Eau et Bois à tous les étages : L'étendard du Vialenc

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 07/03/2016

Dossier réalisé par Olivier NAMIAS
Dossier publié dans le d'A n°242

42 logements à la Zac du Vialenc, Aurilla, Atelier d’architecture Simon Teyssou.

Premier jalon de la ZAC du Vialenc, un écoquartier en formation à la sortie d’Aurillac, l’immeuble se devait d’être emblématique. L’utilisation du bois en structure comme en revêtement répond à cette ambition environnementale de l’aménagement à venir. Pour l’atelier du Rouget, implanté dans le contexte rural, le projet est l’occasion de poursuivre des recherches constructives sur ce que Simon Teyssou, à la tête de l’agence, appelle la « construction filigrane », une construction fine en ossature assemblée sous forme de treillis plan ou tridimensionnel1. Le passage au logement collectif est un véritable saut d’échelle : l’opération comporte six niveaux et 52 logements très sociaux, principalement des T1 et T2 destinés à des populations démunies, mères célibataires ou personnes âgées, ne trouvant plus à se loger dans un parc immobilier de centre-ville inadapté, car peu accessible. Des locaux d’activité en rez-de-chaussée complètent le programme. Le choix d’une structure mixte béton-bois répond à ces donnés du programme et au contexte urbain. L’emploi du béton n’est pas, comme souvent dans les immeubles bois, limité aux circulations verticales : il est étendu tout le long du bâtiment, dans une lame de xx de large abritant les salles de bains et les cuisines. Reprenant le thème de la façade épaisse, l’ouvrage atténue les nuisances sonores du boulevard, fréquenté quotidiennement par 25 000 véhicules. Les pièces d’eau y sont installées à l’écart des ouvrages bois. Une tourette en béton, en réponse au cahier des charges de la ZAC, ancre l’opération dans le site. Les coursives menant à l’appartement se glissent entre ces deux volumes.

La structure en ossature bois se déploie autour de la lame de béton. Les solives des planchers sont portées par la maçonnerie à une extrémité et reposent sur des modules de façades en ossature bois de l’autre, aucun porteur intermédiaire n’étant nécessaire. Libre de tout point porteur, chaque niveau étage est en fait un grand plateau libre que l’on pourra recloisonner, par exemple pour créer de grands appartements. Au rez-de-chaussée, une file de poteaux permet d’augmenter la surface couverte sans épaissir les solives. En quête d’un certain rationalisme constructif, Simon Teyssou utilise une structure en acier galvanisé pour porter les balcons de la façade ouest. Le revêtement de bois reste visible sur les parties de la façade abritées des pluies. Les parties exposées de l’enveloppe reçoivent une protection en zinc. Que ce soit en ossature ou en revêtement, les bois proviennent de forêts locales.

Le coût de la construction bois aurait pu paraître prohibitif dans le contexte du logement très social. Les comptes de l’opération affichent 1 350 euros au mètre carré, soit l’expérimental au prix du standard, avec en prime un parking souterrain.


1. En opposition avec la « construction massive » de maçonnerie de bloc ou coulée en place. Les deux expressions sont empruntées à l’ouvrage dirigé par Andrea Deplazes, $Construire l’architecture, du matériau brut à l’édifice,$ Birkhäuser, 2008



[ Maître d’ouvrage : Logisens, Aurillac – Maîtrise d’œuvre : Atelier d’architecture Simon Teyssou, Mathieu Bennet chef de projet – BET structure bois : BET 3B Bernard Batut – BET structure béton : Seterso – BET fluide : AES – BET acoustique : C+ – Entreprises : Soulier SAS, terrassement-Gros-œuvre ; SARL Bouysse/CM bois/ACC, charpente ossature bois, charpente métallique et menuiseries extérieures bois ; Djilali, couverture et bardage en zinc – Surfaces : SHON 3712 m² (hors coursives), SHAB 2965 m², logements : 2916 m² SHON, commerces : 279 m² SHON, bureaux : 517 m² SHON – Coût des travaux : 4 037 000 euros HT – Calendrier : livraison automne 2013 ]



Données sur le lot bois :

  • Fabricant de bois de charpente lamellé collé : BATUT à Agen d’Aveyron (12).

Essence : épicéa, origine : scieries d’Auvergne.

  • Fournisseur des bois d’ossature pour l’isolation par l’extérieur des murs en béton : scierie BONHOMME à Arpajon-sur-Cère (15).

Essence : épicéa.

  • Fournisseur des bois de platelage pour les coursives & loggias : scierie PHILIPON à La Chaise Dieux (43).

Essence : pin sylvestre traité classe 4.

  • Fournisseur bois 3 plis collés pour la fabrication des menuiseries extérieures : scierie FILAIRE à SEMBADEL (43).

Essence : pin sylvestre traité classe 4.


Données quantitatives :

  • Cubage béton : 2100 m3.

  • Tonnage acier : 110 Tonnes

  • Cubage bois charpente compris volige et panneaux OSB : 320 m3.

  • Cubage bois menuiseries extérieures : 25 m3.


Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
53    01 02 03
0104 05 06 07 08 09 10
0211 12 13 14 15 16 17
0318 19 20 21 22 23 24
0425 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…