Entretien avec Hans Kollhoff

Rédigé par Édouard ROPARS
Publié le 03/10/2018

Article paru dans le d'A n°266

Hans Kollhoff nous reçoit dans son bureau lambrissé de la Reinhardtstrasse à Berlin au cœur de l’été 2018. L’architecte allemand né en 1946, figure majeure du débat sur la reconstruction de Berlin dans les années 1990, a développé depuis trente ans une œuvre puissante et singulière tant en Allemagne qu’aux Pays-Bas et en Suisse – il a longtemps enseigné à Zurich – et aujourd’hui en Italie. Mais au-delà de l’importance, de la diversité et de la qualité de ses réalisations, c’est la dimension théorique de son travail et son lien à l’histoire qui interrogent plus que jamais les pratiques contemporaines de l’architecture.

D’A : Votre œuvre semble structurée en trois moments : celui de l’expressionnisme plastique et des mégastructures (les années 1980, marquées entre autres par l’opération de l’île KNSM d’Amsterdam livrée en 1994), celui du débat sur la reconstruction critique de Berlin et de votre défense dans ce débat d’une « architecture urbaine » (les années 1990, marquées par la tour Daimler-Chrysler à la Potsdamer Platz livrée en 2000), et celui d’un retour à la « Wohnkultur », l’art d’habiter, à des projets d’échelles plus domestiques et que certains qualifient de néoclassiques. Comment expliquez-vous ses glissements théoriques et stylistiques ?


Il est toujours difficile de distinguer des chapitres ou de former des groupes de projets dans le mouvement continu d’un travail d’architecte, mais il est exact que les hasards des commandes et l’environnement culturel et politique de ce travail peuvent le faire évoluer : ce fut évidemment le cas au moment de la chute du mur de Berlin. Mais s’il fallait chercher un mot pour affirmer une continuité dans ce travail, c’est certainement le mot d’« Architecture » lui-même que j’utiliserais. Lorsque j’ai commencé mes études à Karlsruhe dans les années 1970, la discipline de l’architecture était réduite à un fonctionnalisme perverti. Berlin, qui était à ce moment-là encore quasiment dans l’état dans lequel l’avaient laissé les destructions de la guerre, a représenté pour moi une échappatoire : (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Entretien avec Tadao Ando : L’architecture de l’existence Publié le 30/06/2020

À peine après avoir franchi le seuil de l’agence, je le reconnais, dans cet espace … [...]

Entretien avec Marc Barani (2/2) : « C’est dans la tension entre l’instant et le temps que les choses se jouent » Publié le 04/05/2020

Quelque temps avant la conception de l’École nationale supérieure de photographie d’Arles,… [...]

Entretien avec Marc Barani (1/2) : L’avenir est forcément pluridisciplinaire Publié le 03/05/2020

Impossible de se retrouver face à face en ces temps d’épidémie et de confinement. Nous sommes… [...]

Entretien avec Herman Hertzberger : Repenser le lien de l'individu à la communauté Publié le 03/04/2020

Entretien avec Herman Hertzberger, le 11 mars 2020Tout essoufflé par l’escalier, je pousse… [...]

Entretien avec Gilles Perraudin Publié le 02/03/2020

La chute d'Icare Gilles Perraudin vit entre sa maison au Sénégal, construite en terre, le chai… [...]

Entretien avec Philippe Rahm : Retour vers le futur Publié le 13/12/2019

Reconnu pour ses travaux sur l’architecture climatique, à travers installations, projets… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
27  01 02 03 04 05
2806 07 08 09 10 11 12
2913 14 15 16 17 18 19
3020 21 22 23 24 25 26
3127 28 29 30 31   

> Questions pro

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…

L’architecte face au confinement

Agences vides, gestion d’affaires par visioconférence, chômage partiel, télétravail… Les problèmes sanitaires posés par l’épidémie de…

Retraite, les questions en jeu

Face à l’opposition suscitée par la réforme des retraites, que ce soit dans la rue ou à l’Assemblée nationale où le projet de loi a…