Esthétique urbaine parisienne : l’éternelle controverse

Rédigé par Emma NGUYEN
Publié le 03/06/2021

« Chaque projet devra s’appuyer sur le Manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne. »


L’exposition « La Beauté d’une Ville - Controverses Esthétiques et transformation écologiques à Paris » proposée par le Pavillon de l’Arsenal porte un regard réflexif sur la fabrique esthétique de la ville de Paris et les discussions passionnées qui en ont toujours émergées. À l’heure des polémiques sur les tours et les pieds d’arbre, l’institution municipale tente habilement de tirer le débat vers le haut en faisant appel à de nombreux spécialistes de l’histoire parisienne. Les réalisations architecturales et urbaines d’hier et d’aujourd’hui sont commentées par 56 contributeurs. Aux urbanistes, architectes, paysagistes et historiens, se sont joints artistes, sociologues ou philosophes pour former ce corpus de regards. Des plus pertinents aux plus lénifiants, ils interrogent l’essence d’une beauté parisienne qui rayonne bien au-delà de ses frontières.  

Le parcours scénographique élaboré par Alexandre Willaume est rythmé par sept thématiques allant du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui : site, morphologie, urbanité, architecture, externalité, vivant et hospitalité, toutes illustrées par des documents et des entretiens vidéo. Sont évoqués les premières volontés d’embellissement du XVIIIe siècle autour de la Seine puis les transformations haussmanniennes sur lesquelles les plus grandes voix de l’époque, comme celles d’Émile Zola ou Victor Hugo, se sont disputées. De la tour Eiffel au Centre Pompidou, on redécouvre ces architectures qui ont déroutées leurs contemporains avant de devenir des symboles de la capitale. Mais l’exposition veut dépasser les questions formelles et montrer que la beauté de Paris s’exprime également à travers les pratiques quotidiennes de ses habitants et l’appropriation qu’ils en font : ainsi de l’art dans l’espace public ou de l’utilisation spontanée des trottoirs. Après un regard historique, la dernière thématique se tourne vers l’avenir et se saisit de la transition écologique comme une opportunité de générer une esthétique renouvelée. L’ensemble témoigne d’un panorama esthétique protéiforme en constante évolution. 


Cet évènement s’inscrit clairement dans une stratégie politique de la majorité municipale qui, très attaquée sur cette question, voudrait proposer une nouvelle vision esthétique pour l’avenir de Paris. En témoigne la rédaction d’un « Manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne » qui sera publié cet été. Il regroupera contributions scientifiques, orientations d’action pour l’architecture et le mobilier ainsi qu’une adaptation normative au projet de PLU Bioclimatique qui sera révisé fin 2023. Exposition, balades urbaines, consultation citoyenne en ligne : par la sensibilisation et la démarche participative, la Mairie souhaiterait écrire un nouveau chapitre esthétique tout en faisant le pari d’associer le patrimoine architectural parisien et les enjeux de la transition écologique.  


Pour prolonger et approfondir le thème de l’exposition, un catalogue a été co-édité par Baptiste Lanaspeze de l’édition Wildproject, un ouvrage dont la lecture est hautement recommandée à tous ceux qui dans les mois à venir, répandront leurs avis définitifs sur les réseaux sociaux. 


L’exposition « La Beauté d’une Ville - Controverses Esthétiques et transformation écologiques à Paris » se tiendra du 26 mai 2021 au 26 septembre 2021 au Pavillon de l’Arsenal. 

Les articles récents dans Actus brèves

Christine Leconte élue Présidente de l'Ordre des Architectes Publié le 11/06/2021

Unanimement élue Présidente du Conseil national de l'Ordre des architectes, Christine Leconte… [...]

Explorations créatives des lauréats Agora du Design Publié le 09/06/2021

Du 10 juin au 18 juillet, Le Pavillon de l’Arsenal accueille les lauréats des bourses décernées… [...]

Notre-Dame au-delà de ses murs Publié le 04/06/2021

Il y a déjà trois ans, un incendie ravageur touchait la cathédrale Notre-Dame. Au-delà du… [...]

Boutique : Piquant Publié le 02/06/2021

Comment aurait réagi Walter Benjamin si, tiré de ses passages couverts, il avait emprunté… [...]

Domestiquer l’exposition Publié le 01/06/2021

À Cognac, une fondation d’art contemporain d’un nouveau genre réinvente l’exposition de… [...]

Centre d'arts numérique : Panoptique Pop Publié le 01/06/2021

Pour le nouvel aménagement de la Gaîté Lyrique, Jean-Benoît Vétillard plonge le visiteur dans… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juin 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
22 01 02 03 04 05 06
2307 08 09 10 11 12 13
2414 15 16 17 18 19 20
2521 22 23 24 25 26 27
2628 29 30     

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…