface du terrain et celle des gradins. Pliée, elle couvre la tête des spectateurs et, ouverte, elle préserve une ambiance de plein air. »

 

École d’aéraulique

Pour garantir un maintien des conditions climatiques en position fermée et obtenir des garanties quant à la résistance du dispositif avec les changements météorologiques, les architectes et ingénieurs ont procédé à de nombreux tests en amont qui ont également aidé à limiter la quantité d’acier et de toile mise en œuvre. Des essais en soufflerie ont été effectués au CSTB pour calculer les effets du vent sur la maquette. Par ailleurs, la porosité de la toile employée participe de la bonne qualité de l’air à l’intérieur de l’enceinte, et permet d’éviter les courants d’air ainsi qu’un indésirable effet de serre. « En plein centre de court, une aile au vent peut bouger de 1 mètre », précise Daniel Vaniche, qui insiste sur la porosité du dispositif pour la ventilation. « Une toiture complètement fermée aurait obligé à doubler les issues de secours pour des questions feu. »

Dès le début des phases de conception, l’intégration d’un bureau d’études spécifiquement dédié à la mécanisation et à la motorisation de l’ensemble des ailes (ISM) a contribué à la réussite du projet. Disposés en quinconce sur une crémaillère, des bogies latéraux à trois roues se déplacent sur un chemin de roulement horizontal de part et d’autre du court. Tout ce dispositif est contreventé par deux tours de béton réservées aux pompiers, sans alourdir le bâtiment. « La force de ce projet innovant s’appuie sur une grande simplicité mécanique. Cette toiture ne se résume pas à des plaques glissant l’une sur l’autre comme c’est habituellement le cas, mais on a onze ailes qui s’imbriquent ensemble, avec une cinématique évoluée mais simple. À partir d’un seul prototype d’aile, nous nous sommes débrouillés pour qu’il n’y ait aucun ATEX ».

À l’heure où nous écrivons ces lignes, tandis que la finale est exceptionnellement prévue pour la mi-octobre, nul ne peut présager si l’automne nous fera la faveur de généreuses pluies – rien que pour le plaisir des la voir stoppées net par ce fascinant éventail mécanique. Mais si une simple averse survenait – comme le veut le rituel –, la fameuse bâche serait déroulée à la hâte pour protéger la terre battue de Roland-Garros.

 

[ Maîtrise d’ouvrage : Fédération française de tennis (FFT) – Maîtrise d’œuvre : DVVD Architectes & Ingénieurs et ACD Girardet & Associés (architecte mandataire du court central) – Entreprises : Vinci Construction France (entreprise générale), Cimolai (mécanisme mobile et production poutres acier) – BET : ISM (mécanique et commande), Lamoureux Acoustique (acoustique) – Toiles techniques : Serge Ferrari (fabrication), Tensaform (confection) – Budget (études et travaux) : 40 millions d’euros HT – Surface : 1 ha (couverture) – Calendrier : livraison, avril 2020 (10 mois de chantier) ]



Note de la rédaction : Dans l’édition imprimée #284 d’octobre 2020, une confusion dans l’introduction à l’article a été faire entre l’agence ACD Girardet & Associés (architecte mandataire du court central) et l’atelier CDG (Carrière Didier Gazeau) – ce dernier ayant inopportunément été nommé, sans rapport avec le projet. Nous présentons nos excuses auprès des auteurs du projet par l’accessibilité de l’article en ligne.  

 

> Autres produits dans la même catégorie

Bétons immergés : des…

Le 21 septembre dernier, dans la rade de…

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

L’UHPS : un composite…

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré…

Questionner la massivité…

« Comment exprimer la massivité du…

Du mur renard au mur…

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous…

HCL : le pouvoir…

1Les premiers développements de la LED étaient…

Céramiques en haute…

Chaque année en septembre, le Cersaie de Bologne…

Drones et robots à la…

Des architectes et ingénieurs danois ont…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Bétons immergés : des infrastructures portuaires biomimétiques Publié le 09/11/2020

Le 21 septembre dernier, dans la rade de Cherbourg, on pouvait assister à l’immersion de… [...]

Rendez-vous en bauge optimisée Publié le 26/08/2020

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait l’objet de nombreuses recherches et… [...]

Design itératif : « s’approprier les technologies plutôt que les subir » Publié le 01/07/2020

La récente exposition consacrée à l’intelligence artificielle au Pavillon de l’Arsenal a… [...]

L’UHPS : un composite pierre révolutionnaire Publié le 04/05/2020

Vous connaissez l’UHPC – le béton fibré haute performance ? Découvrez l’Ultra… [...]

Questionner la massivité du bois Publié le 03/04/2020

« Comment exprimer la massivité du bois » ? L’architecte Boris Bouchet s’est… [...]

Du mur renard au mur miroir Publié le 03/03/2020

Depuis 2014, les architectes de l’agence Vous Êtes Ici accompagnent le groupe Barrière dans… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
44      01
4502 03 04 05 06 07 08
4609 10 11 12 13 14 15
4716 17 18 19 20 21 22
4823 24 25 26 27 28 29
4930       

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…