La levée de réserves assistée par ordinateur

Rédigé par Olivier NAMIAS
Publié le 16/04/2012

Article paru dans le d'A n°207

Plutôt que de consigner les réserves sur une feuille subissant les outrages du chantier, Archipad se propose d'intégrer toutes vos remarques dans une tablette tactile qui traitera aussi l'après-visite : mise au propre du compte rendu, expédition aux différents participants au rendez-vous de chantier. Un système que l'on doit pouvoir adopter sans réserve.
La levée des réserves est une corvée redoutée de tout architecte et la manie procédurière qui saisit l'ensemble du monde du bâtiment ne fait rien pour arranger les choses. Sur un équipement de 1 800 mètres carrés, un architecte a pu récemment dénombrer près de 1 200 réserves ! Soit un nombre conséquent d'heures de travail perdues en visites de chantier, sans compter la mise au propre des PV, enregistrés dans des conditions toujours hasardeuses : dans la poussière, le bruit, muni de stylos plus ou moins adaptés à l'univers rude des chantiers, feuilles souillées par les travaux… Le maître d'œuvre est-il condamné à subir éternellement cette situation ? L'arrivée des Smartphones et autres technologies de terminaux mobiles pourrait bien changer la donne. Plus maniables que les ordinateurs à interface tactile développés dans les années quatre-vingt-dix, disposant d'une autonomie énergétique de plusieurs heures et très accessibles sur le plan financier, les tablettes pourraient devenir demain un outil incontournable pour l'architecte.


Le développement de systèmes d'exploitation fiables favorise la création de nouveaux outils d'assistance comme Archipad, développé par la start-up Bigsool et l'architecte Jean-Marc Lalo. Le logiciel a été entièrement pensé autour du rituel des levées de réserves : il dispose d'un répertoire recensant les entreprises participant au chantier. Les personnes convoquées pour la visite peuvent signer sur la tablette via l'interface tactile, comme on signerait un bordereau de présence. L'atout majeur de cette application reste sa capacité à afficher facilement les jeux de plans relatifs au chantier. Les plans sont chargés dans la tablette au format PDF ; une technologie développée spécialement pour l'application autorise des zooms et des déplacements très fluides, même lorsque les fichiers sont lourds. Les réserves sont signalées directement sur le plan par une pastille et gardées en mémoire par l'application. On peut les effacer ou avoir un historique des interventions effectuées sur un point précis. Un système de saisie simplifié facilite l'acquisition du texte. L'entreprise a également imaginé un accessoire facilitant le transport de la tablette sur le chantier. Une fois la visite terminée, le compte rendu est envoyé directement à tous les participants par mail.


L'application Archicad a reçu une médaille d'or lors du dernier Salon Batimat. Pour l'instant, elle ne fonctionne que sur iPad et coûte 479,99 €* tout compris, mises à jour futures incluses. L'ajout de photographies et l'extension de l'application aux visites de chantiers sont en cours d'étude. Ce prix doit être calculé sur la durée : d'autres applications proposent également des services similaires, mais compensent un prix de départ plus bas par l'obligation de souscrire à un abonnement mensuel. Il doit surtout être rapporté au temps gagné lors des chronophages visites de réserves.

* 41 euros pour une version lite ne permettant de travailler que sur un projet unique.

> Autres produits dans la même catégorie

De l'âge de glace à…

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges…

Tissage de lin en façade…

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e …

Super, Quercus suber, les…

D’abord et toujours utile pour boucher les…

Inventer la fraîcheur

En écho au concours « faire » et aux ambitions…

Accessibilité : en finir…

Dans le jargon professionnel, on les appelle les …

Quand la céramique…

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier…

Vers la fin du logement…

Tandis que les architectes se mobilisent contre…

Blocs en stock - Du…

Spécialisé depuis plus de…

Splash, plouf, scrack ! -…

Impressionnisme en tie…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

De l'âge de glace à l'ère numérique Publié le 10/12/2018

Depuis dix ans, Karola Dierichs et Achim Menges dirigent un laboratoire de recherche fondamentale… [...]

Tissage de lin en façade du cinéma Wepler Publié le 02/11/2018

Situé au 140, boulevard Clichy dans le 18e arrondissement parisien, le cinéma Wepler a fait… [...]

Super, Quercus suber, les nouveaux usages du liège Publié le 01/10/2018

D’abord et toujours utile pour boucher les bouteilles de porto ou de Dom Pérignon, le … [...]

Inventer la fraîcheur Publié le 30/08/2018

En écho au concours « faire » et aux ambitions affichées de la Ville de Paris de penser… [...]

Accessibilité : en finir avec les salles de bains moches Publié le 25/06/2018

Dans le jargon professionnel, on les appelle les « produits d’assistance pour personnes en… [...]

Quand la céramique devient structurelle Publié le 03/05/2018

Depuis 2010, Martin Bechthold dirige un atelier de recherche au sein de l’École supérieure de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Février 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
05    01 02 03
0604 05 06 07 08 09 10
0711 12 13 14 15 16 17
0818 19 20 21 22 23 24
0925 26 27 28    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…