Entretien avec André Kempe (atelier Kempe Thill) : Vous avez dit classique ?

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 05/05/2022

Portrait des architectes - de gauche à droite : André Kempe, Olivier Thill

Article paru dans d'A n°298

À peine sorti de la gare de Rotterdam, André Kempe m’entraîne dans sa voiture vers l’usine Van Nelle conçue par Leendert Van der Vlugt et Joannes Brinkman (1926- 1931), qui monte lentement vers la voie rapide comme un monstre de verre et d’acier. Nous contournons le bâtiment principal et nous entrons au nord dans un de ses anciens entrepôts à proximité d’un canal. Un vaste espace libre éclairé zénithalement s’ouvre alors, où, sur des tables strictement alignées, les différentes équipes de nationalités différentes travaillent sur leurs projets respectifs parmi les plantes et les livres.

D’a : Comment êtes-vous venu à l’architecture ?

Je suis né en Allemagne de l’Est en 1968. Mes parents n’étaient pas architectes, mais, enfant et adolescent, je dessinais spontanément des bâtiments et des structures. Et un jour, en me regardant faire, mon père m’a dit, pensivement, que je pourrais peut-être devenir architecte. Je devais avoir une quinzaine d’années et cela m’a beaucoup impressionné. Peu de temps plus tard, j’ai rencontré un architecte que connaissait ma famille et qui m’a expliqué son métier, ce qui m’a conforté dans cette voie. Après le bac et le service militaire je me suis donc naturellement inscrit en architecture à Dresde, où j’ai rencontré Oliver Thill. 

Nous avons passé toute notre jeunesse dans le monde communiste. Nous avons vécu la chute du mur de Berlin et nous avons ensuite connu, en commençant nos études, l’ouverture à l’Ouest et le capitalisme. Nous faisons partie de ce que l’on appelle en Allemagne la « génération heureuse ». Une génération qui n’a pas connu les frustrations des précédentes.  (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Studio Muoto : La génétique de l’espace Publié le 12/12/2022

L’agence se trouve au dernier étage sans ascenseur et donne sur une cour très calme du 10e … [...]

Dietmar Feichtinger: Non radical ! Publié le 19/10/2022

Vendredi soir, 18 h 30, je sonne à la porte de l’agence de Dietmar Feichtinger, situ… [...]

Entretien avec Heleen Hart & Mathieu Berteloot, Atelier HBAAT : Dessine moi une maison Publié le 05/09/2022

Après la visite du cinéma municipal de Marcq-en-Barœul, lauréat du Grand Prix d’architectur… [...]

Entretien avec Jacques Lucan : Vers un nouveau vernaculaire Publié le 30/06/2022

Constructeur, critique et enseignant, Jacques Lucan s’est, depuis la fin des années 1970, simult… [...]

Entretien avec OFFICE KGDVS, Kersten Geers & David Van Severen : Les lois de la géométrie Publié le 28/03/2022

J’ai rendez-vous avec les fondateurs de OFFICE rue de la Loi à Bruxelles, un quartier d’affair… [...]

Entretien avec Pierre Hebbelinck : Quand les relations deviennent formes Publié le 25/02/2022

À Liège, au-dessus d’un rond-point et d’un grand axe routier, je m’engage sous un ciel gri… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…