« J’essaye de faire en sorte que l’architecture construise l’idée du partage » - entretien avec Sophie Delhay

Rédigé par Maryse QUINTON
Publié le 01/04/2024

vue de la façade principale de Machu Picchu montrant la diagonale formée par les espaces partagés qui se décalent d’étage en étage © photos sépare les choses les unes des autres ©Julien Lanoo

Dossier réalisé par Maryse QUINTON
Dossier publié dans le d'A n°315

Pour qui enseigne le logement dans une ENSA, la référence à l’opération Machu Picchu de Fives (53 logements et espaces partagés à Lille, livrés en 2014) figure parmi les plus plébiscitées des étudiants. Sophie Delhay se consacre exclusivement au logement et a fait de l’habiter son territoire d’expérimentation, sujet qu’elle s’attache à transmettre à l’EPFL où elle est professeure associée. Elle figure parmi les premières à avoir questionné et surtout mis en œuvre l’espace partagé dans le logement collectif, qu’elle envisage comme un palliatif à la densité.

D’a : Le débat autour des espaces partagés est souvent analysé par le prisme d’un constat binaire : « Ça marche ou ça ne marche pas. » Le caractère spécifique de chaque situation appelle pourtant à la nuance…

En tant qu’architectes, nous créons un cadre, un possible. « Ça marche, ça ne marche pas » : c’est une question importante qui m’intéresse beaucoup. Je ne sais pas comment on peut évaluer l’intérêt d’un espace collectif, acter qu’il marche ou qu’il ne marche pas. Prenons un immeuble de logements qui offre une salle commune, par exemple. Celle-ci n’est pas souvent utilisée mais qu’elle permet de fêter son anniversaire avec tous ses amis. L’usage est certes exceptionnel mais il offre une vraie qualité et une plus-value au logement. Le logement, ce n’est pas seulement le quotidien, l’ordinaire. Le fait de pouvoir organiser un événement comme celui-ci « chez soi », dans son immeuble, renforce l’attachement à son habitat. Il ne s’agit pas seulement d’appropriation, un terme qui est souvent employé. Il y a quelque chose de plus profond dans cette possibilité de s’attacher. Certains espaces partagés sont peu utilisés mais permettent des choses que ne permet pas le seul logement. Même si c’est ponctuel, c’est déjà beaucoup.

 

D’a : Comment êtes-vous arrivée à questionner les différentes formes que peuvent prendre les espaces partagés et, surtout, à les mettre en œuvre ?

Avant de créer ma propre agence, je faisais partie de la coopérative Boskop. Nous avons réalisé 55 logements expérimentaux à Nantes en 2008, dans la ZAC Bottière-Chénaie. À travers ce projet d’habitat individuel dense, il s’agissait d’imaginer une alternative au pavillonnaire dans un contexte de 120 logements à l’hectare, une densité comparable à celle d’un immeuble collectif avec son jardin au rez-de-chaussée.

 

D’a : Construite sur d’anciennes terres maraîchères, la ZAC Bottière-Chenaie, située à une vingtaine de minutes au nord-est du centre-ville de Nantes, visait à freiner l’éloignement des jeunes ménages en périphérie. Comment avez-vous abordé ce projet ?

Pendant toute une partie des 

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Avril 2024
 LunMarMerJeuVenSamDim
1401 02 03 04 05 06 07
1508 09 10 11 12 13 14
1615 16 17 18 19 20 21
1722 23 24 25 26 27 28
1829 30      

> Questions pro

Vous avez aimé Chorus? Vous adorerez la facture électronique!

Depuis quelques années, les architectes qui interviennent sur des marchés publics doivent envoyer leurs factures en PDF sur la plateforme Chorus, …

Quelle importance accorder au programme ? [suite]

C’est avec deux architectes aux pratiques forts différentes, Laurent Beaudouin et Marie-José Barthélémy, que nous poursuivons notre enquête sur…

Quelle importance accorder au programme ?

Avant tout projet, la programmation architecturale décrit son contenu afin que maître d’ouvrage et maître d’œuvre en cernent le sens et les en…