Deshaus : être architecte en Chine aujourd'hui

Rédigé par Jérémie DESCAMPS
Publié le 06/10/2014

Long Museum West Bund © Xia Zhi

Dossier réalisé par Jérémie DESCAMPS
Dossier publié dans le d'A n°230

L’agence Deshaus réunissait à l’origine trois architectes formés à Shanghai : Liu Yichun (né en 1969), Chen Yifeng (né en 1972) et Zhuang Shen (né en 1971). Elle est aujourd’hui dirigée par Liu et Chen, diplômés de l’université Tongji, à Shanghai. L’architecture de Deshaus réunit l’intelligence et la sensibilité dans des projets subtils mais sans fragilité et aux programmes souvent difficiles, comme des jardins d’enfants ou des universités.

À l’opposé de l’architecture très affirmée qui est souvent celle des réalisations chinoises, leur travail se fait remarquer par des formes équilibrées, des couleurs harmonieuses et une élégance sans concession. Ils répondent ici aux questions de l’urbaniste et sinologue Jérémie Descamps*, nous parlent de leurs conditions de travail puis de leurs réalisations. Ils apportent enfin une analyse éclairante et passionnante sur les rapports entre modernité et tradition au sein de la culture chinoise.


Qu’est-ce qui caractérise le type de commandes auxquelles vous répondez ?

Liu Yichun : Nous avons progressivement réalisé qu’il y avait forcément un lien entre nos projets et la banlieue de Shanghai, puisque beaucoup y sont réalisés. Avec le développement des banlieues, nous avons assisté à la naissance du développement urbain de la Chine. Très souvent, les zones dans lesquelles nous opérons sont vierges de tout contexte, si ce n’est le réseau viaire planifié. Nous avons donc eu le loisir d’initier des projets totalement nouveaux, souvent des jardins d’enfants ou des écoles, car le gouvernement privilégie la construction d’équipements publics dans le but d’attirer les promoteurs immobiliers pour construire dans ce genre de zones. Ces dernières années, nous avons donc expérimenté ce type de point de départ.


Entretien paru dans le dossier « Architectures chinoises : une décennie pour se réinventer », d'a 230, octobre 2014


*Jérémie Descamps est un urbaniste et sinologue français basé en Chine depuis quinze ans. Il a fondé à Pékin Sinapolis, un atelier d’études et de ressources spécialisé sur la ville chinoise. Il a participé à la réalisation de l’ouvrage Made by Chinese (repérage de projets, entretiens, traductions, écriture). Cet entretien a été traduit du chinois par Jérémie Descamps, Yuan Yi et Marie-Sarah Mailliard.


Lisez la suite de cet article dans : N° 230 - Octobre 2014

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
22     01 02
2303 04 05 06 07 08 09
2410 11 12 13 14 15 16
2517 18 19 20 21 22 23
2624 25 26 27 28 29 30

> Questions pro

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…