Hervé Abbadie, à la recherche de l’entre-deux

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 01/04/2008

Portrait de Hervé Abbadie

Article paru dans d'A n°172

Si Hervé Abbadie hante les immeubles en construction ou en rénovation, ce n'est pas par nostalgie du temps qui s'en va ou pour glorifier un monde à venir. C'est pour observer en direct les moments d'entre-deux où, dans l'attente du produit fini, se révèlent les processus mis en œuvre par l'architecture, tandis qu'émergent les interrogations liées à sa nature. Le chantier aurait-il une esthétique propre ? Un bâtiment en construction serait-il plus beau qu'un bâtiment fini ? Rudes questions pour l'architecte spectateur de ces photographies !

Fidèle lecteur de la presse architecturale, vous avez forcément vu les images réalisées par Hervé Abbadie pour le compte de magazines ou d'agences d'architecture. Ces photographies régulièrement reprises par les revues ne constituent pourtant que la partie émergée de son travail. À côté de ces vues composées selon les règles et les codes en vigueur dans les publications d'architecture, il produit d'autres vues moins orthodoxes de bâtiments en déconstruction – au sens derridien du terme ! Il doit y avoir en lui un Mister Hyde qui l'incite à saisir l'architecture dans les moments particuliers de sa constitution, montrant un univers que le public des architectes regarde moins, plutôt enclin à ne valoriser que l'objet fini. « Dans ces photographies, je m'intéresse aux problématiques de l'entre-deux, explique Hervé Abbadie. Je cherche à rendre compte des processus mis en œuvre par l'architecture. » Le lieu de cet entre-deux, c'est précisément le chantier, qu'Hervé Abbadie hante avec acharnement jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il y cherchait. « Mes images forment une sorte de documentation. Je vois des choses qui n'existent que pour le photographe, les petits épisodes de chantier que le public, qui n'y a pas accès, ne voit pas et que les ouvriers, qui travaillent, n'ont pas le temps de regarder. » Ses clichés présentent toujours une structure simple : frontaux, pris à la chambre, avec un objectif standard réglé sur l'hyperfocale. Cet appareillage élimine les effets pour se concentrer sur l'essentiel, qui est pour lui la construction d'un regard : « Je veux éviter le spectaculaire, replacer le spectateur dans un rapport avec l'image identique à celui que j'avais face au lieu, au moment où j'ai réalisé la photographie. » Pour cette raison, la restitution du documentaire passe souvent par des tirages de grandes tailles, qui permettent d'entrer dans les détails de ces photographies faites d'allers et retours entre le tout et les différentes parties : cadre dans les cadres, désaxements, collisions des échelles, invitent le regard à se déplacer dans l'image. Prises dans le monde abstrait du chantier, certaines échappées du regard dans les fragments de la photographie nous ramènent vers des éléments connus : c'est ici un élément métallique noyé dans une trame d'échafaudage qui nous permettra de reconnaître le Grand Palais ; là, une bande d'une dizaine de centimètres (dans un tirage de 180 centimètres de haut) insérée au milieu d'un réseau de structures, qui renfermera les monuments les plus remarqués du Paris historique. « Je ne crois pas en l'image avec un sujet au centre. Je préfère construire des images polycentriques, où plusieurs éléments sont susceptibles de capturer le regard indépendamment les uns des autres. » Ce jeu entre le tout et les parties est prolongé par l'organisation des photos en série, à travers diptyques, triptyques et livres. Le chantier comme installation Les bâtiments en construction seraient-ils devenus les plus grandes et les plus éphémères galeries d'art contemporain ? Confronté à cette esthétique durant les treize années d'enseignement à l'université de Saint-Denis, Hervé Abbadie semble avoir redécouvert sur le chantier tous les registres d'expression de l'art contemporain, de la peinture pariétale au Land Art. Le spectateur retrouvera par lui-même les références qui traversent tous ses clichés. Mais si le chantier prend parfois des allures d'installations, le photographe se garde bien d'intervenir sur l'image. Il n'est pas non plus dans le constat ou les levées de réserves. L'intérêt de la photographie est de raconter une histoire constituée d'épisodes successifs, de montrer un côté éphémère et accumulatif des matériaux, leur submersion dans la mise en œuvre. « Les chantiers sont des moments où se révèlent des aspects que l'on ne reverra jamais aussi bien une fois le bâtiment terminé, comme les structures, visibles au moment de leur construction ou de leur redépouillement. J'enregistre ces traces vouées à être effacées, ces strates archéologiques qui réapparaissent fugitivement. » Peu présent, sinon à travers les outils qu'il laisse au pied du mur, l'homme apparaît parfois sous forme de petites figures qu'Hervé Abbadie qualifie de brugheliennes. Multitude anonyme guidée par une tâche bien précise au sein de l'environnement chaotique d'un site en travaux. Un mélange de violence et de méticulosité qui préside à la création de cet univers en réduction qu'est un bâtiment. (ON)

Les articles récents dans Photographes

Julien Guinand. Two Moutains : Ashio, Kumano Publié le 20/06/2022

Au Japon, deux montagnes, deux régions éloignées l’une de l’autre, toutes deux victimes de… [...]

Carleton Watkins : Le regard du mammouth Publié le 05/05/2022

Le « mammouth » désignait l’énorme chambre photo­ graphique que Carleton Watkins emportait … [...]

Julien Gracq : L’œil géographique Publié le 29/03/2022

Le grand écrivain était géographe. Dans les années 1950, il entreprit plusieurs voyages en E… [...]

Thomas Henriot : Frontières invisibles Publié le 25/02/2022

Issu d’une grande maison de champagne, Thomas Henriot a entrepris d’explorer le fuseau septentri… [...]

Eric Tabuchi et Nelly Monnier / Atlas des régions naturelles, Vol. 1 Publié le 09/12/2021

Une exposition au Centre d’art GwinZegal de Guingamp, dans le Trégor, rend compt… [...]

Eugène Atget, Voir Paris Publié le 16/11/2021

La Fondation Henri Cartier-Bresson a consacré cet été une expos… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Septembre 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
35   01 02 03 04
3605 06 07 08 09 10 11
3712 13 14 15 16 17 18
3819 20 21 22 23 24 25
3926 27 28 29 30   

> Questions pro

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant re…