Écouter, voir : Entretien avec Álvaro Siza, le 5 mai 2021

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 07/07/2021

Article paru dans le d'A n°291

Alors que se prépare l’entretien en distanciel, j’essaie de rassembler tous mes souvenirs des constructions d’Álvaro Siza : un voyage au Portugal dans les années 1980 pour voir ses logements sociaux à Porto, d’autres plus récents pour le musée d’Art contemporain de Serralves, l’école d’architecture ou un pavillon de l’Exposition universelle de Lisbonne et, enfin, un séjour à Porto Alegre pour visiter la Fondation Iberê Camargo. 


Mais déjà mon écran témoigne d’une certaine fébrilité. Je reconnais intuitivement Anabela, son assistante, qui s’affaire avec d’autres collaborateurs masqués autour d’une chaise vide. Lentement, l’architecte de 87  ans s’en approche et vient s’y asseoir, devant de hautes piles de dossiers

D’a : Quel est votre premier souvenir d’architecture ? 


Jeune, je ne m’intéressais pas à l’architecture. Mais nous allions souvent avec mes parents visiter des villes de la péninsule Ibérique. Mon père s’investissait toujours énormément dans la préparation de ces voyages : il achetait des livres et des cartes, envoyait des courriers pour définir des programmes très précis de visite. Nous commencions souvent par le marché – dont il disait que c’était le lieu le plus important pour connaître intimement l’identité d’une ville –, puis je le suivais dans les édifices remarquables et les musées. Quand nous sommes allés à Barcelone, j’ai été stupéfié par la richesse des édifices réalisés par Antoni Gaudí, qui s’apparentaient à de la sculpture. Nous sommes allés voir toutes ses constructions mais, quand nous sommes entrés dans la Casa Batlló, mon étonnement était à son comble. Les fenêtres, les poignées de portes, les lambris, les corniches rappelaient l’intérieur de ma maison mais tous ces éléments avaient été complètement métamorphosés et semblaient chanter à l’unisson… (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Entretien avec Dominique Lyon : Le parti pris des choses Publié le 04/05/2021

Dominique Lyon me reçoit chez lui au neuvième étage d’un immeuble sans qualité construit dans… [...]

Entretien avec Pierre Caye : Des pistes pour le « dur désir de durer » Publié le 02/04/2021

Pourquoi parler d’un livre de philosophie dans une revue d’architecture ? Pourquoi dire que… [...]

Entretien avec Patrick Berger : dessiner, construire, penser Publié le 24/02/2021

J’ai rendez-vous avec Patrick Berger dans un appartement du quartier du Châtelet. C’est au… [...]

Entretien avec Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal : Le vrai confort, c'est la liberté Publié le 30/12/2020

Présentiel ou distanciel ? Je choisis de m’enfoncer dans la rue d’Avron, toujours animée… [...]

"L'architecte est avant tout un prestataire de services", Entretien avec Eduardo Souto De Moura Publié le 04/11/2020

J’avais demandé à rencontrer Eduardo Souto de Moura lors de l’inauguration de la Comédie… [...]

Entretien avec Bernard Tschumi : Transgressions Publié le 12/10/2020

Non, cette fois-ci je ne retrouverais pas Bernard Tschumi au Rouquet, boulevard Saint-Germain,… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
26   01 02 03 04
2705 06 07 08 09 10 11
2812 13 14 15 16 17 18
2919 20 21 22 23 24 25
3026 27 28 29 30 31  

> Questions pro

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…