La Villette, des évenements à contretemps

Rédigé par Loïse LENNE
Publié le 28/09/2018

Dossier réalisé par Loïse LENNE
Dossier publié dans le d'A n°266

Alors que la demande pour des bâtiments iconiques faisant événement semble se tarir, des manifestations événementielles ne cessent de s’organiser en tous lieux. Ces ponctuations du temps auraient-elles remplacé celles produites par l’architecture dans l’espace de nos villes ?La question de l’événement se trouve au centre du parc de la Villette depuis sa création. Des événements résultant de l’expérience physique des lieux que prônait et schumi à l’actuelle ferveur événementielle, en passant par l’icône philharmonique, ce lieu a en effet connu des événements de différentes natures qui se sont succédé sans se rejoindre, dans un perpétuel contretemps.

Leur récit permet de revenir sur cette notion utile et changeante d’événement en architecture et d’en comprendre les récentes modifications.


Le parc a célébré cette année ses 35 ans lors d’un week-end festif. Trente-cinq ans, déjà ? Pas tout à fait, puisque l’inauguration par François Mitterrand date d’octobre 1987. Un des moments fondateurs de ce parc aux millions de visiteurs annuels remonte cependant bien au 25 mars 1983, jour de la désignation officielle de Bernard Tschumi pour son aménagement. Une occasion à ne pas manquer pour attirer le public au parc, à la sortie de l’hiver. Une telle manifestation s’inscrit parfaitement dans la politique événementielle de l’Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette (EPPGHV) qui, si elle n’a pas été inventée avec l’arrivée en 2015 du président Didier Fusillier, a largement été favorisée par celui-ci. Si Le Parisien titre alors sur la « richesse » d’un site « pluridisciplinaire » qui « ne cesse de se réinventer », Le Figaro trouve plutôt que le parc « cherche sa voie » et a pris « un sacré coup de vieux ». Fidèle à son histoire, la Villette reste un lieu politique dont on pourrait célébrer chaque année l’anniversaire, tant ses métamorphoses ont jalonné l’histoire urbaine parisienne depuis la fin du XIXe siècle. Ce laboratoire historique de 55 hectares représente ainsi différents modes de voir et d’aménager la ville et son histoire révèle de façon singulière des modifications dans notre rapport au temps.


Des abattoirs au parc de la Villette :

 

Pensé après-guerre sur le terrain des abattoirs généraux de la ville de Paris prévus par Haussmann, le Marché d’intérêt national de la viande, projet rationnel pour la ville moderne dont il faut accompagner le progrès inébranlable, se trouve dans une situation de quasi-obsolescence avant même son achèvement.(...)

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Janvier 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
01 01 02 03 04 05 06
0207 08 09 10 11 12 13
0314 15 16 17 18 19 20
0421 22 23 24 25 26 27
0528 29 30 31    

> Questions pro

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…

Loi ELAN: comment produire un habitat frugal dont la valeur perçue ne soit pas celle du low cost?

Bernard blanc est directeur général d’aquitanis, l’office public de l’habitat de bordeaux métropole. Ce bailleur très engagé a déjà…