Le pavillon de la Serpentine de Francis Kéré inauguré

Rédigé par Valérie LADRIERE
Publié le 22/06/2017

Article paru dans le d'A n°254

Le nouveau pavillon de la Serpentine Gallery, rendez-vous architectural incontournable, s’ouvre au public. Chaque année, la commission invite un architecte de réputation internationale à créer son premier projet dans la capitale britannique. Pour 2017, l’architecte Diébédo Francis Kéré dévoile son pavillon éphémère, réponse dynamique à l’influence climatique, du 23 Juin au 8 octobre.

Depuis son lancement en 2000 et chaque été, les jardins de la Serpentine Gallery accueillent un architecte chargé de concevoir un pavillon de 300 m² audacieux et aux caractéristiques innovantes. L’évènement est définitivement l’un des plus attendus dans le calendrier culturel mondial et un laboratoire d’expérimentations architecturales.

Parmi les grandes figures conviées, Bjarke Ingels avait marqué les esprits en 2016 avec son unzipped wall, l’un des pavillons les plus visités à ce jour.

Être invité par Hans Ulrich Obrist, célèbre directeur artistique de la Serpentine Gallery, et Yana Peel, sa directrice générale, signifie bien souvent une intégration dans les rangs des starchitectes pour les concepteurs conviés.

Diébédo Francis Kéré, originaire du Burkino Faso et basé à Berlin, est la dix-septième figure acceptant de créer un pavillon temporaire dans les jardins de Kensington. D’abord menuisier, il obtient le diplôme d’architecte de l’Université Technique de Berlin en 2004. A 51 ans, il est le premier architecte originaire du continent africain à œuvrer pour la Serpentine Gallery après une série de concepteurs majoritairement occidentaux.

Puisant ses ressources artistiques de ses origines burkinabées, Francis Kéré s’est inspiré de l’arbre central de son village natal Gando. L’objectif de ce pavillon est de relier les visiteurs à la nature grâce à son toit soutenu par un cadre central en acier imitant le feuillage d’un arbre et entouré par des murs en bois évoquant le « tronc ».

La structure circulaire reprend le système de ventilation naturelle déjà mis en œuvre dans l’école primaire de Gando réalisée par Kéré en 2001 où le complexe de surtoiture permet à l’air de se renouveler de façon optimale. Ici, Kéré a su s’adapter au climat britannique versatile tout en apportant une approche créative à sa structure. Le pavillon compte quatre entrées distinctes avec une cour centrale en plein air, où les visiteurs peuvent se détendre ou assister à un évènement. Les jours de pluie, un oculus laisse se déverser l’eau accumulée sur le toit dans un effet de cascade spectaculaire. L’eau est ensuite évacuée par un système de drainage au sol pour irriguer le parc.

La structure de Kéré joue également avec le rythme diurne/nocturne. Le jour, le toit et les parois en bois protègent du rayonnement solaire tandis que la nuit, les murs diffusent l’éclairage artificiel intérieur grâce à de petites perforations, laissant le pavillon scintiller.

Le Pavillon de la Serpentine accueillera tout l’été une série d’expositions, conférences et performances dont le programme est disponible sur le site dédié.

Les articles récents dans Actus brèves

LOI ELAN : enfin un élan des architectes Publié le 23/05/2018

Une chose est sure : la loi ELAN porte bien son nom. Car si la loi ne fait pas l’unanimité,… [...]

Will Alsop, « le Maverick » : disparition d’un architecte non-conformiste Publié le 14/05/2018

Will Alsop s’est éteint samedi 12 mai 2018 à l’âge de 70 ans. L’architecte anglais… [...]

Faisons du logement une cause permanente – l'Ordre des architectes invite à la mobilisation le 17 mai Publié le 11/05/2018

Alors que le projet de loi ELAN est en cours d’examen par les différentes commissions… [...]

Gitty Darugar, portraits architecturaux Publié le 26/04/2018

La Galerie d’architecture accueille jusqu’au 16 mai des photographies de Gitty Darugar. Cette… [...]

Master Class du grand prix national de l'architecture à Venise : appel à candidature Publié le 25/04/2018

Le ministère de la Culture vient de lancer un appel à candidature pour un master class destiné… [...]

Patrimonialisation des ondes Publié le 24/04/2018

La Maison de la Radio conçue par Henry Bernard vient d’être inscrite au titre des Monuments… [...]

.

Réagissez à l’article en remplissant le champ ci-dessous :

Vous n'êtes pas identifié.
SE CONNECTER S'INSCRIRE
.

> L'Agenda

Mai 2018
 LunMarMerJeuVenSamDim
18 01 02 03 04 05 06
1907 08 09 10 11 12 13
2014 15 16 17 18 19 20
2121 22 23 24 25 26 27
2228 29 30 31    

> Questions pro

Une nouvelle boîte à outils pour reconquérir le chantier

Proie d’un arsenal administratif pléthorique, le chantier deviendrait-il pour l’architecte le lieu de tous les dangers ? En mettant en…

Le Lab CDC Architecture de la transformation

À quels besoins d’innovation et d’évolutions réglementaires répond l’appel à projets du Lab CDC « Architecture de la…

Qu'est devenu le « permis de faire »?

À la loi LCAP du 27 janvier 2017 ne manque que la promulgation d’un ultime décret qui doit entériner …