Jacques Windenberger, mémoires de Sarcelles et d'ailleurs

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 03/03/2016

Article paru dans le d'A n°242

Photographe indépendant, Windenberger a voué son existence à documenter la vie quotidienne des populations moins favorisées. Après les gens, l’environnement architectural est le deuxième personnage de ses images.

Toujours vêtu de son gilet de reporter barré d’une trace de peinture bleue – un souvenir d’une visite de chantier en Russie –, Jacques Windenberger arbore un look de baroudeur. Inlassablement, depuis les années 1960, il documente, selon son expression, l’homme évoluant dans les milieux construits. Fils de commerçant de Bourg-en-Bresse, cet autodidacte découvre la photographie dans un centre de formation pour convalescents. Presque un hasard : « Il y avait beaucoup de sections, se souvient Windenberger. J’avais rencontré un “tueur” » (titre officiel du chargé de la mise à mort des animaux dans les abattoirs !). Il optera plutôt pour un CAP de photographie, effectuera dans la foulée un stage à Réalités, un mensuel aujourd’hui oublié mais à l’époque très célèbre. Il y rencontre Boubat et intègre ensuite l’agence de presse Keystone, où il reste un an et demi avant de démissionner. « J’en ai eu rapidement assez. À l’époque, je vivais dans un foyer de travailleurs et je ne pouvais que constater le fossé entre les événements que l’on me demandait de couvrir – sortie de l’Élysée, faits d’hivers ou d’été, comme on dit – et la vie des banlieusards, l’immigration, autant de sujets qui m’apparaissaient intéressants à décrire et à raconter, à l’encontre des sujets people publiés par la presse quotidienne. Je commence le documentaire sans le savoir. »

Habitant de Sarcelles, il travaille à la MJC et pige pour une revue pour les jeunes agriculteurs pendant cinq ans. Ses reportages lui font entrevoir l’opportunité d’une vie en province. Il saisit l’opportunité d’une commande pour l’OREAM1 de Marseille pour s’installer dans le sud. On le retrouve ainsi dans le Panier, à Marseille, mais aussi au Pérou, toujours avec une ligne de conduite : « Celle d’une photographie que j’essaie de laisser ouverte mais questionnante. Je n’ai pas de solutions aux problèmes du monde, j’essaie seulement de les montrer, de proposer des images qui permettent un débat, des réactions, que ce soit en France ou à l’étranger. J’ai accompagné une ONG au Sénégal, je suis allé avec Pompiers sans frontières dans les barriadas (quartiers d’habitat informel) à Lima, en 2002, ou à Porto Alegre, avant le Forum social mondial, pour documenter pendant un mois des aménagements financés par des budgets participatifs. » Une quasi-mission, qui le pousse aussi bien à monter sur les tables pour photographier des ouvriers palestiniens construisant un quartier résidentiel en Cisjordanie, ou à grimper, à 80 printemps, sur un vélo pour documenter le quotidien des Bogotanais, à 2 600 mètres d’altitude.


Une décade à Sarcelles

"Ben y sont tout de même pas rasé ma cabane… Ginette m’aurait écrit », s’étonne Jean Gabin dans le film Mélodie en sous-sol en découvrant Sarcelles à sa sortie de prison. Jacques Windenberger s’installe en 1960 dans un foyer pour jeunes travailleurs du grand ensemble qui défrayait déjà la chronique, au départ pour sa forme urbaine inédite, qualifié par ses détracteurs de « sarcellite », à l’instar d’une maladie contagieuse.

Changeant d’appartements au gré des évolutions de sa situation familiale, il y restera dix ans, devenant témoin de l’intérieur d’une vie de cité. Réunions d’information avec l’architecte, visite d’hommes politiques, vieux Sarcelles, congrès de travailleurs, temps forts et faibles de la commune, coexistence de différentes communautés. Un monde rude, mais pas invivable. « Il y avait des solidarités forgées par des appartenances à différents partis, la télévision n’avait pas la même emprise qu’aujourd’hui. Il y a désormais des cloisonnements communautaristes qui n’existaient pas à l’époque », regrette Windenberger. Les images restituent ces relations sociales et cet univers doublement disparu, comme la tour où Jacques Windenberger avait habité, aujourd’hui démolie.

S’il n’apparaît pas dans la liste des grands maîtres de la photographie humaniste, Jacques Windenberger a amassé, à Sarcelles ou ailleurs, une documentation remarquable autant sur la forme que sur le fond. « On demandait au photographe qui allait en banlieue d’être dans le cliché et la noirceur, à l’antithèse de ma démarche qui ne vise pas le sensationnel. Il fallait être dans le cliché, je suis d’abord photojournaliste, toutes les images sont légendées précisément », insiste-t-il. En 2000, il a fait don à la BPI de 9 000 images tirées d’une collection de 400 000 clichés. Un temps disponibles en ligne, elles ne sont plus visibles aujourd’hui. En 2010, le collectif Argos est reparti sur les traces de Windenberger, dans six villes françaises qu’il a couvertes, tirant de ce travail un ouvrage appelé Gueule d’Hexagone2. « Il faut cinquante ans pour qu’émerge l’intérêt d’un travail documentaire », constate le photographe. En 2016, l’heure de revoir ses reportages est arrivée.


1.Créés en 1967, les OREAM (Organismes régionaux d’étude et d’aménagement d’aire métropolitaine) avaient été mis en place dans le cadre la politique des métropoles d’équilibre à Lille-Roubaix-Tourcoing, Marseille, Lyon, Nancy-Metz et Nantes-Saint-Nazaire. Elles devaient établir des schémas de développement de l’espace métropolitain.

2.Collectif Argos, Gueules d’Hexagone, éditions Intervalles, 2012.

"Un même monde, parcours documentaire, 1956-2008," photos de Jacques Windenberger, textes de Jean-Marie Guillon, publié par Images en Manœuvres et les éditions des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2011.


Les articles récents dans Photographes

Amélie Labourdette, Traces d’une occupation humaine Publié le 23/03/2021

Initié en 2016 à l’occasion d’une résidence d’artiste et poursuivi en 2018, ce projet a… [...]

Candida Höfer Paris : faces des espaces Publié le 23/02/2021

Considérée comme représentative des élèves de Bernd et Hilla Becher à l’École de… [...]

Zupagrafik, Béton froid Publié le 30/12/2020

Zupagrafika est le nom d’une maison d’édition établie en Pologne et constituée par David… [...]

Anne-Marie Filaire, Terres Publié le 04/11/2020

Les chantiers du métro du Grand Paris génèrent des quantités phénoménales de terres excavées.… [...]

Gerhard Richter, Paysages Publié le 12/10/2020

Célébré à juste titre comme un représentant majeur de la peinture allemande de la seconde… [...]

Albert Kahn, Enregistrer Paris Publié le 25/08/2020

Dans l’attente de l’ouverture, en 2021, à Boulogne-sur-Seine, du nouveau musée… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Avril 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
13   01 02 03 04
1405 06 07 08 09 10 11
1512 13 14 15 16 17 18
1619 20 21 22 23 24 25
1726 27 28 29 30   

> Questions pro

Visées et effets pervers des marchés globaux n°1

Passés en un lot unique en dérogeant au principe d’allotissement, les marchés globaux mettent l’entreprise mandataire au premier plan. S’ils…

Une initiative exceptionnelle pour endiguer l’inexorable transformation du logement social en…

Le 15 janvier 2021 a été remis le rapport sur la qualité d’usage et la qualité architecturale du logement social. Pour la première fois ce…

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…