Kroll, une expo habitée

Rédigé par Marie-Christine LORIERS
Publié le 04/11/2013

V.Mahé (Collectif ETC), Lucien et Simone Kroll, P. Bouchain, N.Condorcet, É. Hallauer, F.Schiappero (ETC)

Article paru dans d'A n°222

Un souffle de jeunesse et une réactivité critique aux mutations du siècle. Lucien et Simone Kroll sont exposés au Lieu Unique à Nantes. L'événement est orchestré par Patrick Bouchain, qui affirme tout leur devoir. À son tour, il veut transmettre son énergie et a invité de jeunes équipes pour mettre en scène une exposition documentée, si directe qu'elle en paraît simple. Et pourtant, quel défi lorsqu'il faut rendre compte de l'œuvre d'un architecte qui a dessiné et bâti la parole des habitants, qui depuis toujours n'a pas hésité à remettre en cause le trinôme maîtrise d'ouvrage/habitant/architecte.

En 1957, Lucien Kroll a trente ans. Il est architecte, diplômé de la Cambre à Bruxelles, il a étudié l'urbanisme avec Gaston Bardet, a brièvement collaboré avec des architectes. Sa première commande est pour l'abbaye de Maredsous, en Belgique : il s'agit d'aménager un atelier d'art. Il pose les principes récurrents de son travail : la trame fondatrice ouverte, la diversité et le dialogue, ici avec les Bénédictins. « Sans eux, formé à un fonctionnalisme mécanique, je ne pouvais qu'imposer des schémas scolaires et abstraits.1 » Il questionne, découvre leurs métiers, leurs façons de modeler leurs espaces personnels ou de groupe. Il emploie des composants industriels, des éléments démontables, sur une structure bois tramée en carrés de 4,80 mètres. Simple, efficace, lumineux. À sa manière, Kroll s'approprie le contexte constructif de l'époque : en 1965, aux Pays-Bas, les SAR (Stichting Architecten) réfléchissaient à la standardisation et à la diversité. Kroll poussera la dialectique avec Faut-il industrialiser l'architecture ? publié en 1984 (éditions Socoréna à Bruxelles). Ses projets continueront à utiliser de manière iconoclaste le catalogue des composants.


Au Lieu Unique à Nantes jusqu'au 1er décembre


Lisez la suite de cet article dans : N° 222 - Novembre 2013

Les articles récents dans Parcours

Remingtonstyle : L’économie doit être une prérogative de l’architecte Publié le 11/12/2022

Face aux enjeux écologiques propres à l’acte de construire, David Jouquand et Pierre Frinault, a… [...]

Graal : Les pieds sur terre Publié le 19/10/2022

Depuis la création de l’agence Graal en 2012, Nadine Lebeau et Carlo Grispello ont choisi de s… [...]

MBL architectes : MBL, l'opportune Publié le 06/09/2022

2022 est l’année de la révélation pour l’agence MBL. Lauréate du projet de transformatio… [...]

h2o Architectes : Création et patrimoine Publié le 05/05/2022

h2o architectes et Eugène sont deux agences en une qui multiplient les projets d’ampleur à tra… [...]

Collet Muller Architectes : Une œuvre parallèle Publié le 28/03/2022

Trentenaire engagé dans son temps, Antoine Collet vient de livrer une opération de logements d… [...]

Atelier Régis Roudil : Renouer des liens avec le terroir Publié le 22/02/2022

Régis Roudil aborde chaque projet avec humilité mais beaucoup de conviction. la clarté et la s… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2023
 LunMarMerJeuVenSamDim
52      01
0102 03 04 05 06 07 08
0209 10 11 12 13 14 15
0316 17 18 19 20 21 22
0423 24 25 26 27 28 29
0530 31      

> Questions pro

Et si on arrêtait de bosser ?

Apparu aux États-Unis après le covid, le phénomène de « la grande démission » marque une évolution du rapport au travail et la Fra…

Les ABF aussi en première ligne pour défendre le patrimoine contemporain

Rôle délétère de l’ANRU pour financer la destruction des logements, inquiétude devant la généralisation de l’isolation thermique des…

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands e…