Le grand écart 7 : Construction et performance

Rédigé par Jean-François CHEVRIER
Publié le 13/12/2013

Trisha Brown, Roof Piece (Pièce de toit), 1971 / Trisha Brown Dance Company. Photographie © 1973, Babette Mangolte.

Article paru dans d'A n°223

Pour conclure sa série d'articles, qu'il a intitulé « Le grand écart », Jean-François Chevrier pointe les rencontres de l'architecture et des arts de la scène, en particulier la danse et la performance, quand ceux-ci se pensent eux-mêmes comme des activités constructives et investissent l'environnement urbain. On invoque commodément une aire d'expérimentation commune à toutes les disciplines. Mais l'expérimentation, nécessaire contre la routine et la sclérose du métier, ne peut être une fin en soi. Les projets d'architecture comme les œuvres se distinguent avant tout par une qualité d'expérience.

En 1987, l'artiste hollandais René Daniëls peignait un tableau intitulé Le Retour de la performance. La composition figure un espace scénique, mis en perspective de manière schématique. Au centre, un bouquet de (sept) micros sur pied dans un cercle de lumière. Au fond, la silhouette du personnage qui va entrer sur scène. Au premier plan, divers volumes géométriques, dérivés sans doute de la forme du piano droit. Les trois parois en perspective dessinent un nœud papillon – motif récurrent chez Daniëls –, orné de trois rectangles monochromes. Deux volumes flottent au-dessus de la scène.

Daniëls fait partie des artistes qui, à la fin des années 1970, ont réinvesti la peinture et l'espace du tableau, quand l'art d'activité, auquel ressortit la performance, s'était défini contre l'œuvre et l'objet statique, contre le tableau. On parlait d'un « retour de la peinture » : la peinture retrouvait ses droits, comme discipline à part entière. Dix ans plus tard, Le Retour de la performance affirmait le besoin, vital pour Daniëls, de penser la peinture avec la performance (et non contre elle), c'est-à-dire notamment, comme l'indique le tableau, avec la musique.


Illustrations : 

Trisha Brown, Roof Piece (Pièce de toit), 1971 : Du 53 Wooster Street au 381 Lafayette Street, New York. Douze danseurs repartis sur les toits de dix blocs d'immeubles. Des gestes improvisés, plus ou moins statiques, étaient initiés au 53Wooster, copiés par la ligne suivante, et ainsi de suite. Le mouvement était ainsi transmis au 381 Lafayette Street en quinze minutes, puis dans la direction inverse en quinze minutes à nouveau. (Trisha Brown Dance Company. Photographie © 1973, Babette Mangolte)



Lisez la suite de cet article dans : N° 223 - Décembre 2013

Les articles récents dans Points de vue / Expos

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (6/9) Tabula rasa versus transformation Publié le 05/05/2022

Les effets des deux premières révolutions industrielles combinés à ceux des deux guerres… [...]

Meudon : les carrières menacées Publié le 15/04/2022

Le combat sur les carrières de Meudon continue ! Cette fois-ci, la Cour des… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (5/9) Changement d'ère Publié le 28/03/2022

Le XIXe siècle fut paradoxalement tout à la fois celui de la première révolution… [...]

L'architecture ou l'art de transformer le réel. (4/9) Changements de programmes Publié le 24/02/2022

Fruit d’une crise à la fois politique et économique, devenue religieuse et militaire, la… [...]

Profession architecte : quelle place pour les femmes ? Publié le 03/01/2022

Pour ce dernier numéro de l’année, nous avons souhaité à nouveau interroger la place des… [...]

Profession architecte : quelle place pour les femmes ? Entretien avec Aurélie Cousi Publié le 02/01/2022

Ces dernières semaines, le Palmarès des Ajap 2020 a suscité la polémique, notamment… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2022
 LunMarMerJeuVenSamDim
17      01
1802 03 04 05 06 07 08
1909 10 11 12 13 14 15
2016 17 18 19 20 21 22
2123 24 25 26 27 28 29
2230 31      

> Questions pro

Détruire ou non ?

Faïence dans les halls, aplats colorés en façade, l’indigence des signes a trop souvent résumé la réhabilitation des barres des grands…

Renforcer le positionnement des architectes. Entretien avec Christine Leconte, présidente du CNOA

Comment les architectes peuvent-ils répondre aux enjeux de la transition écologique sans obérer la création architecturale et en se faisant…

Faire vivre le patrimoine. Entretien avec Benoît Melon, directeur de l’École de Chaillot.

L’entretien et les réhabilitations concernant 28,4 % des travaux d’architectes, la spécialisation en deux ans proposée …