L'architecture ou l'art de transformer le réel. (6/9) Tabula rasa versus transformation

Rédigé par Philippe PROST
Publié le 05/05/2022

Le plan Voisin pour Paris de Le Corbusier, en mode jaune-rouge-noir, redessiné par l’Atelier d’Architecture Philippe Prost

Article paru dans d'A n°298

Les effets des deux premières révolutions industrielles combinés à ceux des deux guerres mondiales d’un côté, le triomphe du béton armé et du mouvement moderne de l’autre vont voir au XXe siècle la logique de la table rase l’emporter progressivement sur celle de la transformation. La puissance industrielle ne cesse de croître, tandis que les ressources naturelles semblent illimitées. Le sommet de cette période s’établit, sans conteste, du moins symboliquement, durant les Trente Glorieuses (1945-1975). En réalité, de la fin de la Première Guerre mondiale au « Rapport Brundtland », c’est le temps des heures sombres pour l’architecture, considérée comme l’art et la manière de transformer l’existant, le déjà bâti. Et pourtant, dans des circonstances particulières, la transformation architecturale continue d’être pratiquée.

Tabula rasa : l’expression latine fait référence à une tablette de cire vierge dont on a effacé toute inscription. Par extension, elle sera utilisée pour qualifier les opérations militaires de destruction systématique, souvent d’ordre symbolique, comme les Perses et les Romains les ont pratiquées, effaçant Athènes ou Carthage. 

« Faire table rase. » L’expression sera remise au goût du jour à la fin du XIXe siècle avec cette fois un sens politique. L’action devient l’expression d’une idéologie : rejeter tout ce qui a précédé pour prendre un nouveau départ. Le résultat est une page blanche sur laquelle on peut écrire une nouvelle histoire. Les Grecs ont profité de la destruction de l’Acropole pour la reconstruire en perfectionnant sa géométrie, en perpétuant ses bâtiments remarquables, comme les Polonais reconstruiront le centre de Varsovie après sa destruction par les nazis en cherchant à en parfaire les caractéristiques historiques et les traits patrimoniaux. Mais, dans la majorité des cas au XXe siècle, la page blanche offerte sera perçue comme l’occasion d’une rupture avec la précédente, en donnant à la ville un nouveau plan, aux bâtiments une nouvelle architecture. (...)

Les articles récents dans Points de vue / Expos

Meudon : les carrières menacées Publié le 15/04/2022

Le combat sur les carrières de Meudon continue ! Cette fois-ci, la Cour des… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (5/9) Changement d'ère Publié le 28/03/2022

Le XIXe siècle fut paradoxalement tout à la fois celui de la première révolution… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (4/9) Changements de programmes Publié le 24/02/2022

Fruit d’une crise à la fois politique et économique, devenue religieuse et militaire, la… [...]

Profession architecte : quelle place pour les femmes ? Publié le 03/01/2022

Pour ce dernier numéro de l’année, nous avons souhaité à nouveau interroger la place des… [...]

Profession architecte : quelle place pour les femmes ? Entretien avec Aurélie Cousi Publié le 02/01/2022

Ces dernières semaines, le Palmarès des Ajap 2020 a suscité la polémique, notamment… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (3/9) Du côté des grands maîtres Publié le 09/12/2021

L’immense renouveau artistique et scientifique de la Renaissance… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
17      01
1802 03 04 05 06 07 08
1909 10 11 12 13 14 15
2016 17 18 19 20 21 22
2123 24 25 26 27 28 29
2230 31      

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …