Entretien avec Bruther : Objets en fonctionnement

Rédigé par Richard SCOFFIER
Publié le 16/11/2021

Bruther, Objets en fonctionnement

Article paru dans d'A n°294

Arc en rêve, Bordeaux. Je m’attendais à une grande rétrospective des travaux de Stéphanie Bru et Alexandre Thériot, qui focalisent depuis un certain temps l’attention de la critique. Et je me promène, légèrement désorienté, dans une galerie des machines : les projets de leurs étudiants de l’ETHZurich mis en scène au scalpel par l’artiste Richard Venlet. Mais entrons dans le bureau de Fabrizio Gallanti, le nouveau directeur qui s’est absenté quelques instants, pour revenir avec eux sur leur parcours et sur cette exposition qui mérite quelques explications

D’a : Qu’est-ce qui vous a poussé à entrer dans une école d’architecture ?

Stéphanie Bru : J’y suis entrée très tardivement et je ne peux pas dire que ce parcours se soit imposé à moi naturellement. Il n’y avait pas d’architectes dans ma famille et ce métier, qui m’intriguait, m’apparaissait très lointain, presque inaccessible. Je pensais aussi qu’un architecte devait savoir parfaitement dessiner, ce dont j’étais incapable. Je me sentais plutôt attirée par les mathématiques, aussi, après le bac, je me suis inscrite à la fac pour passer un Deug. Mais arrivée là, je me suis rendu compte que je ne me voyais ni prof, ni ingénieur…

Enfin, je me suis jetée à l’eau et ma candidature a été acceptée à l’école de Paris-Tolbiac. Un cursus qui m’a entraînée de surprise en surprise. Ce qui m’a le plus touchée, quand j’ai commencé à faire des projets, c’est l’importance donnée à la déduction : chaque acte en entraîne un autre. Un travail qui rappelle par certains aspects celui du détective qui remonte, à l’envers, des faits vers les causes. J’ai pu ainsi contourner ce qui me paralysait et j’ai compris que l’on peut très bien faire de l’architecture en raisonnant avec des mots, sans passer forcément par le dessin. Mes études de maths me donnaient une certaine légitimité, et je me sentais beaucoup plus à l’aise dans ma nouvelle discipline.


(...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Simon Teyssou : Architecte en campagne Publié le 06/02/2023

Simon Teyssou, Grand Prix d’a 2020 pour la station de pleine nature de Mandailles-Saint-Julien, m… [...]

Studio Muoto : La génétique de l’espace Publié le 12/12/2022

L’agence se trouve au dernier étage sans ascenseur et donne sur une cour très calme du 10e … [...]

Dietmar Feichtinger: Non radical ! Publié le 19/10/2022

Vendredi soir, 18 h 30, je sonne à la porte de l’agence de Dietmar Feichtinger, situ… [...]

Entretien avec Heleen Hart & Mathieu Berteloot, Atelier HBAAT : Dessine moi une maison Publié le 05/09/2022

Après la visite du cinéma municipal de Marcq-en-Barœul, lauréat du Grand Prix d’architectur… [...]

Entretien avec Jacques Lucan : Vers un nouveau vernaculaire Publié le 30/06/2022

Constructeur, critique et enseignant, Jacques Lucan s’est, depuis la fin des années 1970, simult… [...]

Entretien avec André Kempe (atelier Kempe Thill) : Vous avez dit classique ? Publié le 05/05/2022

À peine sorti de la gare de Rotterdam, André Kempe m’entraîne dans sa voiture vers l’usine… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
05  01 02 03 04 05
0606 07 08 09 10 11 12
0713 14 15 16 17 18 19
0820 21 22 23 24 25 26
0927 28      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…