Eau et Bois à tous les étages : Des Chambres en cascades

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 05/03/2016

Dossier réalisé par Olivier NAMIAS
Dossier publié dans le d'A n°242

Résidence étudiante de 27 chambres, Paris, Babin+Renaud architectes


Dans l’ombre de la rue des Pyrénées, la rue des Cascades conserve l’atmosphère bucolique d’un coin de campagne et le bâti hétéroclite des anciens faubourgs parisiens. Face à un immeuble des années 1980, entre un parking des années 1970 et une petite maison début de XXe siècle vient de se glisser un bâtiment bois de trois niveaux, une résidence pour étudiants conçue par l’agence Babin+Renaud. Pris entre deux alignements différents, l’immeuble négocie son insertion, prolongeant en rez-de-chaussée le système de jardin et de clôture observé du côté pair de la voie, profitant du retrait d’alignement pour capter des échappées et des vues biaises dans une artère étroite. La résidence se développe sur la longueur d’une étroite parcelle en bande. La majeure partie des chambres est orientée vers l’est, face à un petit jardin, et desservie par coursive. Au dernier niveau, cette distribution se prolonge jusqu’à la façade sur rue, retrouvant la profondeur du terrain et permettant de fournir un espace de rencontre ouvert à tous les étudiants. Les chambres suivent les standards des résidences étudiantes françaises, équipées d’une cuisine et d’une salle de bains dans un espace n’excédant pas les 17 m2.

L’accessibilité réduite à la parcelle militait pour la construction bois. Façades et planchers en ossatures ont été fabriqués en usine et acheminés par camion sur site. La préfabrication s’est étendue aux salles de bains, réalisées quant à elles en résine. Pour libérer le lieu de tout élément de structure qui viendrait encombrer inutilement un espace exigu, les coursives desservant le premier étage sont suspendues à des potences bois placées au niveau des planchers du troisième et du deuxième étage – ces dernières étant dissimulées dans les coursives. Le bois disparaît des intérieurs, mais il se retrouve au sol et dans les bardages mélèze des façades, où il coexiste avec de grands volets coulissants métalliques souvent fermés : on ne sait pas si l’étudiant vit heureux, mais on peut dire qu’il vit caché !


Adresse : 52, rue des Cascades, Paris 20e

[ Maîtrise d’ouvrage : Paris Habitat-Crous – Maîtrise d’œuvre : Babin+Renaud architectes – BET structure : EVP – BET fluides : BETHAC – Économiste : Tohier – Entreprise : Bati Rénov – Charpente : Cenomane – Surface : 757 m2 – Coût : 2 070 000 euros – Calendrier : 2010-2015 ]


Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Avril 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
13   01 02 03 04
1405 06 07 08 09 10 11
1512 13 14 15 16 17 18
1619 20 21 22 23 24 25
1726 27 28 29 30   

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…