DESIGN - Design démultiplié - Entretien avec les designers de l’agence LDRP

Rédigé par Karine DANA
Publié le 08/03/2017

Article paru dans le d'A n°252

Revendiquant la double compétence d’architecte et de designer, Laurence Duca et Rémy Peyrard envisagent le mobilier comme un système de structuration et d’organisation de l’espace. Le meuble est pour eux un vecteur de transformation et de démultiplication d’usages avant d’être un objet. Nous leur avons demandé comment et avec quels processus de fabrication ils y parviennent.   

D’a : À quelle idée de l’usage et du confort votre production renvoie-t-elle ? 

Laurence Duca et Rémy Peyrard : Nous envisageons le mobilier pour encourager l’usager à devenir acteur de son espace. Il ne s’agit pas de poser une bibliothèque, un bureau, un canapé de façon immuable, mais que chaque pièce compose une certaine musique, que certains éléments s’animent au gré des usages. Cela encourage à développer une relation différente au mobilier, finalement assez charnelle. On devient partie prenante de ces assemblages. Notre réflexion va toujours au-delà de l’usage unique, pour initier des usages multiples. 

 

En quoi cette approche se répercute-t-elle sur les décisions constructives ? 

Proposer des usages différents implique en effet des assemblages spécifiques. Par exemple, pour notre mobilier Pop’Up, comme la table Aude, nous mixons des assemblages de type à mi-bois avec des assemblages mécaniques de type charnière à piano ou autre. Nous cherchons à limiter au maximum les pièces de quincaillerie, néanmoins le dessin de ce mobilier prend en compte des contraintes spécifiques pour chaque type de pièce, en termes de poids, d’arrachage, de flexion. Depuis plus de vingt ans, nous adaptons nos dessins à la mutation du métier de menuisier. Ainsi, nous avons développé plusieurs gammes de mobilier conçues à partir de machines à commande numérique. La matière est optimisée, et la mise en oeuvre s’en trouve réduite. Face à la demande, nous avons créé « Les Optimistes Éditions », une SAS dédiée pour vendre ce type de mobilier, particulièrement prisé pour les petits espaces. Nous avons fait évoluer les premiers prototypes afin que l’usager puisse repartir avec sa table, sa bibliothèque ou sa tête de lit en cas de déménagement. Il faut penser le mobilier autrement. 

 

Quelles sont vos logiques de production et en quoi le matériau bois permet-il de diversifier les offres ? 

Nous travaillons principalement le bois massif et ses dérivés : panneaux de contreplaqué, panneaux trois plis, panneaux de bois composites, etc. Et nous souhaiterions à terme travailler avec des matériaux biosourcés. Le choix d’un travail manuel ou des machines à commande numérique dépend de deux facteurs : le matériau choisi dans le cahier des charges et le nombre de pièces produites. Dans le cas d’une petite série, voire d’une pièce unique, il est préférable de partir sur un process semi-artisanal qui ne nécessitera que très peu de temps de développement au sein du bureau d’études, mais fera plutôt appel au savoir-faire de l’artisan. Les pièces seront alors traitées de manière traditionnelle : l’artisan trace ses épures, et certains éléments sont travaillés dans un premier temps en MDF (Medium Density Fiberboard, ndlr) avant d’être traités dans le matériau choisi. Une fois les aspects fonctionnels, ergonomiques et structurels validés, le meuble sera usiné, assemblé. Dans le cas d’une moyenne ou grande série, nous travaillons principalement avec des ateliers équipés de machines à commande numérique trois ou cinq axes. Nous produisons des fichiers sous format DXF, lesquels sont retranscrits par le bureau d’études afin de pouvoir programmer les machines. Là encore, une première maquette à l’échelle 1 en MDF est réalisée avec la machine à commande numérique avant que la série soit lancée. Le temps passé au bureau d’études est souvent égal au temps passé à la réalisation des pièces, aussi la rentabilité de ce type de fabrication ne commence qu’à partir d’une dizaine de pièces. Toute la gamme du catalogue Pop’Up est usinée par l’atelier TBM à Saint-Maur. Nous avons monté un partenariat avec cette entreprise et travaillons sur une combinaison, qui peut sembler paradoxale, de production sur mesure conçue de manière industrielle. Cette approche nécessite la programmation d’un logiciel permettant le recalcul des informations transmises sans avoir à les rentrer de nouveau. À terme, nous souhaiterions pouvoir adapter nos modèles de meubles aux mesures de chacun. Cette approche nous intéresse particulièrement. Nos intérieurs ont des morphologies différentes, aussi singulières que les meubles et les usages qui les composent, alors pourquoi continuer à produire des standards qui ne correspondent jamais vraiment à nos attentes, à nos vies ? 

> Autres produits dans la même catégorie

D'A LAB - Pulp Paper

L’engouement pour les matières pâteuses…

DOSSIER TECHNIQUE -…

S’appuyant sur l’actualité architecturale…

D'A LAB - Silence, ça…

Les biomatériaux fabriqués à partir…

DOSSIER TECHNIQUE - Génie…

Bien qu’au cours d’une année les besoins…

DOSSIER TECHNIQUE -…

Si ces trois catégories d’espaces…

D'A LAB - RE_USED IN SITU

Sous l’impulsion des interrogations lancées …

DOSSIER TECHNIQUE -…

La question de l’autonomie et du vieillissement…

PRODUITS UTILES - Fine…

Classique ou Translucide StoneLeaf …

PRODUITS UTILES - Pour la…

Bloc-porte Villette Fichet Serrurerie…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Innovations
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Les produits de la rédaction

D'A LAB - Pulp Paper Publié le 26/08/2020

L’engouement pour les matières pâteuses et tactiles fait renaître une pratique ancienne … [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Transparence & Contrôle solaire : Actualité et innovations des murs-rideaux, façades vitrées, fenêtres minimales et occultations Publié le 26/08/2020

S’appuyant sur l’actualité architecturale et les innovations apportées par les fabricants… [...]

D'A LAB - Silence, ça pousse Publié le 01/07/2020

Les biomatériaux fabriqués à partir d’organismes biologiques vivants – comme les… [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Génie climatique : Chauffer, rafraîchir, ventiler, contrôler Publié le 01/07/2020

Bien qu’au cours d’une année les besoins en chauffage continuent d’excéder ceux en… [...]

DOSSIER TECHNIQUE - Composer avec la lumière : L’éclairage des espaces de vente, des hôtels et des bureaux Publié le 09/06/2020

Si ces trois catégories d’espaces diffèrent par leur activité, leur aménagement, leur … [...]

D'A LAB - RE_USED IN SITU Publié le 04/05/2020

Sous l’impulsion des interrogations lancées par l’ère anthropocène, proposer de nouveaux… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
36 01 02 03 04 05 06
3707 08 09 10 11 12 13
3814 15 16 17 18 19 20
3921 22 23 24 25 26 27
4028 29 30     

> Questions pro

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…