La mariée était en BIPV

Rédigé par Benoit JOLY
Publié le 07/04/2017

-

Article paru dans le d'A n°253

L’intégration de la production d’énergie active dans l’enveloppe du bâtiment reste un défi, encore difficilement compatible avec l’idée d’une architecture aérienne, légère et libérée de tout accessoire high-tech. Pourtant, l’expérimentation de nouvelles cellules photovoltaïques ouvre la voie à une architecture pour qui performance et liberté conceptuelle feraient bon ménage. 


En architecture, la mise en oeuvre de modules photovoltaïques se divise en deux catégories. D’un côté, les BAPV (Buildings Applied Photovoltaics) demeurent les plus répandus, tels les traditionnels panneaux solaires montés en toiture. D’un autre côté, les solutions photovoltaïques intégrées au bâtiment, dites BIPV (pour Building Integrated Photovoltaics), sont pour le moment les moins courantes, mais de plus en plus prisées par les architectes. Il s’agit de l’intégration de cellules solaires dans les murs-rideaux, les tuiles ou les vitrages. Dans ce domaine, de nombreux fabricants de cellules (PV) rivalisent d’ingéniosité pour mettre sur le marché des produits facilement appropriables par les maîtres d’oeuvre. 

 

Des cellules comme des motifs 

Parmi eux, le leader Belectric a mis au point Opvius, un stratifié « photovoltaïque organique » (OPV) composé de matériaux semi-conducteurs à base de carbone et issus du domaine de la chimie organique. Récompensés par le très convoité prix d’Innovation Architecture + Construction au salon BAU 2017 de Munich, les OPV de Belectric sont des modules solaires composés de cellules prises entre deux feuilles de plastique transparent. Leur avantage : même avec une lumière faible et une orientation aléatoire, les OPV n’ont pas besoin d’irradiation directe pour fonctionner, et augmentent leur rendement avec des températures élevées. Autre atout non négligeable : les stratifiés OPV ont une structure flexible et sont résistants aux variations climatiques. Grâce à la possibilité de jouer avec leurs formes (étoiles, cristaux, hexagones), couleurs et transparences, elles peuvent être adaptées à presque n’importe quel support (verre, textile) ou surface (plane, incurvée). 

 

Des architectures démonstratives 

En guise de rare exemple de mise en oeuvre, en octobre dernier a été inauguré le bâtiment pour la Paix et la Sécurité de la Commission de l’Union africaine d’Addis-Abeba (Éthiopie). Dessiné par les architectes de l’agence allemande Hascher & Jehle, il se concentre autour d’un atrium et d’une verrière ovale protégée à l’intérieur d’un voile solaire. Un maillage de câbles en acier inoxydable (Carl Stahl Architecture) supporte 445 modules OPV bleus et semi-transparents, configurés pour représenter la forme du continent africain. Le système alimente l’éclairage par LED de l’atrium. Mais jusqu’alors, la plus grande démonstration de maillage solaire avait eu lieu à l’expo de Milan en 2015 avec le pavillon allemand « Fields Of Ideas » des architectes de l’agence Schmidhuber. De grands arbres blancs combinant structure métal, maillage solaire et textile technique ont fourni le bâtiment en énergie renouvelable dans une esthétique diaphane et légère. Ici comme à Addis-Abeba, les installations tridimensionnelles d’OPV forment de grands brisesoleil, mais les cellules peuvent être également assemblées de manière à se chevaucher, comme des écailles, constituant un abri complet. L’ensemble structurel est donc adapté à un usage en extérieur ou dans un espace public, libérant de grandes zones de surface au sol. Enfin, les maillages sont faciles à transporter, à installer et à désinstaller, partenaires idéaux d’architectures éphémères ou pérennes. Une habile manière de transformer la production d’énergie en véritable atout architectural.

 

 

 

 

 

 

> Photos

> Autres produits dans la même catégorie

À Croissy-Beaubourg, le…

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons…

Béton de chanvre :…

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour…

Impression 3D : La…

Depuis la petite dizaine d’années que…

Réemploi in situ : Une…

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le…

De la tuile solaire à…

Après des décennies de développement, la…

Bétons immergés : des…

Le 21 septembre dernier, dans la rade de…

Des ailes pour…

Est-il révolu, le temps où il fallait, dans…

Rendez-vous en bauge…

Comparée au pisé ou aux adobes qui ont fait …

Design itératif : «…

La récente exposition consacrée à…

VOIR ÉGALEMENT

>> Actus brèves
>> Parcours
>> Photographes
>> Livres
>> Points de vue / Expos
>> Concours
>> Le dossier du mois
>> Le Grand Entretien
>> Les produits de la rédaction
>> Questions pro
>> Feuilleton
>> Design
>> Techniques

Les articles récents dans Innovations

À Croissy-Beaubourg, le premier ERP en parpaing de chanvre Publié le 18/10/2021

Les autoconstructeurs et bâtisseurs de maisons écologiques sont porteurs d’innovation et de… [...]

Béton de chanvre : l’isolation comme acte d’architecture Publié le 03/09/2021

Lorsqu’ils conçoivent ce projet en 2015 pour Paris Habitat, les architectes Thibaut Barrault et… [...]

Impression 3D : La fabrication additive, toujours d'actualité ? Publié le 23/03/2021

Depuis la petite dizaine d’années que l’impression 3D fait des émules sur le marché… [...]

Réemploi in situ : Une façade en granite transformée en terrazzos Publié le 28/02/2021

Quand en 1992 l’agence SCAU remporte le concours pour la construction du siège de… [...]

De la tuile solaire à l'enveloppe du bâtiment : "Le moment est venu" Publié le 06/01/2021

Après des décennies de développement, la production d’énergie solaire est en train de faire… [...]

Bétons immergés : des infrastructures portuaires biomimétiques Publié le 09/11/2020

Le 21 septembre dernier, dans la rade de Cherbourg, on pouvait assister à l’immersion de… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2021
 LunMarMerJeuVenSamDim
39    01 02 03
4004 05 06 07 08 09 10
4111 12 13 14 15 16 17
4218 19 20 21 22 23 24
4325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Quels conseils donner aux jeunes diplômés ?

Boxeur professionnel à 17 ans, Tadao Ando voyageait pour combattre avant de se former en autodidacte à l’architecture, métier qu’il dit…

Les ABF, de la censure au dialogue constructif

Légitimes gardiens du temple, les architectes des bâtiments de France accompagnent souvent des architectes et des maîtres d’ouvrage éclairés…

Les effets pervers des marchés globaux 3/3

Alors que sa relation directe au maître d’ouvrage est mise à mal par les marchés globaux, l’architecte devient l’inespéré bouc émissaire…