Entretien avec Terunobu Fujimori : Comme si les modernes n’existaient pas…

Rédigé par Hiromi MATSUGI et Achille RACINE .
Publié le 15/11/2019

Portrait

Article paru dans d'A n°276

L’architecture moderne, il la connaît sans doute mieux que quiconque. À la fois historien et architecte, Terunobu Fujimori est une figure absolument incontournable de la scène architecturale japonaise, dont les investigations sur l’architecture commerciale et banale ont inspiré la jeune génération comme l’atelier Bow-Wow. Pourtant, comme s’il avait été immunisé par ses recherches universitaires, il va produire à partir de l’âge de 44 ans une série de constructions étonnantes et naïves qui interrogent – et agacent – par la liberté qu’elles prennent avec à peu près tout ce qui s’est fait au cours du XXe siècle. L’architecte, que nous sommes allés interviewer dans sa ville natale de Chino, se révèle aussi déroutant et stimulant que son architecture. Peu enclin à théoriser sa pratique, qu’il juge difficilement reproductible, il semble assez peu intéressé par l’écologie ou du moins par ceux qui s’en revendiquent, et rappelle avec malice à celui qui chercherait chez lui un engagement politique combien ceux des architectes modernes (Le Corbusier et plus encore Tange, dont il fut le seul biographe autorisé) ont été fluctuants. Auréolé des branchages qui s’échappent du fauteuil dans lequel il nous répond, Fujimori s’enthousiasme en revanche lorsqu’il évoque le premier style international – le seul qui l’intéresse en tant que concepteur –, celui des hommes du Néolithique…

D’A : Votre premier bâtiment est un petit musée pour lequel vous avez dessiné des murs épais et rudimentaires, des intérieurs confinés, convaincu que l’architecture « transparente et cristalline » ne convenait pas…

Il était difficile pour moi de trouver une architecture qui s’accorde avec les objets de la collection du musée Jinchokan, qui remontent littéralement à la nuit des temps, tout en satisfaisant aux préoccupations muséales contemporaines. La solution, je l’ai trouvée dans un texte de Takamasa Yoshizaka, un disciple de Le Corbusier, qui racontait son émotion devant la simplicité de l’architecture mongole faite de murs de boue et d’un seul pilier, pour ne pas dire un bâton, une simple étoffe pour cacher l’entrée (...)

Les articles récents dans Le Grand Entretien

Dietmar Feichtinger: Non radical ! Publié le 19/10/2022

Vendredi soir, 18 h 30, je sonne à la porte de l’agence de Dietmar Feichtinger, situ… [...]

Entretien avec Heleen Hart & Mathieu Berteloot, Atelier HBAAT : Dessine moi une maison Publié le 05/09/2022

Après la visite du cinéma municipal de Marcq-en-Barœul, lauréat du Grand Prix d’architectur… [...]

Entretien avec Jacques Lucan : Vers un nouveau vernaculaire Publié le 30/06/2022

Constructeur, critique et enseignant, Jacques Lucan s’est, depuis la fin des années 1970, simult… [...]

Entretien avec André Kempe (atelier Kempe Thill) : Vous avez dit classique ? Publié le 05/05/2022

À peine sorti de la gare de Rotterdam, André Kempe m’entraîne dans sa voiture vers l’usine… [...]

Entretien avec OFFICE KGDVS, Kersten Geers & David Van Severen : Les lois de la géométrie Publié le 28/03/2022

J’ai rendez-vous avec les fondateurs de OFFICE rue de la Loi à Bruxelles, un quartier d’affair… [...]

Entretien avec Pierre Hebbelinck : Quand les relations deviennent formes Publié le 25/02/2022

À Liège, au-dessus d’un rond-point et d’un grand axe routier, je m’engage sous un ciel gri… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…