Des données dans ma lumière : la révolution Light Fidelity (LiFi)

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 03/04/2013

Article paru dans le d'A n°216

L'idée de transmettre des données par la lumière pourrait bien devenir une réalité demain. Via des protocoles telle le LiFi, abréviation de Light Fidelity, de nouveaux domaines d'application vont se développer là où le WiFi n'est pas toujours le meilleur vecteur.

Le principe du LiFi existerait depuis plus d'un siècle, le premier appareil étant le photophone inventé par Alexander Graham Bell en 1880. Toutefois, l'essor de ce protocole est indissociable de celui des LED, sources lumineuses électroniques capables de commuter (s'allumer et s'éteindre) plus d'un million de fois en une seconde. La technologie peut être comparée à un morse ultra-rapide. Pour fonctionner, elle a besoin d'un récepteur capable de décoder les impulsions lumineuses. Cet appareil se présente sous la forme d'une grosse lentille connectée à un ordinateur.

Le LiFi ne veut pas se substituer au Wi-Fi, mais viendrait en complément. Il pourrait être installé dans les univers sensibles au piratage informatique, la lecture de données ne pouvant s'effectuer qu'à proximité de la source d'émission. Il est aussi plus rapide que le Wi-Fi, les débits actuels de 10 Gbit/sec devant être rapidement multipliés par dix. Enfin, le LiFi n'émet pas d'ondes et reste a priori inoffensif pour la santé. Une start-up française s'apprête à commercialiser des ampoules LiFi à installer sur les luminaires domestiques. À terme, le LiFi pourrait être installé dans les musées, où il pourrait remplacer les appareils de type audio-guides. La SNCF testerait ce système qui permettrait aux voyageurs de se repérer dans les trains et les gares. Dans les deux cas, les informations seraient décodées par les capteurs d'intensité lumineuse des Smartphones, aujourd'hui bridés mais qui seraient déjà capables de recevoir ce type de signal. La lumière, nouvel arrivant dans l'arsenal des bâtiment hyper connectés ?


Une des six start-up développant le LiFi au niveau mondial est basée à Vélizy. Il s'agit d'Oledcomm, une émanation du laboratoire de l'université de Versailles. Oledcomm avait débuté ses recherches autour de la communication lumineuse pour le secteur de l'automobile. Elle va proposer des applications domestiques à la fin du premier trimestre 2013 et serait en contact avec plusieurs architectes intéresséq par la technologie.

> Autres produits dans la même catégorie

Innover avec la pierre

Au sein du collectif Studiolada, les architectes…

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

Vers la fin du logement…

Tandis que les architectes se mobilisent contre…

Blocs en stock - Du…

Spécialisé depuis plus de…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

Innover avec la pierre Publié le 01/03/2019

Au sein du collectif Studiolada, les architectes Christophe Aubertin et Benoît Sindt développent… [...]

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

Inventer la fraîcheur Publié le 30/08/2018

En écho au concours « faire » et aux ambitions affichées de la Ville de Paris de penser… [...]

Accessibilité : en finir avec les salles de bains moches Publié le 25/06/2018

Dans le jargon professionnel, on les appelle les « produits d’assistance pour personnes en… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…