La terre crue en question à l’Assemblée

Rédigé par Marguerite PIERRE
Publié le 07/02/2018

Questionné par M. Loïc Prud’homme, député de la France Insoumise sur l’utilisation des matériaux éméttant du C02, Le Ministère de la Transition écologique et solidaire (Nicolas Hulot) a présenté les mesures prises pour lutter contre ces usages et a fait, à cette occasion,  la promotion de matériaux de constructions alternatifs, et notamment de la terre crue. La réponse a été publiée au Journal Officiel de l'Assemblée Nationale le 19 décembre 2017 (page 6573, question n°1001).

Question de M. Loïc Prud'homme :

 

M. Loïc Prud'homme attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur les matériaux de construction alternatifs, neutres et stockant du CO2, permettant de lutter de façon concrète contre le réchauffement climatique. Le secteur du bâtiment représente à lui seul plus de 40 % de l'empreinte carbone. Ce secteur utilise 20 % du CO2 global uniquement pour la fabrication de matériaux cuits (ciment, chaux, isolants de

synthèse...). La terre crue, couplée au bois et à la paille, permet des systèmes constructifs qui n'émettent pas de CO2 durant leur fabrication. Par ailleurs, un bâtiment construit avec ces matériaux permet encore de réduire une part importante de CO2 en diminuant le chauffage (mieux isolé, ce type de construction peut ne pas être chauffé).

Concernant l'utilisation de la terre crue dans la construction, des associations travaillent depuis de nombreuses années sur le développement de ces matériaux. Des guides de bonnes pratiques sur toutes les techniques de construction en terre, en partenariat avec la direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages, sont en cours de finalisation et permettront les garanties décennales sur ces matériaux. Les débouchés économiques sont prometteurs et saluées notamment par le centre scientifique et technique du bâtiment. Une quinzaine d'associations ont mis en place une certification européenne sur la terre crue, une formation longue et diplômante sur cette méthode de construction a démarré le 21 août 2017, c'est une première nationale. Or aucun appel d'offres n'a été effectué en région PACA (région du centre de formation qui la met en place) sur ce sujet et ces matériaux ne sont utilisés qu'à la marge dans le bâtiment français. Il lui demande donc quelles sont les mesures envisagées par son ministère pour promouvoir sans délai ce genre de formation et plus généralement favoriser l'utilisation de matériaux de construction alternatifs.

 

Réponse du Ministère de la Transition écologique et solidaire :

 

À la différence de la filière forêt-bois, particulièrement bien organisée au niveau national grâce à un comité stratégique regroupant les ministères (économie, agriculture, environnement et logement) avec les professionnels, la terre crue est structurée autour d'associations locales, voire régionales. Plus généralement, les matériaux biosourcés (paille, chanvre, fibres de bois) sont soutenus depuis plusieurs années par le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) et le ministère de la cohésion des territoires (MCT) pour en encourager l'utilisation dans la construction et lever les obstacles à leur développement (freins de nature technique, réglementaire, assurantielle, voire culturelle). D'ailleurs, depuis 2011, deux plans d'action ont été financés en ce sens par le MTES et le MCT (à hauteur de 100 à 150 k€ par an). Ces plans ont notamment contribué à la structuration des filières et ont permis de financer des études d'impact économiques et techniques utiles à la démonstration des avantages offerts par les solutions biosourcées. Le programme d'action pour la qualité de la construction et la transition énergétique (PACTE), lancé en 2015, soutient des formations professionnelles et l'intégration de ces matériaux dans des outils dédiés aux prescripteurs et aux décideurs. Le développement de l'usage de matériaux géo-sourcés (comme la terre crue) dans la construction représente un enjeu central pour le MTES pour l'atteinte des objectifs européens et nationaux en termes d'économie circulaire. Le travail, en cours de finalisation (2018), sur la production des guides de bonnes pratiques de la terre crue a pour objet de donner un cadre technique permettant de qualifier et de donner une crédibilité à ces techniques notamment dans une optique de faciliter la garantie assurantielle. Le MTES soutient cette démarche depuis 2014 (budget de 200 k€). Du reste, le MCT et le MTES ont également financé une étude sur la sinistralité des ouvrages en terre crue pour documenter, identifier et traiter des pathologies afin de compléter le travail en cours. Le volet formation est un volet qui découle du travail réalisé puisque le cadre des guides de bonnes pratiques ouvrira la porte à la mise en place de formations spécifiques sur les six techniques concernées. Enfin, le MTES porte actuellement un projet national terre qui est en cours d'élaboration afin de développer toutes les thématiques centrées autour de la terre crue avec les porteurs de projet potentiels (filières, institutionnels, professionnels de la construction, financeurs…). La thématique de la formation sera naturellement un des volets de cette action.

Les articles récents dans Actus brèves

25 projets récompensés par le Prix Architecture Espaces Bretagne Publié le 30/10/2018

Les résultats de la nouvelle édition du Prix Architecture Espaces Bretagne ont été dévoilés… [...]

Paris 16e : inauguration des logements sociaux controversés de l’agence SANAA Publié le 25/10/2018

Les 100 logements sociaux conçus par l’agence d’architecture Japonaise SAANA viennent… [...]

Hardel Le Bihan et Insolites Architectures seront associés à UTEI et WOODEUM pour l’îlot C2 Sud à la Confluence Publié le 24/10/2018

Associés aux architectes Hardel Le Bihan et Insolites Architectures, les promoteurs UTEI et WOODEUM… [...]

Norman Foster suspend sa collaboration avec le gouvernement Saoudien Publié le 23/10/2018

L’architecte anglais Norman Foster vient d’annoncer qu’il suspendait son travail pour la… [...]

Pierre-Louis Faloci, lauréat du Grand Prix national de l’architecture 2018 Publié le 22/10/2018

Après la sélection des six finalistes le 12 septembre 2018, le nom du lauréat du Grand Prix de … [...]

AJAP 2018 : enfin l’expo Publié le 19/10/2018

L’exposition « Album des jeunes architectes et paysagistes 2018 » est ouverte… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Novembre 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
44   01 02 03 04
4505 06 07 08 09 10 11
4612 13 14 15 16 17 18
4719 20 21 22 23 24 25
4826 27 28 29 30   

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…