Le grand écart 5 : Rites, objets et monumentalités éphémères

Rédigé par Jean-François CHEVRIER
Publié le 04/10/2013

Article paru dans le d'A n°221

Plus encore que dans les quatre épisodes précédents, Jean-François Chevrier utilise la figure du grand écart pour reconsidérer des formes récentes, souvent oubliées, d'une relation complexe, conflictuelle, entre art(s) et architecture. Le grand écart invite ici à des rapprochements inattendus entre les rites de l'activité artistique et un idéal monumental de l'architecture, en passant par l'objet, instrument, meuble, habitat.

L'invocation des mythes et des rites est une ritournelle de l'art moderne. L'action rituelle est généralement opposée à l'objet, comme l'activité à l'œuvre et le mythe à la biographie. L'idée même de rite traverse les disciplines, elle relie l'art aux sciences humaines et sociales. Elle fut déterminante pour les artistes de la performance ; elle est utilisée par les sociologues autant que par les anthropologues. Elle permet de rapprocher des milieux, des cultures, que tout semblait séparer.

En 1975, en Grande-Bretagne, le centre des Cultural Studies de Birmingham publiait un compte rendu de recherches sur le comportement des jeunes dans les classes populaires intitulé Resistance Through Rituals1 (la résistance par les rituels). Dans un tout autre registre, la contribution de Michel Leiris au Collège international de sociologie en 1938, « Le sacré et la vie quotidienne », avait ouvert un passage entre littérature et anthropologie. Le récit autobiographique est généralement une collection de souvenirs. Leiris transformait cette convention en considérant « divers faits » de son enfance comme les traits d'un sacré individuel, idiosyncrasique. Il énumère successivement des objets (paternels), des endroits (domestiques et autres), des mots (noms, vocables), liés eux-mêmes à des lieux-dits, ou « parages » onomastiques (« Nemours » par exemple).



1/ Resistance Through Rituals: Youth Subcultures in post-war Britain, éd. Stuart Hall et Tony Jefferson, rééd. Londres, Routledge, 1993. L'étude de la « sous-culture » du loisir dans les classes populaires avait été inaugurée trois ans plus tôt par Philip Cohen dans « Subcultural Conflict and Working Class Community » (Working Papers in Cultural Studies, n° 2, printemps 1972).


Lisez la suite de cet article dans : N° 221 - Octobre 2013

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…