Écouter, voir : Entretien avec Álvaro Siza, le 5 mai 2021

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 07/07/2021

Portrait d'Alvaro Siza

Article paru dans d'A n°291

Alors que se prépare l’entretien en distanciel, j’essaie de rassembler tous mes souvenirs des constructions d’Álvaro Siza : un voyage au Portugal dans les années 1980 pour voir ses logements sociaux à Porto, d’autres plus récents pour le musée d’Art contemporain de Serralves, l’école d’architecture ou un pavillon de l’Exposition universelle de Lisbonne et, enfin, un séjour à Porto Alegre pour visiter la Fondation Iberê Camargo. 


Mais déjà mon écran témoigne d’une certaine fébrilité. Je reconnais intuitivement Anabela, son assistante, qui s’affaire avec d’autres collaborateurs masqués autour d’une chaise vide. Lentement, l’architecte de 87  ans s’en approche et vient s’y asseoir, devant de hautes piles de dossiers

D’a : Quel est votre premier souvenir d’architecture ? 


Jeune, je ne m’intéressais pas à l’architecture. Mais nous allions souvent avec mes parents visiter des villes de la péninsule Ibérique. Mon père s’investissait toujours énormément dans la préparation de ces voyages : il achetait des livres et des cartes, envoyait des courriers pour définir des programmes très précis de visite. Nous commencions souvent par le marché – dont il disait que c’était le lieu le plus important pour connaître intimement l’identité d’une ville –, puis je le suivais dans les édifices remarquables et les musées. Quand nous sommes allés à Barcelone, j’ai été stupéfié par la richesse des édifices réalisés par Antoni Gaudí, qui s’apparentaient à de la sculpture. Nous sommes allés voir toutes ses constructions mais, quand nous sommes entrés dans la Casa Batlló, mon étonnement était à son comble. Les fenêtres, les poignées de portes, les lambris, les corniches rappelaient l’intérieur de ma maison mais tous ces éléments avaient été complètement métamorphosés et semblaient chanter à l’unisson… (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

La génétique de l’espace Publié le 30/11/2022

L’agence se trouve au dernier étage sans ascenseur et donne sur une cour très calme du 10e … [...]

Dietmar Feichtinger: Non radical ! Publié le 19/10/2022

Vendredi soir, 18 h 30, je sonne à la porte de l’agence de Dietmar Feichtinger, situ… [...]

Entretien avec Heleen Hart & Mathieu Berteloot, Atelier HBAAT : Dessine moi une maison Publié le 05/09/2022

Après la visite du cinéma municipal de Marcq-en-Barœul, lauréat du Grand Prix d’architectur… [...]

Entretien avec Jacques Lucan : Vers un nouveau vernaculaire Publié le 30/06/2022

Constructeur, critique et enseignant, Jacques Lucan s’est, depuis la fin des années 1970, simult… [...]

Entretien avec André Kempe (atelier Kempe Thill) : Vous avez dit classique ? Publié le 05/05/2022

À peine sorti de la gare de Rotterdam, André Kempe m’entraîne dans sa voiture vers l’usine… [...]

Entretien avec OFFICE KGDVS, Kersten Geers & David Van Severen : Les lois de la géométrie Publié le 28/03/2022

J’ai rendez-vous avec les fondateurs de OFFICE rue de la Loi à Bruxelles, un quartier d’affair… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Décembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
48   01 02 03 04
4905 06 07 08 09 10 11
5012 13 14 15 16 17 18
5119 20 21 22 23 24 25
5226 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…