Le grand écart. Épisode 4 : Vitalité du négatif

Rédigé par Jean-François CHEVRIER
Publié le 30/08/2013

Article paru dans le d'A n°220

Dans une culture de l'accumulation, obsédée par la production de valeur marchande, négatif et positif sont couramment identifiés à vide et plein. Le vide, dit-on, appelle le plein. Tous les renversements sont possibles. L'hyperproduction s'accompagne d'une hyperdestruction ; l'accélération vaut pour l'usure comme pour la fabrication. L'obsolescence accélérée du moderne est un poncif, qui correspond à un phénomène vérifiable ; c'est aussi un principe de production industrielle.

La destruction elle-même peut fonctionner comme un signe de richesse. En mai 1930, la revue Fortune, qui était, comme son titre l'indique, un magazine de business, publia un article intitulé « Our Vanishing Backyards » (Nos arrière-cours en voie de disparition), illustré de photographies de Ralph Steiner. L'auteur opposait la vitalité du gaspillage américain à l'ennui des paysages soigneusement entretenus de la vieille Europe : « La scène anglaise est triste, et la scène américaine est heureuse. Ça sent mauvais, mais il y a aussi de l'exubérance et de la vigueur dans cette façon de joncher le pays de choses usées et abandonnées. Chaque décharge, chaque rangée de maisons délabrées le long de la voie ferrée, nous prouve que notre richesse est sans bornes. C'est de l'espace dont nous n'avons pas besoin. Nous en avons tant. »

Dans un système qui prône les vertus de l'ordre et de la mesure – comme le faisait Fortune et comme le font les magazines de décoration sur papier glacé –, la photogénie du déchet (junk) est la forme, encore dominante, de la vitalité reconnue au négatif. Le gaspillage est un gâchis écologique ; c'est aussi un trait de pittoresque, célébré avec complaisance. Mais dans l'histoire de l'assemblage, depuis l'interprétation du Machine Age par Kurt Schwitters, le déchet figurait surtout la matière organique introduite dans les rouages de la machine artistique.


Lisez la suite de cet article dans : N° 220 - Septembre 2013

Les articles récents dans Points de vue / Expos

La politique de l’architecture après la Covid-19 Publié le 12/10/2020

Nombreux sont ceux qui naturellement ont imaginé que l’architecture devait proposer ses… [...]

Si l’échec est un but, la transition écologique du BTP pourrait être un chef-d’œuvre Publié le 12/10/2020

Des conflits d’intérêts, Une « task force », Un rapport secret, Une… [...]

« Frémissements » : Susanna Fritscher au Centre Pompidou-Metz Publié le 25/08/2020

L’installation de Susanna Fritscher investit de ses fils blancs l’intérieur de l’un des … [...]

L’habitat collectif en zugzwang Publié le 25/08/2020

Le zugzwang est une situation du jeu d’échecs dans laquelle le joueur est contraint de jouer… [...]

Miroir grossissant Publié le 30/06/2020

Le confinement fut propice aux imaginaires du monde d’après. Avec le déconfinement, c’est… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Octobre 2020
 LunMarMerJeuVenSamDim
40   01 02 03 04
4105 06 07 08 09 10 11
4212 13 14 15 16 17 18
4319 20 21 22 23 24 25
4426 27 28 29 30 31  

> Questions pro

À quoi forment nos écoles d’architecture ?

En 2018, la réforme des études d’architecture transformait les Écoles nationales supérieures d’architecture en « établissements…

Le rôle déterminant et pourtant toujours menacé des Maisons de l’architecture

Par leur maillage territorial et leurs actions de sensibilisation et de diffusion, les Maisons de l’architecture contribuent activement à la…

Déconfiner sans déconfiture

Petites et grandes, les agences ont travaillé à distance pendant le confinement. Comment gèrent-elles la fin du télétravail ? La crise…