Henri Gaudin : l'inactuel (1933-2021)

Rédigé par Jean-Pierre LE DANTEC
Publié le 31/03/2021

Article paru dans le d'A n°288

Rares sont les artistes et les penseurs, y compris les plus grands et les parfois plus célébrés de leur temps, dont l’œuvre ne passe pas par une période d’oubli qu’on nomme pudiquement (au cas où sa force et l’acharnement de quelques admirateurs lui redonnent vie) : « passage par le purgatoire ». Ainsi en est-il allé de musiciens comme Vivaldi, de peintres comme La Tour, d’écrivains comme Proust ou de penseurs comme Spinoza, redécouverts quelques dizaines, voire quelques centaines d’années après leur mort. Mais il arrive aussi que ce « purgatoire » concerne les dernières années de l’artiste ou du penseur, réputé « avoir fait son temps » ou dénigré comme un rabâcheur incapable de se renouveler. 

Tel est le cas d’un des plus importants architectes français du XXe siècle, à mes yeux : Henri Gaudin, qui vient de disparaître à l’âge de 87 ans. Comblé de prix et de louanges par la critique et par ses pairs jusqu’à l’orée du XXIe siècle, tenu par ses étudiants pour un poète de l’espace à l’égal des maîtres d’œuvre gothiques, de Borromini ou d’Alvar Aalto, Henri Gaudin avait disparu des revues et des leçons d’architecture dispensées dans les Écoles, au point que seule une poignée d’étudiants connaissait encore son nom et quelques-uns de ses bâtiments. Lui-même, il est vrai, n’avait jamais été dupe de la notoriété qu’il avait connue, ayant répondu en 1995 à une journaliste qui l’interrogeait : « Dans cinquante ans, personne ne saura identifier mes ouvrages […]. L’architecte, avec ses fantasmes personnels, n’a aucun intérêt1. » Il n’en reste pas moins que, à l’instar (précisément) de Borromini sur la fin de sa vie2, il souffrait de son isolement, renforcé par des douleurs physiques dues à des hernies discales imposant à son corps de 2 mètres de haut d’être souvent couché. 


(...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

Notre-Dame, le parvis des petits besoins Publié le 06/07/2021

Au lendemain du sinistre du 15 avril 2019, on se rappelle que l’annonce d’un concours… [...]

Rendre la cathédrale à la cité Publié le 05/07/2021

par Benjamin Mouton, Architecte en chef, Inspecteur général des Monuments historiques (h), chargé… [...]

Venise 2020 +1 Publié le 05/07/2021
Fieldoffice ou le sursaut écologique de l’urbanité taïwanaise Publié le 04/05/2021

Fieldoffice fait partie de ces agences qui ne font pas de compromis. Ses architectes ne… [...]

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en produit de consommation Publié le 03/03/2021

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité… [...]

Faire le plein de super Publié le 23/02/2021

En ce début d’année 2021 où nous sommes tous plus ou moins assignés à résidence, visiter… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Août 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
30      01
3102 03 04 05 06 07 08
3209 10 11 12 13 14 15
3316 17 18 19 20 21 22
3423 24 25 26 27 28 29
3530 31      

> Questions pro

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°2

Certains représentants de la FFB ne cachent pas leur volonté de se débarrasser des architectes. Avec les marchés, globaux, les entreprises sont en…

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…