Habiter les vacances

Rédigé par Soline NIVET
Publié le 30/06/2020

Habiter les vacances

Article paru dans d'A n°282

Du début des années 1960 à la fin de la décennie 1970, le secteur du tourisme a constitué pour certains architectes français une fenêtre de commande opportune ainsi qu’un terrain idéal pour l’expression des doctrines urbaines et formelles et pour les investigations typologiques.

Relogés et équipés du confort moderne, les Français pouvaient enfin penser à profiter de leurs congés payés, et le tourisme était inscrit par l’État à son IVe plan en 1961 comme un enjeu majeur pour l’aménagement du territoire national. Alors que la DATAR consacrait ses premières grandes missions au développement « équilibré » de la montagne et des littoraux aquitain et languedocien, promoteurs privés ou opérateurs du tourisme social initiaient, eux, une série de projets immobiliers qui lèguent aujourd’hui un patrimoine architectural précieux sur la Côte d’Azur.

De Bandol à Saint-Raphaël, le littoral varois fut ainsi à la fois saisi comme un laboratoire et une chambre d’écho des questions qui se posaient alors à l’architecture moderne des Trente Glorieuses. Expression des ensembles ou unités de voisinage, inscription dans le paysage, rapport à l’automobile, investigations programmatiques et typologiques autour des espaces communs, réflexions sur la distribution et la compacité des appartements… Autant de paramètres qui font les « dispositifs balnéaires », que Pascale Bartoli a recensés et étudiés dans le détail, en visitant les opérations dans leurs états et usages actuels et en menant un passionnant travail d’archives pour exhumer dessins et esquisses d’une trentaine de projets, dont certains sont restés de papier.

Jean Dubuisson, Georges Candilis, l’Atelier de Montrouge, François Spoerry… certains noms restent aujourd’hui plus connus que d’autres, dont on redécouvre à l’occasion l’apport. Ainsi, aux lecteurs qui se déconfineraient cet été dans le Var, on ne peut que conseiller un détour ou un séjour au Domaine du Gaou-Bénat à Bormes-les-Mimosas (André Lefèvre-Devaux et Jean Aubert, arch.) ou au VVF de Giens (André Devin, arch.).

On l’aura compris, Habiter les vacances ne constitue pas seulement un excellent guide d’architecture pour qui souhaite sillonner le littoral varois : il contribue aussi à documenter cette période clé de l’histoire de l’architecture française, lors de laquelle à la montagne comme à la mer, on cherchait, déjà, à réapprendre à vivre dehors.

 

Pascale Bartoli, Habiter les vacances, Architectures et urbanisme des Trente Glorieuses sur le littoral du Var, Marseille : éditions Imbernon, mars 2020, 180 x 297, 224 p., 30 euros.

Les articles récents dans Livres

Rénovation d’un héritage bâti, entre sauvegarde et confort domestique Publié le 28/02/2022

Qui n’a jamais pesté contre la déplorable insonorisation de son plancher haussmannien, un vendre… [...]

Le Monde sans fin Publié le 30/12/2021

Cette bande dessinée est le fruit de la rencontre entre un ingénieur, grand vulgarisateur des qu… [...]

La Déconstruction de la ville européenne. Euralille 1988-1995 Publié le 27/12/2021

L’opération Euralille n’est pas encore achevée et pourtant ce moment fondateur d’une nouve… [...]

Habiter autrement, quand l’architecture libère la maison Publié le 26/12/2021

Ce livre, qui a le mérite de s’adresser (et c’est rare) autant aux architectes qu’au grand p… [...]

Durer. Éléments pour la transformation du système productif Publié le 25/12/2021

Pourquoi parler d’un livre de philosophie dans une revue d’architecture ? Pourquoi dire qu… [...]

Architecture du canton de Vaud, 1975-2000 Publié le 09/12/2021

Il ne s’agit pas là d’un guide mais d’un inventaire des plus complets, recensant l’ensemb… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
44 01 02 03 04 05 06
4507 08 09 10 11 12 13
4614 15 16 17 18 19 20
4721 22 23 24 25 26 27
4828 29 30     

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…