L’énigme de l’arrivée

Rédigé par Lorenzo DIEZ
Publié le 03/04/2023

Christian de Portzamparc, Cité de la musique (1995).

Dossier réalisé par Lorenzo DIEZ
Dossier publié dans le d'A n°306

par Bruno Fortier

On ne pouvait aborder la question économique de l’architecture sans en passer par la ville. Objet de tant d’études, d’analyses, de concepts, de points de vue, elle est une autre forme d’économie en projet. Bruno Fortier a accepté de se prêter au jeu avec sa plume érudite, parfois énigmatique et cependant toujours ouverte. Tant mieux, il ne s’agissait pas de conclure par une énième démonstration mais plutôt par une invitation à questionner encore la longue histoire des villes, celle notamment qui se dessine dans les liens complexes et iridescents entre économie et densité. LD

Des villes sages désormais ? Si c’est bien là le ton de ces dernières années ; le moins que l’on puisse dire est que leur longue histoire ne l’a pas confirmé. Sans doute pas nos désirs (qui n’a rêvé de villes sans ville, de nuages, de membranes ; qui n’a imaginé qu’on pouvait s’en passer ?). Mais nos rêves ont beau faire, on en est encore loin et peut-être n’est-il pas inutile de se souvenir des détours qu’eux-mêmes – et nous surtout – avons dû emprunter.
Car si une chose est claire, c’est que, loin de s’éteindre, le feu a marqué ces villes. Au XIXe siècle d’abord, avec l’essor des routes : quand elles se sont rejointes, ont franchi les rivières, multiplié les ponts et que l’on s’est demandé si – la vitesse aidant – il n’était pas urgent de jouer le coup d’après. C’est ce que croyait Saint-Simon, ce que les modèles annonçaient et au fond, à bas bruit, ce à quoi l’urbanisme n’a cessé de penser. Leur envers chez Geddes (la Norvège, ses barrages), chez Le Corbusier leur pâleur, les mille et une manières de les mettre en morceaux : pourquoi pas moins de villes ? Pourquoi – pure hypothèse1 – ne pas les laisser à elles-mêmes, parier sur Internet et voir ce qu’elles donneraient ?

1. Paul Barker, Peter Hall, Cedric Price, Reyner Banham, « Non-Plan, An experiment in freedom », New Society, 1969. Férocement tatchérien, l’exercice auquel ils s’étaient livrés consistait à laisser les choses à elles-mêmes et à ne plus rien planifier ; Banham rappelant assez drôlement que cet atelier « gribouillis » n’avait pas été concluant et que son résultat n’était pas différent de ce que l’on voyait.

(...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
2701 02 03 04 05 06 07
2808 09 10 11 12 13 14
2915 16 17 18 19 20 21
3022 23 24 25 26 27 28
3129 30 31     

> Questions pro

Quel avenir pour les concours d’architecture publique ? 1/5

Structure des procédures, profil des équipes à monter, références à afficher, éléments de rendus…, les concours publics connaissent depuis…

« En décidant de ne pas tout transformer, tout change » - Entretien avec Alexandre Chemetoff

Réutiliser, transformer, restructurer, revaloriser… autant d’actions souvent recommandées quand les enjeux de l’époque incitent à retravai…

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …