DESIGN - Du travail à l’oisiveté : vers un mobilier transitionnel - Entretien avec Johan Brunel

Rédigé par Karine DANA
Publié le 09/06/2017

Le mobilier d’accueil de la la MC93 explore les différentes cultures d’assises et mixe les hauteurs avec les postures du corps.

Article paru dans d'A n°255

Après deux années de travaux menés par l’architecte Vincent Brossy, la MC93 de Bobigny rouvre ses portes. Cette réhabilitation d’envergure a notamment permis le redéploiement des 700 m2 du hall et du restaurant par le designer Johan Brunel. Ce dernier profite de la flexibilité nouvelle du lieu pour développer un mobilier de tous les possibles et de tous les instants, questionnant le rôle complexe d’un hall public culturel. 

d’a: Quelle est la genèse de ce projet d’aménagement ? 

 

JB : J’ai remporté cette commande quand j’étais pensionnaire à la Villa Médicis à Rome. Je travaillais alors sur la notion d’« otium », une approche studieuse du loisir et du temps libre que pratiquaient les Romains de l’Antiquité. Le projet de réaménagement du hall de la MC93 a précisément été abordé dans cette direction. On vient y déjeuner, y travailler, y flâner, s’y réunir, y organiser des événements collectifs et toutes formes d’expressions et de créations libres. Le mobilier a été pensé pour être le support de ces usages multiples. Le cahier des charges répond en effet au souhait de la directrice Hortense Archambault de faire de cet espace, désormais ouvert toute la journée au public et aux habitants du quartier, un lieu pleinement occupé en journée, indépendamment de toute programmation. Dans notre proposition, le mobilier fait architecture. Il structure le lieu et encourage une continuité d’usages et de mouvements avec la ville. Il devait donc permettre des scénarios multiples et d’envisager une cohabitation douce entre le travail et l’oisiveté, tout en offrant de la modularité. 

 

Que permet ici la modularité souvent abordée en amont mais pas forcément pratiquée ? 

 

Nous avons travaillé cette modularité suivant plusieurs axes. D’une part, nous avons conçu un mobilier creux et très léger qui se déplace facilement. Et d’autre part, nous avons fait en sorte que son dessin invite à jouer, à manipuler avant même de penser des changements de dispositions. Les tables du restaurant sont reconfigurables en duo, trio, banquets, tables de réunion, etc. Leur géométrie hexagonale permet ces assemblages, mais également les tranches de leurs plateaux dotés de parties mâles et femelles. Aucun face-à-face n’est vraiment permis, mais des situations en quinconce sont favorisées, ce qui augmente le niveau d’échange entre les personnes. Ces tables sont en outre équipées d’une roulette pour être déplacées et stabilisées facilement, comme des brouettes. On peut d’ailleurs s’étonner que ce dispositif ne soit pas utilisé dans les restaurants ! Pour le mobilier d’accueil, nous avons travaillé sur différentes cultures d’assises. Nous avons mixé les hauteurs avec les postures du corps. Nous avons également réalisé une petite librairie nomade, dont les rayons sont constitués de gradins sur lesquels on peut également s’asseoir, à 1 mètre du sol. J’ai aussi proposé d’aménager une vraie zone de repos afin que les visiteurs puissent s’allonger avant un spectacle, par exemple, comme une mise en condition. J’ai suggéré de concevoir des assises avec un filet de catamaran tendu sur un cadre. Ces hamacs peuvent également servir de paravent en position debout. 

 

Sur quelles logiques de fabrication avez-vous travaillé ? 

 

Nous avons travaillé en explorant des ressources locales, qu’il s’agisse de fabrication ou de fourniture. Les banquettes et les poufs, pensés pour générer des petits auditoires et gradins informels dans le hall, ont été réalisés avec le concours de la Fondation Hermès, qui a fait don de cuirs initialement destinés à la collection Hermès et à la sellerie. Les assises ont été réalisées dans le cadre d’un stage de formation des Compagnons du devoir, dont le pôle matériaux souples est situé dans la ville voisine de Pantin. Les structures des banquettes et des hamacs ont quant à elles été réalisées par les ateliers de décor de la MC93, une expérience assez nouvelle pour cette équipe. Dans ce cadre, j’ai dessiné tous les plans de découpes afin qu’il ne leur reste que les pièces à monter, comme un kit. Tout a été usiné à la fraiseuse numérique. Nous avons utilisé des panneaux massifs trois plis d’épicéas. Les assemblages développés sont à base de tenons, de mortaise et de colle à bois pour assurer la solidité de ce mobilier de collectivité. Nous avons exclu tout vissage. 

Plus compliqué à fabriquer, le bar a été réalisé par un menuisier anglais, Joe Kendall, dont l’atelier est également situé à Pantin. Nous partageons tous deux une sensibilité du meuble assez proche : ne rien cacher, assumer toutes les coupes. Pour ce projet, il a développé des montages massifs à base de tenons et de mortaises : des assemblages Domino. La partie supérieure du bar est quant à elle revêtue d’un linoléum teinté dans la masse de 2 mm d’épaisseur. Ce mélange composé d’une toile de jute imperméabilisée par une pâte à base d’huile de lin, de poudre de bois ou de liège et de pigments a un contact très agréable au toucher, bien plus qu’un revêtement plastique. Le menuisier a également réalisé les plateaux des tables de restaurant, dont les tranches, emboîtables, devaient être géométriquement impeccables 

> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

D'A LAB - MOINS ET MIEUX

Vecteur d’émissions de CO2, le secteur du meubl…

TECHNIQUES - Des surfaces …

La 39e édition du CERSAIE 2022 – le principal s…

D'A LAB - Stériles de car…

Matériau ancré dans le passé, la pierre se ré-…

PRODUITS UTILES

La sélection de la rédaction pour Janvier-F…

TECHNIQUES : Panique dans …

Tout au long du XXe siècle, les villes et mégalo…

D'A LAB Alcova

Ce deuxième volet Alcova présente de jeunes des…

TECHNIQUES : Agencements I…

Prescrire moins mais prescrire mieux : tel est l…

D'A LAB

À l’occasion de la dernière DesignWeek de Mil…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Innovations
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Les produits de la rédaction

D'A LAB - MOINS ET MIEUX Publié le 13/03/2023

Vecteur d’émissions de CO2, le secteur du meuble doit lui aussi diminuer son empreinte carbone d… [...]

TECHNIQUES - Des surfaces minérales en perpétuelle mutation Publié le 13/03/2023

La 39e édition du CERSAIE 2022 – le principal salon international pour le monde de la céramique,… [...]

D'A LAB - Stériles de carrières Publié le 07/02/2023

Matériau ancré dans le passé, la pierre se ré-imagine pour le futur grâce à ses qualités dura… [...]

PRODUITS UTILES Publié le 07/02/2023

La sélection de la rédaction pour Janvier-Février 2023. [...]

TECHNIQUES : Panique dans l'ascenseur ? L’avenir des mobilités verticales Publié le 02/12/2022

Tout au long du XXe siècle, les villes et mégalopoles se sont élevées grâce à la généralisat… [...]

Produits utiles Publié le 01/12/2022

[...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
09  01 02 03 04 05
1006 07 08 09 10 11 12
1113 14 15 16 17 18 19
1220 21 22 23 24 25 26
1327 28 29 30 31   

> Questions pro

Les architectes français et l’Ukraine, un an de solidarité

Depuis le début de la guerre en Ukraine, des architectes français s’efforcent d’aider et de soutenir les architectes ukrainiens à travers les a…

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…