Le Louvre Abu Dhabi, un musée-miroir - Le Louvre a-t-il vendu son âme ? Entretien avec François Mairesse

Rédigé par Emmanuel CAILLE
Publié le 15/12/2017

Dossier réalisé par Emmanuel CAILLE
Dossier publié dans le d'A n°259

Nous avons demandé à François Mairesse, spécialiste de l’économie de la culture et de la muséologie en quoi le Louvre Abu Dhabi marquait un tournant dans l’histoire des musées tout en s’inscrivant dans une mutation commencée il y a deux décennies. La décision de marchander l’image et les savoir-faire de la prestigieuse institution française ayant lors du lancement de l’opération soulevé une vive contestation d’une partie du milieu culturel hexagonal, l’économiste nous explique de quels enjeux relève cette polémique.

D’a : Le Louvre Abu Dhabi est-il un musée de plus dans cette série qui a commencé par le Guggenheim de Bilbao ou inaugure-t-il quelque chose de différent ?

François Mairesse : Le Guggenheim de Bilbao a inauguré quelque chose de vraiment nouveau, le Louvre s’inscrit dans une vague beaucoup plus vaste, globale, de mondialisation du musée et du phénomène muséal désormais très lié à l’image de marque de l’architecture. Mais, pour la France, l’inauguration d’Abu Dhabi est évidemment un marqueur. Le Louvre a été perçu pendant un certain nombre d’années comme un peu en retrait de la dynamique muséale, sans doute à cause de son rôle très particulier, de son histoire et de son caractère très patrimonial. Dans le sillage de l’expérience du Louvre d’Atlanta, du Louvre-Lens et de toute une série de rénovations et de développement des politiques financières, Abu Dhabi témoigne indéniablement de la transformation radicale du Louvre.

Rappelons cependant que l’aventure d’Abu Dhabi ne s’est pas faite à l’initiative du musée. Au départ, en effet, Henri Loyrette – président-directeur du Louvre de 2001 à 2013 – était opposé au projet. Il considérait notamment que la collection du Louvre n’était pas quantitativement suffisante pour répondre à ce type d’appel.


Lisez la suite de cet article dans : N° 259 - Décembre 2017

Abonnez-vous à D'architectures
.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mars 2019
 LunMarMerJeuVenSamDim
09    01 02 03
1004 05 06 07 08 09 10
1111 12 13 14 15 16 17
1218 19 20 21 22 23 24
1325 26 27 28 29 30 31

> Questions pro

Transmettre ou ne pas transmettre son agence

En société ou libéral, quelles sont les questions qu’un architecte doit se poser en matière de transmission ? Daniel Seddiki, expert-comptable…

L'architecte et les jurys

Qui juge et que juge-t-on dans les jurys ? La loi Elan récuse les concours pour les logements sociaux. Le Grand Prix national d’architecture…

Spécial logement: La quête de la qualité architecturale de l'habitat social est-elle menacée?

La loi ELAN suscite de grandes inquiétudes au sein de la profession. Trois jeunes architectes, praticiens et enseignants, expriment leur crainte…