Double déferlante sur la Serpentine Gallery

Rédigé par Marie-Anne DUCROCQ
Publié le 20/06/2019

Une vague d’ardoise, de la main de l’architecte japonais Junya Ishigami, couvre les Kensigton Gardens à Londres depuis hier, pour la 19e édition du pavillon de la Serpentine Gallery. Une seconde déferlante, faite d’accusations s’abat sur la direction de l’institution qui serait impliquée  dans des affaires douteuses. Cette année 2019 marquerait-t-elle un tournant décisif dans l’histoire de la Serpentine Gallery, et signerait-elle la fin des fameux pavillons ?

Junya Ishigami aime évoquer, pour décrire son pavillon, les « shakkei », jardins japonais où le paysage qui se découpe en arrière-plan se fond en-même temps avec celui du jardin. Il voulait en faire de même dans les Kensigton Gardens, le toit de la Serpentine Gallery émergeant derrière la mer d’ardoise du pavillon. Une série de fins poteaux vient soulever un large toit ondulant de 62 tonnes, sur lequel s’empilent des plaques d’ardoise de Cumbria. « Je voulais créer un pavillon qui semble ancien, primitif. (…) On trouve des toits en ardoise partout dans le monde, comme ça, tout ceux qui viennent ici pourront s’identifier à cette forme basique, archétypale ». Les élans poétiques de l’architecte ont toutefois été freinés par la législation locale, les désillusions de ce genre devenant habituelles pour les japonais venant construire en Europe. Il a fallu augmenter le nombre de colonnes et ajouter des murs de contreventement en polycarbonate qui viennent altérer la fluidité de l’espace, voulue initialement par l’architecte.


Les désaccords qui ont opposé les fabricants locaux et l’architecte japonais sont bien peu de choses au regard de l’affaire qui s'est déclarée lors de l’ouverture du pavillon. Le jour-même de l’inauguration, la directrice Yana Peel démissionnait, après avoir été accusée, dans les pages du quotidien britannique The Guardian, d'être copropriétaire du NSO Group, une compagnie israélienne produisant des logiciels d’espionnage. Peel a justifié sa démission en déclarant qu’elle ne voulait pas que ces « attaques personnelles » aient des répercutions sur l’institution qui a connu quelques troubles ces derniers mois .La Serpentine Gallery a en effet été accusée d'avoir accepté des fonds de la part de la famille Sackler, impliquée dans la crise des opioïdes aux Etats-Unis, et avec laquelle elle s’est empressée de couper toute relation. Ishigami fait également l’objet d’accusations, pour des faits toutefois moins compromettants. On lui reproche de ne pas rémunérer tous ses employés. Le japonais se défend en affirmant que le travail gratuit des stagiaires au Japon est monnaie courante. 


Les troubles de cette 19e édition pourraient marquer un tournant dans le programme de l’institution. Un article du journal The Guardian va jusqu’à envisager que la Serpentine Gallery abandonne ses « structures innovantes accueillant des summer parties pour sponsors » pour se tourner vers d’autres activités plus utiles…  


Pour lire l'article publié dans The Guardian :  : https://www.theguardian.com/artanddesign/2019/jun/18/serpentine-pavilion-2019-review-junya-ishigami 

Les articles récents dans Actus brèves

La Biennale de Venise à nouveau reportée en 2021 Publié le 18/05/2020

La Biennale de Venise annonce que la 17e exposition internationale d’architecture –… [...]

Ce qui va changer avec la RE 2020 Publié le 17/05/2020

En raison du contexte d'épidémie du Covid-19, le calendrier d'élaboration et de mise en… [...]

L’agence KOZ remporte le concours d’une nouvelle résidence étudiante à Saclay Publié le 13/05/2020

Dans le cadre d’une Opération d’intérêt national, les résidences étudiantes se… [...]

Constructions itinérantes en bois pour urgence sanitaire Publié le 06/05/2020

La sévérité de la crise sanitaire que traverse le monde, le temps qui nous est imparti en… [...]

Coopératives d’habitants : une autre façon d’habiter à l’heure du confinement Publié le 24/04/2020

Alors que le dossier du d’a 279 de ce mois-ci s’interroge sur la production du logement pour… [...]

Les territoires habités de Chine, la nouvelle exposition de Sabine Delcour Publié le 23/04/2020

De la ville fantôme d’Ordos, à la ville portuaire de Qingdao en passant… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
18    01 02 03
1904 05 06 07 08 09 10
2011 12 13 14 15 16 17
2118 19 20 21 22 23 24
2225 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…

Deux opportunités d’aide à la recherche

Face aux difficultés du métier d’architecte, une aide à la recherche est toujours une opportunité idéale pour orienter, confirmer ou même…