Douzième Biennale internationale d’architecture de Venise

Rédigé par Valéry DIDELON
Publié le 01/10/2010

Your Split Second House. Olafur Eliasson

Article paru dans d'A n°194


La Biennale internationale d'architecture de Venise est placée cette année sous la direction de l'architecte japonaise Kazuyo Sejima, récente lauréate du Pritzker Prize. Sous le titre « People meet in Architecture », la grande exposition thématique installée dans l'Arsenal et le Palazzo delle Esposizioni rassemble 46 participants. Kazuyo Sejima, pour qui l'architecture est avant tout le cadre de la vie sociale, leur a demandé d'expérimenter avec les espaces mis à leur disposition plutôt que d'exposer leur production. Ils y sont parvenus avec plus ou moins de succès. L'architecte Junya Ishigami, qui a reçu le Lion d'or de la meilleure exposition, trace ainsi dans les airs à l'aide de structures quasi invisibles (à tel point que l'on ne voit effectivement rien !) l'esquisse d'un projet pour le Sud de la France. L'artiste danois Olafur Eliasson plonge la Corderie dans l'obscurité et fait jaillir d'envoûtants éclairs, tandis que les ingénieurs de Transsolar et Tetsuo Kondo font planer un nuage à quelques mètres du sol. Le cinéaste Wim Wenders nous propose sa vision en 3D du Rolex Learning Center de l'EPFL conçu par SANAA dans un film qui fait davantage penser à un long spot publicitaire pour une compagnie d'assurance.

Par ailleurs, 53 participations nationales sont cette année au programme, la plupart présentées dans les pavillons historiques des Giardini. L'importante contribution italienne est placée sous la direction de Luca Molinari, qui invite à un retour critique sur la production récente dans la Péninsule. L'inclassable équipe de Muf a invité les Vénitiens à parler de la fragilité de leur cité dans le pavillon anglais. Ce dernier est transformé en Villa Frankenstein, en hommage à la remarque de Ruskin qui déplorait que son ouvrageLes Pierres de Venise ait engendré, comme le docteur Frankenstein, autant de maisons au kitsch néo-vénitien. La Suisse, bien plus (trop ?) sage, a demandé à l'ingénieur Jürg Conzett et au photographe Martin Linsi de réaliser un inventaire des ouvrages d'art franchissant les vallées helvétiques. Au pavillon japonais, Kinya Tagawa s'interroge, cinquante ans après le manifeste du Métabolisme, sur l'actualité de ce mouvement. Ryue Nishizawa, le compère de Kazuyo Sejima au sein de SANAA, et l'atelier Bow-Wow confrontent ces interrogations avec leurs projets de maisons tokyoïtes. Au pavillon français, le Ministère a confié à Dominique Perrault la tâche de valoriser le travail des architectes sur le Grand Paris, les projets urbains de Bordeaux, Nantes, Lyon et Marseille apportant leur caution d'opérations bien réelles. Mais c'est le royaume de Bahreïn qui a obtenu le Lion d'or de la meilleure participation nationale.

Rem Koolhaas a reçu le Lion d'or pour l'ensemble de son œuvre. Un Lion d'or a également été attribué à titre posthume à Kazuo Shinohara (1925-2006), figure majeure de l'architecture nipponne ayant fortement influencé Toyo Ito, chez qui Sejima a été formée…
Lire la suite...Trente ans après: la présence du passé par Valéry Didelon.Le "Vide" du pavillon français par Françoise Moiroux.

 

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L'architecture ou l'art de transformer le réel. Par Philippe Prost Publié le 19/10/2022

Si hier encore, à la fin du XXe siècle, patrimoine rimait avec vieilles pierres et monuments hist… [...]

Exposition : Le double pouvoir de l’architecte et l’habitant Publié le 05/09/2022

Dirigé depuis avril 2021 par Fabrizio Gallanti, le centre d’architecture arc en rêve laisse pe… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (7/9) « Re » comme leitmotiv Publié le 05/09/2022

À la charnière des années 1970 et 1980, alors que fonctionnalisme et style international sont … [...]

Vingt ans pour un bouleversement Publié le 29/06/2022

Sélectionner vingt architectures parmi des milliers d’autres, c’est générer plus de frustr… [...]

Vingt architectures entre singularité et exemplarité Publié le 28/06/2022

Les palmarès sont toujours pris entre deux impératifs contradictoires : couronner l’exception … [...]

Une anamorphose éloquente Publié le 27/06/2022

De quelle situation la vingtaine de réalisations jugées les plus remarquables des vingt derniè… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…