Hawksmoor, baroque anglican et maroquinerie de luxe

Rédigé par Jean-Claude GARCIAS
Publié le 04/10/2013

Article paru dans le d'A n°221

On croyait avoir tout vu en matière de recyclage-trivialisation de l'architecture et des vies d'architectes. C'était compter sans les immenses capacités de récupération de la culture moyenne anglaise d'une part, du bling-bling globalisé de l'autre. Comment expliquer autrement la notoriété soudaine de Nicholas Hawksmoor (1661-1736), architecte anglais relativement obscur de l'époque baroque ? Sans modification de l'attitude de la critique savante à son égard1, il a pu fournir en moins de vingt ans le sujet d'un best-seller postmoderne, attirer sur son nom la manne du sponsoring Vuitton et servir d'enseigne à une chaîne de restaurants londoniens. Son patronyme y est probablement pour quelque chose, avec les jeux de mots pseudo-lacaniens que permettent le faucon (hawk) et la lande ou le maure (moor).

Mais c'est surtout l'histoire de Londres qui fournit des éléments de réponse, avec des catastrophes urbaines comme la peste de 1665 (des dizaines de milliers de corps jetés à la fosse commune), l'incendie de 1666 (des milliers de maisons, des dizaines d'églises gothiques et la cathédrale Saint Paul parties en fumée), les bombardements du Blitz de 1940 (22 000 morts en quatre mois), l'arrivée des conteneurs et la gentrification des Docklands sous le gouvernement Thatcher.

Ces désastres ont engendré des réponses plus ou moins planifiées et des programmes architecturaux qui s'entrechoquent plus qu'ils ne s'intègrent. Ils ont fait de Londres une ville branchée, mais n'ont jamais pu éradiquer le kyste de misère autour des docks, qui est à l'origine du mythe de l'East End criminel (Jack l'Éventreur). Cette image d'une cour des Miracles irréductible est suffisamment vague pour s'opposer trait pour trait au West End bourgeois2. Elle a permis l'amalgame culturel entre les classes dangereuses d'hier (huguenots de la Révocation, dockers cockneys, juifs communistes de l'entre-deux-guerres) et d'aujourd'hui (Bangladais, drogués et SDF) et les rares vestiges historiques du quartier, dont les églises et les cimetières du malheureux Hawksmoor. Au début du XXe siècle, Jack London s'étonnait déjà de la présence de dizaines de loqueteux « dans l'ombre » du clocher de Christ Church à Spitalfields : le rebut de l'empire au pied d'un chef-d'œuvre baroque.


Christ Church Spitafields, 1714-1729, en couv. de l'ouvrage de Moshen Mostafavi et Hélène Binet, à paraître chez Lars Müller Publishers, fin 2013.


Lisez la suite de cet article dans : N° 221 - Octobre 2013

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…