Gilles Raynaldy, Mille cavernes

Rédigé par Jean-Paul ROBERT
Publié le 05/04/2019

Gilles Raynaldy

Article paru dans d'A n°270

Régulièrement, librement, sans fard ni mise en scène, Gilles Raynaldy photographie les intérieurs de ses connaissances, en leur absence. Son approche, toute de discrétion et de retenue, est purement photographique : elle se construit d’un regard, chasse des images lumineuses qui forcent l’interrogation. Ces portraits en creux instruisent avec force sur l’expérience qui se joue dans le fait d’habiter.


S’il est un domaine que les architectes semblent avoir délaissé, sinon abandonné, c’est bien celui des intérieurs, et tout particulièrement ceux que l’on habite. L’affaire est entendue : le logement collectif est un produit calibré, sur lequel le concepteur n’a guère de prise, sauf à la marge, sauf par exception. Il se concentre sur la forme et l’aspect extérieurs d’un édifice, pensé comme une pièce urbaine, destinée tantôt à inscrire un morceau de ville, tantôt à s’y inscrire, tantôt à y trancher. Il faut, pour trouver trace d’appartements raisonnés tant dans leurs formes que dans leurs usages, et donc dans l’articulation de celles-là à ceux-ci, remonter à des âges antérieurs. Alors les pièces, leurs dispositions, leurs dessins, leur enchaînement ne sont plus des contraintes mais des lieux constitués, laissés à la libre occupation de ceux qui s’en emparent, à l’inventivité et à la singularité de chacun. Habiter est alors une expérience, intime, et l’habitat la marque de cette expérience.

 

PRESENCE DE L’ABSENCE


Le travail de Gilles Raynaldy n’a pas prétention à tenir pareil discours, non plus qu’à relever d’une enquête. Il ne s’agit pas de sociologie, encore moins d’architecture. Mais bien de photographie, qui a pour objet de construire des images qui tiennent par elles-mêmes – dans leur cadre, leur composition, leur lumière. Des images qui, de surcroît, produisent un sens qu’elles ne délivrent pas immédiatement mais auquel elles invitent à réfléchir. Des images qui informent, parce qu’elles documentent le réel.

Les images photographiques, quand elles ne sont pas délibérément fabriquées, énoncent toujours : « cela a été ». Il y a bien une photographie du réel comme il existe un cinéma du réel. Les images d’intérieurs de Gilles Raynaldy ne racontent rien, ne démontrent rien. Elles révèlent. La présence d’une absence, la trace et le passage d’une existence, d’une expérience. Et tout autant la position du photographe, résultant à l’inverse d’un effacement apparent, de l’absence d’une présence.

 

RENDRE VIE


 Il est à l’affût, ce qui exige toutes les qualités d’un guetteur d’images : acuité, patience, discrétion, retenue, retrait. Il se fond dans ce qu’il voit et disparaît derrière ce qu’il donne à voir. Pour autant, il est très présent, très instruit. Ses images sont picturales, le plus souvent. Elles ont ici la qualité de natures mortes, ou de scènes de genre en l’absence d’acteurs. Cela s’apprend, s’entretient, se cultive. Regardez l’image sur la page d’en face. Deux pommes de terre, un cendrier et ses mégots, une bouteille, une théière, un coquillage… Rien qui vaille la peine. Et pourtant, par la grâce de la lumière, la force de la composition (trouvée, repérée, cadrée), c’est bien une still life – les mots anglais, littéralement « vie immobile », pour désigner ce que nous nommons nature morte. L’intérieur, l’intime : il y a avec eux quelque chose d’un abandon, d’une absence de tricherie, de mise en spectacle, de représentation. Sinon celle que l’on se donne à soi-même ou à ses proches. Des paysages, qui seraient à la fois ceux de la vie comme elle court, de l’expérience qu’elle entend, ceux des choses et des endroits comme ils se donnent aux êtres qui les choisissent ou en usent. Pourvu qu’on l’ait compris, avec ces portraits en creux, alors les concepteurs pourraient-ils leur donner, en adoptant l’attitude exemplaire d’un Gilles Raynaldy, les lieux qu’ils méritent et qu’ils appellent, ceux qui les autoriseraient et dans lesquels ils s’épanouiraient.

 

SE FAIRE OUBLIER


Entre 2008 et 2014, Gilles Raynaldy a documenté la vie scolaire du collège Jean-Jaurès à Montreuilsous-Bois. Portraits de lieux, et de moments, de personnes, enfants et jeunes gens, enseignants et personnels du collège. Ils nourrissent la vie et l’expérience d’un collège, si décisifs et pourtant occultés au regard, inaccessibles qu’ils sont sauf à ceux qui y ont à faire. Même capacité du photographe à se faire oublier au point d’être toujours là. Mêmes qualités, même exemplarité, même utilité – pourvu que voir, savoir et savoir voir servent à ceux qui regardent.


Les articles récents dans Photographes

Carleton Watkins : Le regard du mammouth Publié le 05/05/2022

Le « mammouth » désignait l’énorme chambre photo­ graphique que Carleton Watkins emportait … [...]

Julien Gracq : L’œil géographique Publié le 29/03/2022

Le grand écrivain était géographe. Dans les années 1950, il entreprit plusieurs voyages en E… [...]

Thomas Henriot : Frontières invisibles Publié le 25/02/2022

Issu d’une grande maison de champagne, Thomas Henriot a entrepris d’explorer le fuseau septentri… [...]

Eric Tabuchi et Nelly Monnier / Atlas des régions naturelles, Vol. 1 Publié le 09/12/2021

Une exposition au Centre d’art GwinZegal de Guingamp, dans le Trégor, rend compt… [...]

Eugène Atget, Voir Paris Publié le 16/11/2021

La Fondation Henri Cartier-Bresson a consacré cet été une expos… [...]

Edward Burtynsky, Eaux troublées Publié le 18/10/2021

L’été dernier se sont tenues en France deux expositions consacrées à ce photographe canadien… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Juillet 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
26    01 02 03
2704 05 06 07 08 09 10
2811 12 13 14 15 16 17
2918 19 20 21 22 23 24
3025 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée par l’Éco…